Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
LANCIA Delta : Je suis une légende…

LANCIA Delta : Je suis une légende…

Attendue par les nostalgiques de l'Intégrale, désirée par les aficionados de la marque, la berline compacte réintègre les showrooms et redevient naturellement la figure de proue de la gamme Lancia. Même si...

...cette nouvelle Delta apparaît bien différente.

Certains se souviennent de la Delta HF Intégrale enchaînant les spéciales sans encombre, survolant le championnat du monde des rallyes de 1987 à 1992. D'autres préférèrent se souvenir d'elle en 1982, traçant la voie des berlines compactes haut de gamme. Un premium jusqu'alors réservé aux véhicules ayant plus d'envergure. Huit ans, presque neuf, que les fidèles de la marque patientent, se languissent de voir le modèle renaître enfin. L'attente est véritable. La curiosité, grande. Pourtant, avec cette nouveauté, certains ne s'y reconnaîtront peut-être pas. Car, si la Delta nouvelle génération, est à la croisée de plusieurs mondes, elle n'est pas stylistiquement consensuelle. La marque, sans doute, d'un véhicule de caractère. Le nom même du véhicule traduit, en quelque sorte, l'histoire du modèle. Delta. Un grand écart entre élégance et sportivité que tente aujourd'hui de renouveler le constructeur transalpin, sous le signe de la différence.

LA DELTA EN BREF

  • Date de lancement :
    Disponible

  • Segment de marché :  Berline compacte

  • Objectifs : 2 000 unités en 2008, 4 000 unités en 2009.

  • Les principales concurrentes de la Lancia Delta 1,6 Multijet 120 ch Platino (26 500 euros) :

    Audi A3 1,9 Tdi 105 ch Ambition (26 420 euros),

    BMW 118d Excellis (29 050 euros),

    Volvo C30 1,6D Momentum 110 ch (27 570 euros),

    Peugeot 308 1,6 HDi 110 Premium Fap (23 450 euros)

  • Prix :
    Essence : De 21 500 à 28 000 euros
    Diesel : De 24 500 à 33 500 euros

  • Différente de…

    "80 % des clients Lancia adoptent la marque pour son style". Pas peu fier des courbes de la nouvelle Delta, Arnaud Belloni, directeur de Lancia France, entend une nouvelle fois faire la différence avec le design de ses voitures. Car l'objectif de la marque est bien là. A l'instar de la communication faite autour du véhicule, le constructeur italien joue la singularité. En distillant son "Différent de", Lancia tente de sortir son véhicule d'un segment de marché hyper concurrentiel : celui des berlines compactes. "Cela faisait partie du cahier des charges", insiste Arnaud Belloni. Basée sur la plate-forme de la Fiat Bravo, la nouvelle Delta a été élaborée en moins de 16 mois, à partir du gel du style. Et c'est précisément sur ce premier registre que le véhicule se démarque.

    Difficile de trouver d'emblée la filiation de ce modèle avec les premiers opus. "Aussi surprenant que cela puisse paraître, nous sommes partis du succès des versions bicolores d'Ypsilon et de Musa", confie Marco Tencone, directeur du design Lancia. Un "come-back", plus qu'un "flash-back", en quelque sorte. Comme pour mieux affirmer l'identité résolument plus haut de gamme dont s'est paré le constructeur, qui insiste du reste sur le galbe séduisant du modèle, plus que sur la cylindrée de ses moteurs. "Ce style, c'est un certain feeling de la belle carrosserie italienne qui a toujours su dégager de la sensualité. La courbe généreuse des ailes avant de la Delta est très voluptueuse, typiquement latine", détaille Marco Tencone. Pour un peu, nous en oublierions presque que l'on parle ici de voiture.
    Autre registre dans lequel Lancia tente de différencier Delta : la taille. Avec 4,52 m, la Delta affiche 32 cm de plus que la Volkswagen Golf, 24 cm de mieux que la Peugeot 308, ou encore 28 cm de plus qu'une Audi A3. Les dimensions de la Delta sont en réalité comparables aux berlines du segment supérieur (Volvo V50, BMW Série 3 ou Alfa 156). Certains pourront sans doute se demander pourquoi la Delta est donc considérée comme un véhicule compact. Chez le constructeur, la question ne se pose pas. Le hayon justifie à lui seul sa classification. On préfère donc enfoncer le clou. "Elle possède le même empattement que la Fiat Croma ou l'Alfa 159, souligne en effet Nicolas Sioufi, chef de produit France, ce qui lui confère une habitabilité record", poursuit-il. Avec 14 cm de plus aux jambes pour les passagers arrière par rapport à la Laguna et 15 cm de mieux que la Citroën C5, Delta chasse résolument sur le terrain des grandes berlines en termes de confort.

