Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Spark dans la bataille

Spark dans la bataille

La révolution Chevrolet se précise. En mars dernier débarquait l'ambitieuse berline Cruze. Neuf mois plus tard, la petite Matiz met un terme à sa carrière et cède sa place à la Spark, une citadine aux dents longues. Et le...
...constructeur américain d'écrire un nouveau chapitre d'un "plan 2012" en six étapes.

"La Spark arrive sur un marché des citadines en croissance de plus de 15 % en France et qui a doublé en Europe, à 10 % de PDM", rappelait Thierry Gennetay, directeur marketing de Chevrolet France, quelques semaines avant le lancement de la voiture. Dans ce contexte, on comprend toute l'importance de la nouvelle venue dans la gamme Chevrolet. Quelques mois après le coup d'éclat de la berline Cruze, la Spark vient confirmer le statut de Chevrolet : celui d'outsider sur lequel il faudra compter sur tous les segments.
La Matiz n'est plus, vive la Spark ! Chevrolet a voulu mettre un terme à la carrière de l'ancienne Daewoo pour donner un signe fort à cette intronisation. "La Spark est une tout autre voiture avec une tout autre plate-forme", explique les ingénieurs. Mais pour la petite histoire, il faut savoir que cette appellation existait déjà en Grèce et en Europe de l'Est. La Spark se veut une "voiture mondiale". Produite en Corée du Sud, en Amérique latine, en Inde et bientôt en Ouzbékistan, au rythme annuel de 350 000 exemplaires, la citadine sera présente dans les concessions européennes, asiatiques et américaines.

 

Un équipement des plus riches


Dans nos contrées, la Spark aura la tâche de succéder à la Matiz, soit réaliser 50 % des volumes totaux. Chevrolet attend aussi de sa citadine qu'elle tienne tête à une solide armée composée de la Renault Twingo, du trio 107-C1-Aygo ou encore de la Fiat Panda, sans omettre les figures montantes (Ford Ka, Mazda 2, I10, Picanto…).
Si aujourd'hui, l'effet de mode a son importance dans la décision d'achat, alors la Spark a pour elle l'avantage de ses lignes, assurément parmi les plus modernes de la production, grâce notamment à sa calandre de berline et ses barres de toit. Un soin apporté par les designers, qui trouve écho dans l'habitacle, à l'image de la planche de bord dynamique.
Comme la Cruze, la petite "Chevy" joue sur un rapport prix/équipement défiant toute concurrence. "Les gens ont désormais tendance à acheter un segment inférieur mais veulent conserver le niveau de confort qu'ils ont connu jusqu'à présent", observe Thierry Gennetay. C'est le credo adopté par la Spark : offrir tout autant pour moins cher. Les tarifs qui s'échelonnent de 8 690 à 11 990 euros, hors bonus écologique de 700 euros, comprennent de série un équipement riche pour la catégorie avec notamment la direction assistée, la banquette arrière rabattable (2/3-1/3), les six airbags et l'assistance au freinage d'urgence (BAS) dès le premier des quatre niveaux de finition. Au rayon de la sécurité, notons que la voiture manque les cinq étoiles EuroNCap d'un petit point, pour la seule raison que l'ESP est en option.

 

GPL au prix de l'essence


Chevrolet a prévu deux blocs essence, de 1 et 1,2 litre, développant respectivement 68 et 81 chevaux, mais malheureusement pour nous français, aucune alternative Diesel. Une lacune vis-à-vis de la concurrence, que le constructeur comble avec des versions bi-carburation GPL, "au prix des blocs essence", annonce le directeur marketing, insistant sur l'importance de cette solution pour la marque américaine. Le GPL doit en effet concerner 50 % des ventes de la marque et afficher 30 % de PDM à l'échelle nationale.
Au sujet des volumes de la Spark, Thierry Gennetay se veut justement prudent en se réservant sur les objectifs. "Nous n'aurions jamais cru réaliser plus de 18 000 immatriculations en 2009, nous ne pouvons donc présumer de rien pour 2010", argue-t-il. La Spark devrait néanmoins réaliser 80 % de ses ventes sur les deuxième et troisième niveau, Spark+ et LS, et un peu plus de 10 % sur le haut de gamme, LT. Cette dernière finition pâtira sans doute du fait qu'elle n'est disponible qu'avec le moteur 1,2 l, pas forcément le plus séduisant.
En 2005, Chevrolet couvrait 28 % des besoins automobiles. Après la Cruze et la Spark, viendront s'ajouter le monospace compact Orlando, l'électrique Volt, la sportive Camaro, en plus du rafraîchissement de la gamme actuelle. Une politique produits si bien menée qu'à l'horizon 2012, la marque répondra à 65 % de la demande européenne. Force est de constater que l'ère Daewoo est définitivement révolue.

La Spark en bref



• Date de lancement : février
• Segment de marché : Mini citadine
• Objectifs : NC
• Principales concurrentes de la Spark 1,0 l (8 690 euros) :
Renault Twingo 1,2 l LEV 16v Authentique 75ch (10 050 euros) ;
Peugeot 107 1,0 l 12v Trendy 68 ch (10 150 euros) ;
Fiat Panda 1,1 l 8v Team II 54 ch (9 100 euros) ;
Kia Picanto 1,1 CRDI 75 ch (9 890 euros)
• Prix :
8 690 euros (1,0 l)
10 590 euros (LS 1,0 l GPL)
11 990 euros (LT 1,2 GPL)

Photo : La Chevrolet s'offre de sérieux atouts sur le plan esthétique. Elle reprend la calandre de la berline, dissimule ses portes arrières et se pare d'un tour de caisse travaillé, sans oublier les barres de toit.
 
Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page