Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Presque paneuropéenne, la Fluence !

Presque paneuropéenne, la Fluence !

Renault a lancé, presque confidentiellement, la fameuse Fluence, remplaçante de la Megane tricorps, dont on a particulièrement entendu parler pour sa variante électrique, prévue en 2011. En attendant, nous avons pris le volant...
...du modèle thermique, disponible dès la mi-janvier dans le réseau, mais qui ne répond pas à toutes les attentes…

Tout d'abord, la communication faite autour de ce nouveau modèle semble montrer que le constructeur au losange ne mise pas vraiment sur le marché français pour la commercialisation de la Fluence. Et d'ailleurs, la gamme proposée confirme ces doutes : pas de moteur essence et seuls deux moteurs Diesel pour l'Hexagone…

Fluence est la version européanisée de la SM3 coréenne, commercialisée depuis juillet 2009, et construite en partenariat avec Samsung Motors. Mais sa théorique ancienneté masque un vrai renouveau dans la culture du segment par Renault. En effet, depuis l'apparition de la Megane, en 1996, les tricorps, aux ventes ultra-confidentielles dans l'Hexagone, n'étaient que des dérivés des berlines. Avec Fluence, Renault offre désormais un design propre à sa "quatre portes du segment C".
D'abord commercialisée en Turquie, Russie et Roumanie, ses marchés de prédilection, la nouvelle berline de Renault sera ensuite déclinée dans 80 pays du monde, plus ou moins confidentiellement, dont la France.

Et, si Renault refuse d'accoler la dénomination de véhicule low-cost à la Fluence, il faut pourtant reconnaître que le constructeur a tout de même joué les économies d'échelles. Dessinée au Technocentre, elle est fabriquée à Bursa, en Turquie, dans l'usine, qui assemble également les Symbol et Clio III dans leurs versions 5 portes et Break. Le constructeur produit ainsi au plus proche de ses marchés ciblés, tout en réalisant des économies sur la fabrication. Les motorisations, largement éprouvées, ne devraient pas, quant à elles, poser de problème en après-vente. Enfin, la base architecturale de l'auto provient de la Megane III. Le train AV étant issu de la Megane II et le train AR de la cousine Nissan Sentra.

Différenciante à plus d'un titre, elle se démarque de ses concurrentes avouées, (Skoda Octavia et autres Chevrolet Cruze), par l'absence de cloison entre le coffre et l'habitacle, lui conférant un volume de coffre considérable, ainsi que par un équipement soigné. Le système Carminat TOMTOM, la téléphonie Bluetooth et le "3D Sound by Arkamys" en font donc un sérieux outsider. A tel point que les observateurs lui reconnaissent même une certaine propension à concurrencer la Laguna, seulement 7 cm plus longue, mais tellement plus chère… Pas de problème de ce côté pour Renault, qui affirme, avec raison d'ailleurs, que Fluence ne présente pas du tout le même positionnement statutaire, ni la même étendue de gamme ou encore un éventail d'options comparable… Le vrai risque serait plutôt de phagocyter des ventes de Megane. Bien sûr, sa conception est plus ancienne et son design moins accrocheur et séduisant, mais pour 1 000 euros de moins et une habitabilité supérieure, la tentation est grande, de s'offrir une vraie routière, pour le prix d'une compacte… Les loueurs et autres clients grands comptes ne s'y tromperont certainement pas…

 

Renault ne mise pas sur la France


On regrettera le peu d'efforts faits pour la commercialisation sur le marché français. Clairement axée sur l'Europe centrale, la Fluence ne roulera en France qu'au gasoil, avec seulement deux versions. Le choix ne sera donc pas très compliqué entre un dCi 85 Expression et le dCi 105 Privilège. Pas non plus de boîte automatique (réservée à la motorisation essence, non disponible en France), ni de CVT. Dommage car, même à la fin de sa commercialisation, la Megane II tricorps représentait encore en France, pas moins de 10 % des ventes totales du modèle…

 

Bientôt l'électrique


A partir de mi-2011, Renault commercialisera une version 100 % électrique de la Fluence. Incluse dans le programme du constructeur, qui doit aussi accueillir la ZOE Fluence ZE, pour zéro émission, sera également construite à Bursa, en Turquie. Le groupe commercialisera cette version "dans un premier temps en Israël et au Danemark, dès le premier semestre 2011, avant d'étendre sa commercialisation à d'autres pays". L'auto offrira trois modes de rechargement : la charge conventionnelle, la charge rapide et le fameux "Quickdrop", système d'échange rapide de batteries.

La Fluence en bref



• Date de lancement : Novembre 2009 en Turquie, et mi-janvier 2010 en France
• Segment de marché : Berlines du segment C
• Les principales concurrentes de la Renault Fluence dCi 105 Privilège :
Chevrolet Cruze 2.0 VCDI 125 : 19 400 euros
Skoda Octavia 1.6 TDi 105 : 26 490 euros
• Prix :
19 750 euros Fluence dCi 85 ch Expression
23 800 euros Fluence dCi 105 ch Privilège

Photo : La Renault Fluence, avec un design propre et un équipement pléthorique, pourrait venir concurrencer la Megane, plus chère…
 
Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page