Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Punto Evo :  l’instinct écolo

Punto Evo : l’instinct écolo

La nouvelle Punto Evo, remplaçante de la Grande Punto, s'embourgeoise en tutoyant la nature et joue la carte des choix multiples. Avec un faible taux de CO2 comme règle d'or.Chez Fiat,...
...on se souvient avec émotion de l'appellation de "Baby Maserati" pour la Grande Punto, lancée en 2005 avec 4 mètres de long, une belle dimension pour une citadine. Et on se rappelle également la naissance de la Punto tout court, en 95, remplaçante de la Uno, et surtout celle de la Punto 2 qui s'était fait riche d'un Common rail et que récompensa EuroNcap de 4 étoiles au crashtest. Alors, quand se présente la nouvelle, c'est assurément forte d'un héritage qu'elle n'a pas le droit de malmener ou, pire encore, de dénaturer. D'ailleurs, pour ne pas se tromper de rôle, la Grande Punto devient l'entrée de gamme - eh oui la gloire au sommet est éphémère - et devrait compter malgré tout dans les 15 % de ventes de la famille en allant chasser sur les terres de la Dacia Sandero par exemple, évoque Guillaume Defoulounoux, directeur de Fiat France. La Grande Punto sera commercialisée à 300 euros de moins que la Punto Evo en prix d'ouverture. Sans développement prévu non plus, la Punto s'arrête malgré les aficionados du modèle. La Punto Evo devient donc le fer de lance, le concentré de technologie et surtout le vecteur écologique. Evo signifiant "époque", que l'on traduit en communication par Evolution, la nouvelle voiture doit à la fois porter les valeurs des précédentes (rapport qualité - prix ; style et motorisations évoluées) et rompre définitivement avec les vilaines réputations de fragilité des matériaux. Un programme qui semble bien avoir été rempli.


Euro 5, nous voilà !



Quand d'aucuns multiplient les versions colorées ou les packs d'options - il y en a là aussi, rassurons-nous, Punto Evo déroule huit motorisations différentes essence, Diesel ou bi-carburation en mettant en avant les nouveaux MultiAir et Diesel MultiJet bagués EuroV. L'offre est tellement riche, que Fiat a décidé d'appliquer un code couleur sur le logo apposé sur le hayon arrière : vert pour la bi-carburation, rouge pour les motorisations les plus performantes (1.4 MultiAir Turbo 135 ch et 1.6 Multijet 120 ch), enfin noir pour les autres. Je propose Turquoise pour l'électrique quand il arrivera, mais ce n'est qu'une suggestion. Plus sérieusement, Fiat poursuit sa course en tête des motorisations vertueuses pour les petites cylindrées. Rappelons que selon Jato, le groupe est toujours en tête, devant les Français, comme le constructeur le moins polluant. Ce qui fait l'actualité forte du moment, c'est l'arrivée pour la première fois chez Fiat du 1.4 MultiAir dont la première apparition s'est faite chez Alfa MiTo, excusez du peu. Ses atouts ? Plus de puissance, plus de couple et moins de CO2 et une consommation réduite. Développée par FPT, Fiat Powertrain Technologies, cette technologie s'appuie sur un "système électro-hydraulique de gestion des soupapes qui permet de réduire la consommation (grâce à un contrôle direct de l'air au moyen des soupapes d'admission du moteur, sans utiliser le papillon) et les émissions polluantes (grâce au contrôle de la combustion)". En clair, faisons-nous plaisir avec un moteur essence sans se prendre la tête avec la consommation, soit avec le 105 ch atmosphérique soit avec le 135 ch turbo compressé qui nous fait un petit 8,5 secondes de 0 à 100 et autorise les 200 km/h. