Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Ford Fiesta : Une Fiesta planétaire

Ford Fiesta : Une Fiesta planétaire

Trente-deux ans après la 1re génération, la saga Fiesta se poursuit avec un 6e opus particulièrement abouti. Conçu comme le premier véhicule mondial du groupe, la nouvelle Fiesta sera commercialisée sur les cinq continents. En France,...

...l'objectif est de 35 000 ventes pour 2009.

"One Ford". C'est l'une des pierres angulaires du plan "Way Forward" désormais piloté par Alan Mulally, président directeur général de Ford Motor Company, afin de remettre le groupe d'aplomb et d'enrayer l'accumulation de pertes abyssales (2,7 milliards de US$ en 2007). Au-delà du style, de la réduction du nombre de versions et de la gestion des équipes, cette démarche globale vise à concevoir des modèles susceptibles d'être déclinés sur tous les grands marchés mondiaux. Pour relever ce défi, un système de développement produit global, le bien nommé GPDS, a été mis en place et aux dires de Martin Ottinger, responsable Ingénierie, la nouvelle Fiesta en est le premier fruit. Le dispositif s'accompagne d'une intensification du partage des composants au sein du groupe, la différenciation étant confiée aux mains des designers et des équipes marketing. Ainsi, la Fiesta reprend l'architecture de la Mazda 2. "Le modèle fera ses débuts en Europe, ce qui est important car nous jouissons d'une bonne dynamique dans cette zone, notamment à l'Est et particulièrement en Russie. Toutefois, nous restons prudents face à une conjoncture plus qu'incertaine et à la forte dégradation des marchés espagnol et italien", indique Martin Ottinger, avant de poursuivre : "Elle sera ensuite produite au Mexique, avant 2010, pour les marchés américains et gagnera aussi l'Asie, l'Australie et l'Afrique du Sud". Il est clair que la zone Europe est actuellement capitale pour le groupe puisqu'elle a permis de dégager des profits au cours des quatre dernières années et que la tendance devrait se confirmer cette année, certains analystes avançant le chiffre d'1,7 milliard de US$ pour 2008, avant un léger fléchissement en 2009 (entre 1,1 et 1,3 milliard).

LA 911 EN BREF

  • Date de lancement :
    Disponible
  • Segment de marché :  Citadines (35 % du marché
    français)
  • Objectifs de vente :
    2008 : 800 unités, deux générations confondues.
    2009 : 1 000 unités.
  • Principales concurrentes(version 5p 1.4 TDCi Trend
    15 550 euros) :


    Peugeot 207 Trendy 1.4 HDi (15 750 euros),
    Renault Clio Extrême 1.5 dCi (15 500 euros),
    Citroën C3 Ambiance 1.4 HDi (15 250 euros),
    Opel Corsa Enjoy 1.3 CDTi (15 850 euros),
    Polo Confort Line 1.4 TDi (15 950 euros),
    Fiat Grande Punto Dynamic 1.4 JTD Multijet (15 299 euros)
  • Prix :
    1.4, 82 ch, Trend : 13 800 euros.
    1.4, 96 ch, Titanium : 15 950  euros.
    1.4 TDCi, 68 ch, Trend : 15 550 euros.

    1.6 TDCi, 90 ch, Titanium : 18 050 euros.



  • Rehausser le design du modèle

    En plus d'une architecture mécanique permettant des régionalisations et donc une adaptation à différents niveaux d'infrastructures, l'une des grandes réussites de la Fiesta tient assurément à son style. "Les différents modèles Fiesta ont toujours eu un grand succès commercial, mais force est de reconnaître qu'il leur manquait le petit plus de la force émotionnelle et de l'impact affectif. Les clients achetaient la Fiesta, mais ne revendiquaient pas une identification à son design. Vu le contexte et la hiérarchie actuelle des critères d'achat sur ce segment, il était déterminant de franchir ce cap", admet volontiers Jean-Luc Gérard, président de Ford France. Aujourd'hui, les trois premiers critères d'achat du segment sont le style (34 %), la fidélité à la marque (26 %) et l'accessibilité en prix (18 %), quand les valeurs pour les achats de Fiesta sont les suivantes : fidélité à la marque (29 %), style (26 %) et accessibilité en prix (25 %). Ce dernier item était donc prépondérant dans l'univers Fiesta et, s'il ne s'agit nullement d'en faire désormais fi, bien entendu, l'objectif est de mieux coller aux tendances générales. Et la nouvelle Fiesta semble bien armée pour cela. Nettement plus dynamique que sa devancière, elle reprend la grande calandre inférieure en trapèze, trait génétique dominant des dernières Ford. Avec sa ligne de caisse montante, des blocs optiques effilés, et un traitement des surfaces très propre sur le capot, la face avant de la Fiesta ne manque pas de caractère. La poupe apparaît plus anodine, même si le détail des feux et le becquet sont expressifs. L'intérieur est au diapason (voir encadré) et le jeunisme de la planche de bord est plus rafraîchissant et utile (connections MP3 et USB, branchement i-Pod, centralisation des commandes au volant par exemple) qu'excessif. Les fondamentaux, confort, espace et qualité des finitions, sont au rendez-vous et seule la modularité laisse en fait à désirer. Par ailleurs, il convient de souligner que la nouvelle Fiesta perd 40 kg par rapport à la précédente génération, ce qui est plutôt rare de nos jours. "Alors que le respect de certaines contraintes, notamment sous l'angle de la sécurité, tend à alourdir les véhicules, nous avons obtenu ce résultat sans aucun compromis en gagnant gramme par gramme", souligne Martin Ottinger.

