Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
OPEL Insignia : Rupture salvatrice ?

OPEL Insignia : Rupture salvatrice ?

Avec l'Insignia, Opel n'aura pas de mal à faire oublier la Vectra. Cette berline marque une vraie rupture, tant stylistique que technologique. Un électrochoc nécessaire pour remettre Opel sur...
...les rails.

A l'heure où la restructuration de GM touche plus largement l'Europe, le désengagement de Saab à l'horizon 2010 en est une preuve, les raisons de se réjouir sont peu nombreuses chez Opel. D'autant plus que le début de l'année 2009 est difficile pour le Blitz. En effet, la marque recule de 34,6% alors que le marché recule de 27 % à l'échelle du continent. La performance n'est guère meilleure en France où Opel abandonne 29 % en janvier alors que le repli hexagonal se limite à 7,85%.

Toutefois, parmi cette kyrielle de mauvaises nouvelles, un rayon de soleil vient de percer. L'Insignia prouve que les équipes de Rüsselsheim n'ont en rien abdiqué. Bien au contraire. Cette nouvelle berline est sans doute l'une des Opel les plus abouties. En plus d'avoir remporté le prestigieux prix de la Voiture de l'Année 2009, elle semble déjà séduire. En effet, depuis son lancement en Europe, Opel a enregistré plus de 60 000 commandes. Même sentiment en France, où le réseau en a enregistré, depuis son lancement le 25 janvier, plus de 2 100. L'objectif de 5 % de parts de segment avoué par Yves Pasquier-Desvignes, le directeur marketing et commercial d'Opel France, ne semble donc pas irréaliste. En volume cela pourrait se traduire par un chiffre voisin de 10 000 unités à condition que le segment M2 reste proche de 200 000 unités. Un segment très concurrentiel toutefois avec les françaises C5, 407 et Laguna, sans oublier les Passat, Mondeo et autres Avensis. Mais cette Insignia a de nombreux atouts pour qu'Opel retrouve une place de choix sur ce segment.

Un style qui sera décliné sur le reste de la gamme


L'INSIGNIA EN BREF

  • Date de lancement :
    Disponible
  • Segment de marché : Berlines M2
  • Objectif de vente 2009 :
    10 000 unités en année pleine
  • Principales concurrentes l'Insignia 2.0 CDTi 130 ch Cosmo (27 5 000 euros) :

    Citroën C5 2.0 HDi 138 Fap Dynamique (27 500 euros) ;

    Ford Mondeo 2.0 TDCi 140 DPF Titanium 5 p (27 700 euros) ;

    Renault Laguna 2.0 dCi 130 fap (28 750 euros)

  • Prix 4 et 5 p. SportTourer (+ 1 400 euros) :
    Essence : De 21 600 à 37 300 €
    Diesel : De 24 600 à 32 400 €

  • Nouveau nom, nouvelle voiture, nouvelles ambitions. C'est par ces mots qu'a débuté la présentation de cette Insignia. Notons toutefois que le nom Insignia a été testé sur un concept présenté au salon de Francfort en 2003. D'ailleurs, la face avant de l'Insignia cuvée 2009 en est très proche. Six ans et une Vectra au design discutable les séparent mais pour Mark Adams, le vice-président du design de GM Europe, c'était impératif (JA 1052/1053 p 18). En effet, selon lui, "La 1re génération de Vectra a connu des problèmes de qualité et la Vectra 2 avait donc pour mission de reconstruire les valeurs de robustesse et de qualités liées à la marque. Ce n'est que sur une base saine que nous pouvions lancer l'Insignia avec la rupture qu'elle marque. En brûlant cette étape, nous aurions tout simplement mis en danger l'Insignia. C'est l'éternelle histoire de la maison et des fondations." Pour le reste, Alain Visser, patron de la marque Opel, la résume parfaitement : "Elle offre un mélange réussi de design original, de plaisir de conduite et de grandes innovations technologiques, le tout pour un prix raisonnable." Bien que la subjectivité soit toujours de mise dans ce domaine, reconnaissons que le design est réussi. De plus, ce nouveau vocabulaire stylistique va être décliné sur la future gamme. Pour Bertrand Bach, un designer français de l'équipe, il s'agissait de redonner de l'élan à la marque via le design. Et ce sera également le cas avec le SportTourer qu'il a dessiné (voir entretien). Mais le design, bien que déterminant, ne peut garantir le succès. Le nouveau vaisseau amiral d'Opel peut compter sur une très large palette de nouvelles motorisations ainsi que sur des technologies jusqu'ici aperçues sur des segments supérieurs.

