Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Recette du bonheur

Recette du bonheur

Mazda Perfomance Series s'est à nouveau penché sur le berceau de la Mazda 3. Pour cette troisième génération, l'accent a été mis sur la liaison au sol et le plaisir. Conjugué à des moteurs et tarifs restant toujours très compétitifs,...
...Mazda détiendrait-il la recette parfaite pour occuper le haut du tableau ?

Capot bombé, prise d'air béante, une robe tout en muscle qui ne trouvait de fin qu'au bout d'un aileron hors norme : la Mazda 3 MPS avait impressionné son monde à Genève, en mars dernier. Depuis son stand, elle adressait un message sans ambiguïté à la concurrence, mettant en garde les petites GT de son arrivée prochaine. Six mois ont passé, la voici en concession.

La Mazda 3 MPS, c'est avant tout un look affirmé, un parti pris qui donne dans la sportivité. Comme souvent dans ce cas de figure, de tels traits ne laissent pas indifférent, tant ils sont en rupture avec la version précédente de la 3 MPS, si discrète. Kenichiro Saruwatari, responsable du programme de développement de la voiture, rappelle que la "sportivité", "l'environnement sportif et raffiné" ainsi que le "design émotionnel" ont été les trois valeurs clé durant les travaux. Trois points sur lesquels la berline compacte s'en sort relativement bien.


Une meilleure liaison au sol



Au plan de la sportivité, Mazda s'appuie sur un organe bien connu de la maison, à savoir le bloc 2,3 l de 260 ch turbocompressé à 15 bars, déjà éprouvé sur la précédente génération et sur la 6 MPS. Il accomplit toujours aussi bien sa tâche et pour le rendre encore plus efficient, Mazda a révisé sa copie en ce qui concerne le châssis. Point de transmission intégrale, la voiture opte une fois encore pour la solution de la traction avant, moins complexe et plus légère, selon les ingénieurs de Mazda. Ils ont toutefois jugé bon de mettre au point un régulateur de couple, dégressif, qui prend en considération l'angle de braquage pour contrôler la puissance. Renforcé par une barre stabilisatrice diminuant les mouvements de caisse. Efficace par rapport à la version antérieure, sans pour autant pénaliser le plaisir de conduite.

Mazda, par l'emploi d'acier haute résistance et de renforts locaux, se félicite d'avoir gagné 25 kg sur la balance, mais aussi d'avoir su conserver les propriétés de la Mazda 3 de base, à savoir un CX de 0,32. D'où la présence de cet aileron qui effectue un étonnant travail à haute vitesse, mais qui n'est pas sans rappeler le monde du tuning. Cible inavouée de la Mazda 3 MPS.


Outsider de talent



D'ailleurs comment évoquer l'univers du tuning sans parler de l'intérieur de la bête. La Mazda use des jeux de lumière sur la console centrale, notamment l'autoradio. Pour le reste, l'environnement demeure sobre. Quelques sigles MPS disséminés ici et là. Petit clin d'œil au manomètre de pression du turbo au milieu du tableau d'affichage.

Thierry Guillemot, président de Mazda France, attend de grandes performances de sa GT, non pas seulement sur la route mais dans les showrooms qu'elle a investis à la rentrée. "La 3 MPS doit attirer les jeunes couples dynamiques avec un enfant qui accordent de l'importance au design et au sport", intervient-il. L'objectif est de conquérir des parts de marché chez tous les concurrents, les productions du groupe VW en premier lieu.

La Mazda aura pour elle l'avantage du rapport prix/puissance, à 30 000 euros, contre 27 000 euros pour l'ancienne. A noter que cette nouvelle mouture offre néanmoins 2 955 euros d'équipements supplémentaires et fait donc "cadeau" des coûts d'évolution du produit. "La MPS parvient à s'inscrire dans notre démarche d'augmentation de fiabilité, tout en réduisant les coûts d'utilisation", complète Thierry Guillemot.
 
Le style tranchant sera sans doute un argument de poids sur un segment en plein renouvellement avec notamment la Megane RS ou la Golf R. Quant au critère de performance pure, la japonaise n'a pas à rougir face à des rivales comme la Subaru Impreza (230 ch), à quatre roues motrices, et la référence du moment, la Ford Focus RS, forte de 305 ch, au design, il est vrai, extrêmement racé. Quelle compétition !

La mazda 3 MPS en bref



•  Date de lancement : Disponible  
•  Segment de marché : Berline compacte sportive
•  Les principales concurrentes :
Opel Astra GTC OPC 240 ch : (31 770 euros) ;
Focus RS 305 ch : (33 650 euros) ;
BMW 130i 265 ch : (36 350 euros)
 

•  Prix : 30 000 euros

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page