Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Madame Plus

Madame Plus

Plus séduisante, plus légère, plus aboutie, la nouvelle Mazda 3 arrive en concession. Forte de la nouvelle politique du constructeur en matière de réduction des poids, elle reprend les atouts plaisir du reste de la gamme....
...Un lancement primordial pour la marque.

Six ans après l'arrivée de la Mazda 3, première génération, sur le sol européen, le constructeur nippon revisite son modèle pour prolonger la saga à succès entamée en 1977. Avec 2 millions d'unités produites depuis 2003, le véhicule a trouvé sa clientèle et fait mieux que prendre la succession de la 323 sur le segment M1, après 26 ans de service en Europe et 10 millions d'unités produites. La nouvelle Mazda 3 se veut toujours une alternative sportive aux modèles Premium du marché et forcit le trait, pour ce faire, des composantes les plus caractéristiques de son ADN.

Pour ce nouvel opus, le design est ainsi encore plus agressif, laissant notamment apparaître un faciès particulièrement dynamique pour un look d'ensemble indéniablement sportif. Même chose à l'intérieur, où l'on ne renie toutefois pas le confort. Les lignes de la planche de bord balancent entre sobriété germanique et fluidité latine. Bien que fabriquée au Japon, sur le site d'Hiroshima, l'ensemble a de forts accents européens. Le centre de design de Leverkusen a, comme pour la précédente version, imprimé sa patte.


Une diététique vertueuse


La nouvelle direction assistée électro-hydraulique (EHPAS), plutôt précise, offre de bonnes sensations Le châssis renforcé et les suspensions rigidifiées confèrent alors au modèle un vrai comportement de sportive, sans pour autant martyriser le séant des passagers arrière. Un plaisir sur les routes sinueuses. Peut-être les familles trouveront-elles en revanche l'ensemble un peu trop ferme. Mais est-ce là la cible prioritaire de la marque ?

Le modèle reprend, comme ses sœurs Mazda 2 et 6, la nouvelle stratégie du constructeur en termes de réduction de poids. Une politique d'allégement globale, avec des efforts particuliers sur les composants et la nature même de certains matériaux, qui permet à la nouvelle Mazda 3 d'afficher une perte de poids de 15 kg par rapport à sa devancière. Une stratégie "Zoom Zoom responsable", annonce la marque. Agrémentée de progrès sur la propulsion et d'innovations, comme le nouveau catalyseur qui accompagne le moteur essence 2,0 l de 150 ch ou le nouveau filtre à particules qui réduit de moitié le temps de régénération et divise donc la consommation d'énergie sur le nouveau moteur turbodiesel MZR-CD 2,2 l, la diététique imposée à la Mazda 3 rend cette nouvelle génération écologiquement plus en phase avec les exigences actuelles de la législation française.

Seul ce 2,0 l essence BVA écope d'un malus de 150 euros. Le reste de la gamme se situe en effet dans la zone neutre. La version propulsée par le bloc 1,6 l Diesel de 109 ch, ne rejetant que 119 g CO2/km, bénéficie même d'un bonus de 700 euros. Du reste, ce modèle devrait à lui seul représenter 50 % des commandes. C'est du moins ce que prévoit le constructeur. Selon lui, 77 % des ventes devraient concerner des motorisations Diesel, contre une moyenne de 88 % sur le segment M1.
Notons que d'autres variantes viendront étoffer la gamme dans les mois qui viennent. En juillet, Mazda devrait en effet commercialiser une version "i-stop", agrémentée d'un système Stop & Start. Mais le constructeur livrera également en fin d'année une version sportive MPS, muni d'un bloc essence de 260 ch.


Une incitation à la montée en gamme


Avec un éventail tarifaire assez ramassé, la Mazda 3 peut sans doute paraître mal placée en entrée de grille, mais compétitive en version mieux équipée. Le modèle affiche un prix d'appel de 19 600 euros et un tarif maximum de 25 500 euros. Les écarts de prix entre les différents modèles n'étant pas très importants, cela nous renseigne sur la volonté de la marque. "Nous avons une structure de prix qui pousse clairement le client à monter en gamme", explique Thierry Guillemot, président de Mazda France. "Nous ne voulons pas favoriser le volume à tout prix, mais le volume rentable", poursuit-il. Une politique qui devrait faire basculer un certain nombre de clients sur la finition Sport, pour le coup, jouissant d'un rapport prix équipement compétitif. Cela ne fait malheureusement pas tout. Le marché étant ce qu'il est, évidemment.

En France, le segment a progressé de 2,8 % en 2008. Un exercice durant lequel la Mazda 3 a, pour sa part, reculé de 34 % à 2 622 immatriculations et une part de marché de 0,8 %. Occupant ainsi le 20e rang du classement 2008 sur ce marché. Le constructeur espère en vendre 2 500 cette année, en à peine six mois de commercialisation et 4 500 en année pleine, dès 2010. L'enjeu est de taille puisque pour la France, le modèle devrait représenter 20 % des immatriculations de la marque. "Nous visons au-delà de 1 % de part de marché avec ce modèle", confie Thierry Guillemot. C'est-à-dire retrouver une pénétration que le modèle n'a plus connue depuis 2005. La partie ne semble pas gagnée pour ce qui concerne cette année. Notons, en effet, que sur le premier trimestre 2009, la compacte nippone a enregistré une chute de 68 % de ses ventes, à 245 unités, sur un marché en recul, il est vrai, de 15 %. C'est dire si le réseau attend avec impatience cette Nouvelle Mazda 3.

ZOOM



Eligible au Contrat Mazda Service Plus

Lancée en avril dernier, l'offre Mazda Service Plus qui accompagne la commercialisation des véhicules neufs de la marque, jusqu'ici Mazda 2, 5 et 6, est désormais disponible sur cette Mazda 3, nouvelle génération. A partir de 1,5 e par jour, le contrat comprend les opérations d'entretien prévues par le constructeur, le remplacement des pièces d'usure selon le plan d'entretien préconisé et dans le cadre d'une utilisation normale du véhicule, puis l'appoint d'huile entre deux entretiens. La durée du contrat d'entretien "Mazda Service Plus" varie en fonction de l'option choisie. Le client peut en effet opter pour une durée allant de 36 mois (60 000 km) à 60 mois (120 000 km).


La Mazda 3 en bref



Date de lancement : juin

Segment de marché :
Segment C (21 % du marché européen avec 4,2 millions d'unités, 17 % du marché français)

Les principales concurrentes de la Mazda 3 Sport 1,6 l MZ-CD 109 ch (23 500 euros) :
Peugeot 308 1,6 HDi Premium FAP (23 450 euros),
Renault Mégane 1,5 dCi 105 ch Dynamique (23 400 euros),
Fiat Bravo 1,6 JTD 105 DPF Elegance (23 150 euros),
Toyota Auris 126 D4-D Luna (21 850 euros)

Objectifs de vente 2009 :
3 300 dont 2 500 nouvelles

Objectifs de vente en année pleine :
4 500

Prix :

19 600 euros à 23 900 euros (Essence)
22 400 euros à 25 500 euros (Diesel)

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page