    Nouveautés en série pour les moteurs


    Le constructeur italien n'a laissé le soin à personne de s'occuper du cœur de la voiture, celui qui a grandement contribué au succès du modèle. Ainsi, tous les moteurs qui équipent la nouvelle Delta ont été développés par Fiat Powertrain Technologies (FPT). Le premier d'entre eux est le moteur 1,6 l Diesel Multijet 120 ch DPF, un bloc alimenté par un turbo à géométrie variable, lancé récemment sur la Fiat Bravo. Déjà en conformité avec les normes Euro V, celui-ci développe un couple maximum de 300 Nm à 1 500 tr/mn et affiche des émissions de CO2 de 130 g/km, lui donnant droit pour l'heure à un bonus écologique de 200 euros. Associé à la boîte robotisée Selectronic, le moteur voit ses émissions tomber à 120 g/km et son bonus grimper à 700 euros. Rayon mazout, Lancia fait aussi dans la nouveauté puisque la marque commercialise également son bloc Diesel 2,0 l Multijet de 165 ch. La Delta est ainsi le 1er véhicule du groupe Fiat à recevoir cette évolution de l'ancien moteur 1,9 l Diesel de 150 ch. Notons par ailleurs que Lancia propose également un moteur diesel un peu plus sportif avec son bloc 1,9 l Twinturbo de 190 ch.

    Côté essence, Lancia propose deux motorisations au catalogue. Toutes deux articulées autour du nouveau moteur 1,4 l 16v Turbo. Un bloc développant 120 ch, d'abord, qui affiche une consommation moyenne de 6,6 l aux 100 km et des propriétés lui permettant de demeurer dans la zone neutre de l'écotaxe (156 g CO2/km). Puis, une version développant 150 ch et rejetant 165 g CO2/km, "malussée" à hauteur de 200 euros.

    En février prochain, Lancia dotera sa Delta d'un nouveau moteur essence 1,8 l à injection directe développant 200 ch. Un moteur que la marque associera exclusivement à une boîte automatique à 6 rapports.

    Une agressivité et des ambitions commerciales retrouvées


    Dernier atout sur lequel le constructeur entend faire la différence : les tarifs. Etonnant pour une marque qui répète à l'envi que ses clients ne veulent pas de premier prix. Pas tant que ça, en réalité, si l'on replace la Delta dans son marché, celui du premium. Face aux cadors de ce marché hyper concurrentiel que sont les Audi A3, BMW Série 1 ou encore Volvo C30, Lancia force ses prix à la jouer modeste.  "La Delta est une berline compacte familiale premium au prix d'une généraliste", ose même Arnaud Belloni. "A équipement rapproché, nous sommes 18 % moins chers qu'une Audi A3. Nous sommes même moins chers qu'une Volkswagen Golf et seulement 1 % plus cher que la Peugeot 308 la plus vendue", souligne-t-il. Avec un tel discours et un tel positionnement, Lancia entend retrouver son lustre d'antan. D'ailleurs, pour sa nouvelle génération, le véhicule a retrouvé des ambitions que l'on n'avait plus vues chez Lancia depuis bien longtemps. Depuis les années 1990 justement, avant que le groupe Fiat ne décide de l'arrêt de la production de Delta et de la nouvelle identité que doit adopter Lancia, plus luxe et moins sportive, pour ne pas entrer en concurrence frontale avec Alfa Romeo. Rappelons, en effet, qu'en début d'année, la direction commerciale de la marque en France prévoyait 7 410 immatriculations pour 2008, dont 2 000 Delta ! Depuis, l'écotaxe est passé par là. Certes… Et si tous les constructeurs ont revu quelque peu leurs plans, les ambitions de Lancia pour ce modèle restent intactes.

    Photo : Abandonnée à l'orée du second millénaire au profit de la Lybra, la Delta fait aujourd'hui un retour en grande pompe.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page