    4 motorisations Diesel pour 95 % des ventes



    Pas moins de 9 motorisations sont au programme ! Honneur au Diesel qui devrait représenter 95 % des ventes dans l'hexagone. L'Insignia décline un nouveau bloc 2.0 CDTi en 4 niveaux de puissance : 110, 130, 160 et 190 ch. Ce dernier faisant son apparition sur le SportTourer en avril prochain. De plus, une version EcoFlex sera bientôt disponible, notamment pour les flottes qui pèsent plus de 40 % dans le mix des ventes. Cette variante qui émettra mois de 140 de CO2/km s'appuiera sur la version 160 chevaux de cette nouvelle génération de mécanique Diesel. Quant à la gamme essence, le downsizing est au centre des évolutions. En effet, en plus d'un petit 1.6 Turbo développant 180 chevaux, bientôt disponible, Opel inaugure un bloc 2.0 Turbo dont la puissance est passée à 220 chevaux. Ce dernier peut d'ailleurs être associé à une transmission intégrale comme le 2.8 V6 de 260 chevaux. Baptisée Adaptative 4x4, cette transmission réagit en 80 millisecondes et est capable de faire varier le couple de 0 à 100 % entre les essieux avant et arrière. De plus, Opel propose en option un différentiel électronique à glissement limité. Les suspensions et le châssis d'une manière générale ne sont pas en reste avec le FlexRide. Ce nouveau système, dont l'électronique de gestion a été développée en interne, permet d'offrir un comportement optimum. En effet, bien que seulement trois modes soient à disposition du conducteur, Normal, Sport et Tour, il s'appuie sur 11 situations de conduite afin de coller au mieux en toutes circonstances. Dans les faits, si le conducteur a sélectionné le mode Tour, le mode Sport peut toutefois prendre seul le relais si la cadence de conduite augmente. Une personnalisation des réglages est même possible.

    Le plein de technologies



    L'Insignia peut également compter sur un équipement complet. Dès la finition Cosmo, l'Opel Eye, l'une des innovations, est même en série. Une performance car jusqu'ici un tel système capable de lire les panneaux de signalisation est davantage l'apanage des marques Premium comme par exemple BMW qui vient d'en équiper sa nouvelle Série 7. Pour offrir cela, Opel a travaillé en collaboration avec l'équipementier Hella. L'Opel Eye s'appuie sur une caméra haute définition grand angle capable de réaliser 30 images par seconde jusqu'à 100 mètres. Même la nuit. Ensuite, le logiciel interprète et matérialise les informations, les panneaux en l'occurrence, au centre de l'instrumentation. Cette technologie permet également d'alerter le conducteur en cas de changement de file. Toujours dans le domaine du contenu technologique, peut être moins exclusif mais encore rare à ce niveau de gamme, l'Insignia propose, de série sur la finition supérieure Cosmo Pack, le système d'éclairage dynamique AFL+. Pour mémoire, Opel a déjà vendu plus de 200 000 AFL depuis son introduction dans la gamme en 2003. Grâce à un faisceau pouvant prendre 9 positions, l'AFL+ est un vrai plus en terme de sécurité lorsque l'on sait que 82 % des accidents ont lieu la nuit malgré une circulation bien moins dense. De plus, ce système gère seul, grâce à des capteurs, la sélection feux de route ou feux de croisement. "L'Insignia est l'Opel la plus sophistiquée jamais vue, avec une technologie appropriée, mais surtout abordable pour le client", conclut Alain Visser.

    Une chose est sûre, Opel amorce avec sa berline un vrai tournant. La trajectoire choisie semble la bonne mais le Blitz devra confirmer. La nouvelle Astra, qui va être révélée à Francfort, et le futur Meriva sont donc très attendus. D'autant que l'enjeu, en volume, est tout autre.

    Photo : Que ce soit à l'extérieur ou à l'intérieur, le motif de l'aile, également appelé virgule, revient sans cesse pour asseoir la cohérence de la nouvelle signature stylistique Opel.
    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Renault va lancer un label VO ZE

    A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page