Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
L’ultra polyvalent

L’ultra polyvalent

Avec cette 4e génération de l'Outback, Subaru revoit de fond en comble l'un de ses modèles phares. Bien que plus grand, plus confortable et mieux équipé, ce nouvel Outback ne perd rien de sa polyvalence.Bien que...
...la crise ait également ralenti Subaru, il n'empêche que le constructeur nippon a enregistré, en 2008, son meilleur exercice sur le continent européen avec 83 000 ventes. 2009 ne permettra pas d'établir une nouvelle marque, mais Tomoo Takenaka, président de Subaru Europe, confirme l'objectif de 70 000 unités. Une ambition principalement alimentée par la montée en puissance du Diesel chez Subaru car les grosses nouveautés, comme l'Outback, les Legacy berline et break, ne donneront leur pleine mesure qu'en 2010. En France, les performances sont quelque peu différentes. En effet, après une croissance de plus de 18 % en 2007 (1 782 unités), la marque a connu une difficile année 2008 avec un repli de 30,8 %. Depuis, la marque a réagi en recentrant sa gamme sur les mécaniques Diesel et affiche à fin août une croissance de 32,7 %. Ainsi, 61 % des Subaru vendues cachent un boxer Diesel sous leur capot. Les fans de rallye apprécieront ! L'objectif de 1 500 unités a donc été confirmé par Jean-François Pardé, le président de Subaru France. Un chiffre qu'il souhaite bien améliorer à l'avenir, jugeant que le potentiel de la marque dans l'Hexagone est compris entre 1 500 et 2 500 unités dans l'état actuel des choses. Une volonté de croissance que partage également son patron européen puisque ce dernier a pour mission de faire franchir la barre des 120 000 immatriculations en 2011. Dans les deux cas, les Legacy et l'Outback auront un rôle important. Une fois de plus, ce sera différent en France, car si l'Outback sera bien dans les concessions en janvier 2010 avec un objectif de 15 à 20 ventes mensuelles, pour les Legacy, une décision sera prise d'ici à la fin de l'année. En effet, Jean-François Pardé avoue qu'il discute encore avec le réseau (55 contrats et 70 points de vente en France métropolitaine) quant à l'opportunité d'importer la nouvelle génération de Legacy. Si pour lui, la variante break peut correspondre à une certaine demande, pour la berline cela apparaît plus compliqué.


Le Diesel sera roi !


Après leur début aux Etats-Unis, au Salon de New-York, la Legacy, qui fête son 20e anniversaire, et l'Outback ont profité de Francfort pour leur première européenne. Apparu pour la première fois en 1995, l'Outback restait depuis étroitement "lié" à la Legacy. C'est encore le cas aujourd'hui, mais… En effet, si techniquement les deux nouveautés partagent la même et nouvelle plate-forme, les mêmes groupes moto-propulseurs ou la même planche de bord, l'Outback possède cette fois un design plus différenciant.

Fidèle à l'esprit Subaru avec un moteur à plat et une transmission intégrale (ici un viscocoupleur à glissement limité), ce nouvel Outback a mis l'accent sur l'habitabilité et le confort. Alors si ce dernier est un peu ferme, pour l'espace de vie, cette 4e génération a vu plus grand notamment sur l'empattement qui gagne 75 mm au bénéfice des passagers arrière. De plus, avec cette nouvelle plate-forme, Subaru a développé un nouveau berceau afin de réduire encore les vibrations ainsi que les bruits parasites tout en offrant une plus grande précision de conduite puisque les suspensions comme la direction sont également fixées sur ce berceau. L'autre grosse nouveauté du modèle, une boîte CVT baptisée Lineartronic. Mais elle ne sera pas du voyage. En effet, elle est exclusivement associée au bloc 2.5i (170 ch) qui ne sera pas importé en France. Le 4 cylindres de 167 ch ne le sera pas non plus, à moins que le réseau presse fortement pour le contraire. Sous le capot, le roi sera donc le 2.0 Boxer Diesel. Incontestablement bien né, ce Diesel atypique brille ici encore par son agrément et son silence de fonctionnement. L'Outback Diesel est donc la combinaison gagnante qui devrait représenter la quasi-totalité des ventes. Le 6 cylindres de 260 ch n'aura que des miettes. Le choix sera donc assez simple d'autant que Subaru France ne proposera qu'une seule finition ultra complète. Impossible d'être exhaustif, mais le GPS, le Bluetooth, l'accès sans clé, la sellerie cuir, le Hill Holder, la caméra de recul, etc. sont de série.

L'Outback en bref



Date de lancement :  2 janvier 2010

Segment de marché : Crossover (SUV, break)

Objectifs : 180 à 240 unités en 2010

Principaux concurrents de l'Outback 2.0 Boxer Diesel 150 ch (39 900 euros) :
Citroën C-Crosser 2.2 HDi 160 ch Exclusive (38 150 euros) ;
Alfa 159 2.4 JTDm Q4 Selective 210 ch (40 150 euros) ;
Audi A4 Allroad 2.0 TDi 170 Ambition Luxe (47 500 euros)

Prix : Estimations
39 900 euros (2.0 Diesel 150 ch)
46 000 euros (3.6 BVA 260 ch)

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page