    En France, la finition Trend représentera a minima une vente sur deux

    Produit séduisant, de surcroît servi par une offre de motorisations certes sans nouveautés, mais optimisée et par un agrément de conduite de fort bon aloi, la Fiesta sera donc décisive en Europe, et notamment en France. Les citadines représentent ainsi 35 % du marché hexagonal et le bonus-malus a fait souffler un fort vent de croissance sur le segment (+ 11 % 2008/2007). Un segment où la concurrence est âpre, animée par 24 modèles dont le trio domestique Clio-C3-207, ce qui a poussé Ford à effectuer un travail de pricing très précis : la gamme essence est comprise entre 11 700 et 16 450 e et la gamme Diesel entre 13 700 et 18 450 e. "Au-delà des grandes qualités du véhicule, ce positionnement attrayant doit nous permettre d'atteindre nos objectifs, à savoir 35 000 ventes dès 2009 pour une part de marché globale de l'ordre de 1,7 %, étant entendu que la Fiesta doit rester au premier rang des citadines importées", déclare Jean-Luc Gérard. Dans le mix, la finition Trend sera prépondérante (environ une vente sur deux), tandis que le réseau devra promouvoir les versions haut de gamme, notamment Ghia et Titanium. En revanche, Jean-Luc Gérard n'attend pas monts et merveilles de la version ECOnetic, qui affiche des performances environnementales de premier ordre (3,7 l/100 km et 98 g CO2/km) : "Nous visons seulement 5 % du mix, car même avec un bonus de 1 000 e, le prix reste élevé et sera un frein à l'achat en ces temps de crise". Il indique aussi qu'après un long débat en interne, l'offre E85 n'a finalement pas été retenue. Il n'y aura pas non plus de boîte robotisée disponible au catalogue : "La nôtre est adaptée aux moteurs 2,0 l, et le coût d'un développement spécifique aurait été difficile à rentabiliser car on parle tout de même de volumes de niche". Ces choix de raison ne devraient toutefois pas nuire à la carrière de cette nouvelle Fiesta, qui pourra s'appuyer sur une offre IdéeFord et qui devra peser plus fortement sur le marché des flottes et des loueurs. "Nous avons effectué un gros travail pour améliorer les valeurs résiduelles et cela devrait payer. Nous tablons sur 10 % de ventes à flottes et loueurs avec cette nouvelle Fiesta, contre 5 % pour l'ancienne génération", conclut Jean-Luc Gérard.
     

    QUESTIONS À

    Ruth Pauli Responsable Design Couleurs et Matières.

    "La difficulté résidait dans la traduction du Kinetic design sur un petit modèle car c'était une première"

    Journal de l'Automobile. Quel était votre principal objectif avec cette nouvelle Fiesta ?
    Ruth Pauli. Nous devions concevoir un modèle à vocation mondiale en reprenant les idées-forces du Kinetic design, notre nouvelle charte stylistique en vigueur depuis un peu plus de quatre ans. Le concept-car Verve, qui avait reçu un très bon accueil à Francfort en 2007, était une bonne base de travail, mais la difficulté résidait dans la traduction du Kinetic design sur un petit véhicule. Jusqu'à présent, en effet, nous ne l'avions appliqué que sur des grands modèles comme le Kuga ou la Mondeo.

    JA. Dès lors, quels étaient les grands axes de votre cahier des charges ?
    RP. Au-delà de la problématique du style à proprement parler, que nous venons d'évoquer, nous avons effectué un gros travail sur ce qu'on pourrait qualifier de design utile. Vous retrouvez cette démarche sur l'intégration des fonctions, la visibilité, l'aérodynamique, ou encore l'amélioration des performances pour les chocs piétons.

    JA. L'habitacle se caractérise par des couleurs vives et des motifs très graphiques : qu'est-ce qui a motivé ces choix ?
    RP. Le choix de couleurs vives répond à une demande manifeste de certains clients du segment B et à notre volonté de séduire une clientèle jeune. En fait, nous avons créé trois ambiances bien distinctes, dont une claire, pour couvrir un spectre le plus large possible. En outre, nous avons accordé un soin particulier au traitement de la console centrale avec un dynamisme et une ergonomie inspirés de la téléphonie mobile et des dernières innovations informatiques.

    Photo : En attendant le renouvellement de Focus en 2011, la nouvelle Fiesta sera décisive pour permettre à Ford de conserver son dynamisme en Europe.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Le groupe Pautric investit à Rennes

    L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page