Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
FORD : Etude de Ka

FORD : Etude de Ka

Couleur acidulée, stickers fantaisies, tableau de bord bicolore et design dynamique. Le style de la nouvelle Ka est en totale rupture avec celui de la première version, lancée en 1996. Un affranchissement...

...nécessaire pour séduire une nouvelle clientèle, plus jeune, sans pour autant perdre les aficionados de la Ka première génération.

Lancée lors du Mondial de l'Automobile en 1996, la Ford Ka avait fait parler d'elle avec son style très atypique, baptisé par le constructeur "New Edge Design". Douze ans plus tard et après 1,4 million d'exemplaires vendus, Ford décide d'offrir une seconde jeunesse à sa minicitadine, dont les ventes se sont effrondrées après avoir connu un record de 22 000 unités en 1998. "La Ka a eu un impact extraordinaire sur l'image de Ford en France, résume Jean-Luc Gérard, président de Ford France. Son remplacement est compliqué. Nous avons besoin d'être compétitifs en prix et nous situer en entrée de gamme. En effet, le segment de la Ka a évolué vers des véhicules accessibles, économiques et bonussés." Par ailleurs, la concurrence s'est accrue, passant de 8 à 22 modèles.

LA FORD KA EN BREF

  • Date de lancement :
    En concession début décembre pour un lancement en janvier 2009

  • Segment de marché : Segment A, micro-citadine

  • Objectifs : 100 000 véhicules/an en Europe

  • Principales concurrentes de la Ford Ka 1.2 (8 990 euros) :

    Renault Twingo Authentique 1.2 (9 400 euros),

    Citroën C1 et Peugeot 107
    Urban 1.0 (8 950 euros),

    Fiat 500 1.2 (9 990 euros),

    Volkswagen Fox 1.2. (9 290 euros).

  • Prix :
    Essence : De 8 990 à 11 404  euros.
    Diesel : De 10 990 à 13 440 euros.


  • Pour répondre à ces contraintes économiques, Ford a cherché un partenaire capable de produire 100 000 unités par an. Fiat, avec son usine polonaise et en tant qu'expert dans la fabrication de petites voitures, possédait le bon profil. Ainsi, la Ka partage beaucoup de technologie avec la Fiat 500, notamment le châssis et les moteurs, et sera construite à Tychy, en Pologne, où sont déjà produites les Panda et 500.

    Une conduite dynamique

    Toutefois, la Ford Ka possède des attributs bien spécifiques. D'une part, elle adopte un gabarit légèrement plus  important, avec 3,62 m de long et 1,66 m de large, soit respectivement 7,4 cm et 3 cm de plus que la Fiat 500. Le constructeur américain a également apporté un soin tout particulier à la conduite, qu'il a souhaité dynamique et réactive. Ford a notamment travaillé sur le problème de roulis du train arrière en ajoutant une barre antiroulis, améliorant la rigidité de 70 %. L'avant a également bénéficié des attentions des ingénieurs avec une rigidité accrue de 20 % pour une meilleure tenue de route dans les virages.

    Sous le capot, deux motorisations italiennes, sont proposées, le 1.2 Duratec 69 ch et le 1.3 Duratorq TDCi 75 ch. Pour un usage urbain, le moteur essence, silencieux avec une consommation maîtrisée, représente la meilleure alternative. Sur routes et autoroutes, le Diesel, bruyant à froid, se montre moins gourmand. Les deux motorisations bénéficient d'un bonus écologique de 700 euros, les moteurs rejetant tous deux moins de 120 g par km.

    Côté design, Ford offre à sa citadine un relookage basé sur le Kinetic Design. Les formes rondes disparaissent au profit d'une carrosserie sculptée et résolument plus dynamique. Calandre en trapèze, ligne de caisse montante accentuée et couleurs acidulées, le design de la Ka II n'a plus grand-chose à voir avec la première version. La filiation se fait davantage avec la Fiesta et le Kuga, modèles déjà sous l'effet Kinetic.

    L'habitacle bénéficie lui aussi d'une profonde transformation. Le tableau de bord devient bicolore, un logo Ka stylisé apparaît sur la console centrale et le levier de vitesse a été relevé. Le tout dégage une qualité perçue en hausse. "Nous ciblons des acheteurs plus jeunes, intéressés par la mode, développe Chris Bird, directeur du design Ford Europe. Nous avons travaillé sur des contrastes prononcés pour mettre l'intérieur en relief, tout en restant en harmonie avec la carrosserie extérieure." Par ailleurs, les ingénieurs se sont appliqués à creuser les portes et boîte à gants pour dégager un maximum de place aux passagers avant. A l'arrière, ils devront jouer les contorsionnistes pour atteindre leurs sièges, la Ka n'est disponible qu'en 3 portes et aucune version 5 portes n'est prévue. L'habitabilité arrière reste toutefois correcte pour ce type de véhicule. Le volume du coffre augmente par rapport à la première version pour atteindre les 224 litres.

    Tatoo, Digital Art et Grand Prix

    La gamme s'articule autour de deux niveaux de finition, Ambiente et Titanium, avec plusieurs packs. L'option Titanium équivaut à un pack électrique, proposant les vitres électriques et la fermeture centralisée. Ford surfe également sur la tendance stickers et personnalisation avec les packs Individual. "Ces kits apportent de l'humour et du fun dans le design, souligne Chris Bird. L'idée est de posséder un produit iconique." Pour Jean-Luc Gérard, "les gens veulent avoir une voiture qui leur ressemble. Ces packs offrent un potentiel de personnalisation à prix accessible."
    Ainsi, la Ka peut revêtir un ensemble Tatoo, gris clair avec des stickers noirs, Digital Art, noir et vert pomme, ou Grand Prix, rouge et blanc. L'intérieur reçoit également des éléments spécifiques en accord avec la teinte de la carrosserie. Pour personnaliser la Ka, il faudra débourser pour l'extérieur entre 250 euros, style Tatoo, et 750 euros pour tous les autres modèles. Pour l'intérieur, le prix varie de 360 euros, version Tatoo et Grand Prix, à 1 000 euros pour le pack cuir Tatoo. Ford s'attend à un mix de 40 % pour Ambiente contre 60% en Titanium. Avec 2 050 euros d'écart, le niveau haut de la gamme se montre effectivement plus complet avec air conditionné, lecteur CD 6 haut-parleurs et prise auxiliaire.

    Au final, Ford réussi son pari de bien se positionner en entrée de gamme. Le premier prix démarre à 8 990 e pour un moteur essence, 10 990 euros pour le Diesel. Toutefois, en ajoutant quelques options, notamment de personnalisation les prix ont tendance à vite grimper. En termes de prévision, si à l'échelon européen l'objectif correspond à la capacité de production. En France, le constructeur ne dévoile pas de chiffre, mais compte notamment s'appuyer sur le renouvellement du parc existant. En effet, plus de 80 000 Ka ont été vendues dans l'Hexagone depuis 1996, de plus il envisage ainsi 50 % de conquête. Les premiers modèles arrivent en concession début décembre mais le véritable lancement est prévu début janvier 2009. J

    Photo : Après le New Edge Design de 1996, la nouvelle Ka adopte le Kinetic Design. Ainsi, les formes rondes disparaissent au profit d'une carrosserie plus sculptée.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Ventes/France : la

    Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page