Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Q5-X3. Touché ! Coulé ?

Q5-X3. Touché ! Coulé ?

Présenté en avril dernier à Pékin, le Q5 débarque enfin sur un marché des SUV compacts en pleine ébullition. A l'image de ses résultats, Audi est ambitieuse avec ce modèle....

...

LE Q5 EN BREF

  • Date de lancement :
    27 novembre
  • Segment de marché : SUV compacts premium
  • Objectif* :
    2008 : 1 500 unités
    2009 : 7 000 unités
  • Principales concurrentes :

    TDi 170 Ambition Luxe
    (44 750 euros) :

    BMW X3 2.0d 177 ch Confort :
    40 000 euros

    Mercedes GLK 2.2 CDi 170 ch : à partir de 39 900 euros (avril 2009);

    Volvo XC60 2,4 D Summer Fap : 40 500 euros

  • Prix :
    Essence :  De 42 700 à 52 200 €
    Diesel : De 40 150 à 57 900 €
  • Souvenez-vous, lors du Salon de Francfort 2005, Audi présentait le Q7 avant sa commercialisation en mars 2007. Et nous avions titré à cette époque, "Mieux vaut tard que jamais !" car le gros SUV d'Audi était le dernier entrant sur le marché. Il débarquait même trois ans après son cousin Touareg qui avait été révélé au Mondial de Paris en 2002. Transposée dans les SUV compacts, l'histoire se répète partiellement car les intervalles sont plus courts. En effet, alors que le Tiguan était l'une des stars de l'édition 2007 du Salon de Francfort, le Q5 a choisi Pékin, en avril dernier, pour sa première présentation mondiale. Comme le GLK d'ailleurs. Un lieu qui ne doit rien au hasard, car en plus d'être l'un des fers de lance de la marque, le Q5 y sera produit. Quant à l'Europe où le nouveau SUV aux anneaux débarque aujourd'hui avec de grandes ambitions, elle sera alimentée par l'usine d'Ingolstadt. Audi comble ainsi un vide dans sa gamme, que BMW exploite depuis 2004 avec son X3. La chasse au X3 est donc bel et bien ouverte car cette année 2007 restera, pour les lancements produits, une année marquée par les SUV compacts en général et premium en particulier avec le Mercedes GLK, le Volvo XC 60 ou encore l'Infiniti EX. Cette offre toujours plus nombreuse va mécaniquement faire croître le marché même si le contexte économique et législatif a changé. En France, Audi espère ainsi ajouter à son total de l'année 2009 près de 7 000 unités de son Q5. Pour la fin de cette année, ce chiffre devrait être proche de 1 500. Des volumes très ambitieux au regard de la performance du X3 qui a réalisé sa meilleure année dans l'Hexagone en 2005 avec près de 6 700 unités. Cependant, le marché a profondément évolué et on peut facilement imaginer qu'une large partie de la clientèle des gros SUV puisse migrer vers ce compact.

    Chasse au CO2

    Si le Touareg et le Q7, mais aussi le Porsche Cayenne, partagent de nombreuses pièces, dont leur plate-forme, le Q5 et la Tiguan ne sont finalement que des cousins par alliance. En effet, le Q5 repose sur la plate-forme de l'A4 et non sur celle des Golf et A3 comme le SUV Volkswagen. Parmi les nombreuses conséquences, on retrouve sur le Q5 des mécaniques et donc des boîtes en position longitudinale. L'occasion d'ailleurs pour Audi d'inaugurer sur le Q5 une nouvelle boîte à double embrayage à 7 rapports. A l'image des boîtes S-Tronic ou DSG transversales, sans surprise, l'agrément est total. Cette nouvelle transmission sera par ailleurs montée en série sur les Q5 2.0 TFSi et V6 3.0 TDi. Deux mécaniques qui devraient tout de même représenter près de 50 % des ventes selon Audi (10 % pour l'essence et 40 % pour le V6 TDi). L'autre moitié sera à mettre au crédit du 2.0 TDi 170 CR. Ceci étant valable pour la période de lancement, où par nature, les mécaniques comme les finitions haut de gamme dominent, avant un rééquilibrage. Mais revenons sur les mécaniques, car le Q5 réussit à proposer une gamme, entièrement 4 roues motrices, sous la barre des 200 g de CO2, même pour le V6 TDi équipé de la boîte S-Tronic 7. Si pour le 4 cylindres Diesel cela ne faisait pas de doute (175 g), pour le 2.0 TFSi (197 g) et le V6 TDi (199 g), il s'agit d'une vraie performance. Traduit en consommation moyenne, ce 6 cylindres, qui développe 240 chevaux et dispose d'un couple de 500 Nm dès 1 500 tr/mn, affiche 7,5 litres aux 100 km ! Le bloc turbo essence à injection directe (211 ch et 350 Nm de couple) se contente, lui, de 8,5 litres. Une mécanique développée à partir du 1.8 TFSi et non à partir du 2.0 FSi que l'on retrouve sur de nombreux modèles du groupe. L'une des raisons expliquant ces performances est l'arrivée du système Valvelift, mais aussi le large travail pour contenir le poids du véhicule, avec notamment l'utilisation d'aluminium pour le capot et le hayon, et sur l'aérodynamisme. Quant au 2.0 TDi CR 170 ch, on ne le présente plus, avec ici une consommation moyenne de 6,7 litres. Au volant, si le V6 TDi brille grâce à sa souplesse et sa puissance, le TDi 170 se montre au final plus homogène. Quant au 2.0 TFSi, une fois de plus, ce bloc essence est sans doute l'offre la plus agréable, celle qui donne le plus de plaisir.

    Un Q5 Assist !

    Un plaisir rendu possible grâce à un comportement routier sans faille. Le Q5 propose, comme l'A4, l'Audi Drive Select qui permet, avec ses trois modes, de choisir plus ou moins de dynamisme sur l'asphalte. Toutefois, le tout-chemin n'est pas oublié pour autant. L'ESP dispose notamment d'un mode Off Road et du Hill Descent Assit. Des assistants également omniprésents dans le domaine de la sécurité et de l'agrément où le petit SUV fait le plein avec entre autres le Lane Assist, le Side Assist, le Braking Guard ou le nouveau système d'infotainment comprenant un GPS 3D assez étonnant.

    Le Q5 semble donc bien armé pour faire sa place sur un segment en pleine ébullition. Sans doute l'un des piliers de la croissance future d'Audi, qui vient d'ailleurs de confirmer que le million d'unités serait effectivement atteint en fin d'année malgré le contexte économique actuel. Cependant, dès septembre prochain, ce marché des SUV premium va encore connaître un bouleversement avec l'arrivée du BMW X1. Audi a toujours affirmé qu'il ne laisserait jamais BMW seul sur un créneau, donc un Q3 doit déjà être dans les tuyaux, comme chez Mercedes d'ailleurs où un petit SUV sur base de Classe B est également en gestation. Finalement, l'automobile, comme l'histoire, n'est qu'un éternel recommencement.

    Photo : L'ensemble de la gamme affiche des émissions de CO2 inférieures à 200 g/km. Même le V6 TDi accouplé à la nouvelle boîte S-Tronic 7.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page