Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le Yeti débarque en ville

Le Yeti débarque en ville

Aperçu régulièrement depuis 2005, le Yeti arrive dans nos contrées. Disponible en 4 roues motrices, c'est, comme nombre de ses concurrents, dans sa version 2x4 que le crossover de Skoda devrait être le plus vendu.Voilà...
...quatre ans que Skoda exhibe son Yeti aux quatre coins des salons européens. A l'inverse de l'abominable homme des neiges, tout le monde l'avait vu, savait qu'il prendrait un jour le chemin de nos concessions. C'est chose faite. Le crossover du constructeur est enfin disponible à la vente. Peu de différences résident d'ailleurs avec le concept-car dévoilé en 2005. Des poignées de portes modifiées, un dessin des feux arrière quelque peu revu, puis des barres de toits qui ne se prolongent plus avec les montants avant. De menues évolutions qui permettent au Yeti de garder toute la bonhomie et la fraîcheur de style qu'il avait laissé entrevoir. Sera-ce suffisant pour séduire en masse ? Ce le sera en tout cas pour participer au renouvellement de l'image du constructeur. "Le véhicule est armé pour la conquête", nous dit-on chez Skoda. "Sans doute plus de 50 % des ventes", précise-t-on par ailleurs.


Trois quarts des ventes en 2x4


Le Yeti est un pur produit du groupe Volkswagen. Le crossover de Skoda reprend en effet la plate-forme, ou "module", de l'Octavia Scout, mais exploite également la base technique du Volkswagen Tiguan. Notamment ce coupleur 4x4 Haldex de 4e génération, qui avait été inauguré sur le petit SUV de la marque allemande l'an dernier. Côté motorisations, le Yeti ne partage que le bloc 2.0 TDI 140 ch avec son homologue de la gamme Volkswagen. Skoda offre un catalogue de 2 motorisations essence, pour trois variantes Diesel. Des moteurs dont la sortie s'échelonnera sur quelques mois. Dès son lancement, le Yeti sera ainsi disponible en 2.0 TDI 140 (4x4) et en 1.8 Tsi 160 (4x4). En octobre, arrivera le petit bloc essence 1.2 Tsi 105 (2x4). En décembre enfin, ce sont les blocs 2.0 DTI 110 (2x4), puis 140 et 170 ch qui s'ajouteront au catalogue. Notons que seule la version dotée d'un moteur 1.8 Tsi 160 ch sera "malussée" à hauteur de 750 euros. L'ensemble de la gamme affichant des émissions comprises entre 139 g et 159 g de CO2/Km, les différents modèles de Yeti sont ainsi dans la zone neutre en terme d'éco-fiscalité. En attendant les nouveaux seuils de tolérance bien entendu.

Sur un segment fortement diésélisé, le Yeti devrait lui aussi voir 85 à 90 % de ses immatriculations hexagonales concerner des versions Diesel. Le mix des ventes devrait d'ailleurs principalement se porter, selon le constructeur, sur les modèles Ambition 140 ch 4x4 et Active 110 ch 2x4. Ce petit bloc TDI, associé à une transmission deux roues motrices, est la version sur laquelle le constructeur devrait enregistrer le plus de commandes. Des ventes qui, malgré les bonnes dispositions du véhicule au tout-terrain, devraient également faire la part belle aux versions 2x4. Un peu à l'image de tous les véhicules de ce segment. Près des 3/4 des ventes devraient ainsi être effectuées en 2 roues motrices.


Une empreinte à laisser


En recul de 12 % en 2008 par rapport à 2007, les ventes sur le segment des véhicules loisirs du segment M2 ont repris des couleurs cette année. A la fin du premier semestre 2009, celles-ci étaient en effet en croissance de 10 % par rapport au cumul de fin juin 2008. L'an dernier, en effet, les trois premiers mois de l'année et l'instauration du bonus-malus avaient porté un dur coup aux ventes de SUV. Mais si le segment est actuellement en hausse, c'est aussi grâce à l'arrivée remarquée d'un concurrent de poids à l'indétrônable Qashqai. En seulement quelques semaines de commercialisation, le Peugeot 3008 trustait déjà la 2e marche du podium à fin juin avec plus de 5 500 immatriculations contre 7 800 à Qashqai (- 17 %), 4 800 au Tiguan (+ 18 %), 3 000 au Kuga et au Rav4 (- 25 %). La hiérarchie du segment pourrait donc être redessinée et l'effet nouveauté du Yeti jouer à plein. En 2010, principalement, où Skoda entend s'approprier près de 3 % du segment. Avec 2 000 unités en année pleine, le Yeti devrait ainsi laisser son empreinte sur les performances françaises de Skoda puisqu'il représenterait alors 10 % des ventes de la marque dans l'Hexagone.

Le Skoda Yeti en bref



Date de lancement : Disponible.
Segment de marché : Crossover M2 (66 000 immatriculations en 2008).
Objectifs : 650 pour 2009. 2 000 en année pleine.
Principales concurrentes du Skoda Yeti 2.0 Tdi 2x4 Ambition 24 400 euros :
Nissan Qashqai 1,5 dCi 106 Tekna (27 200 euros),
Volkswagen Tiguan 2,0 TDI 140 FAP Sportline (29 350 euros),
Toyota Rav4 150 D-4D Life 2WD (27 400 euros),
Peugeot 3008 1,6 HDi 110 Premium Pack FAP (27 600 euros)
Prix :
de 18 890 euros à 29 000 euros (Essence)
de 22 690 e à 31 900 euros (Diesel)


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page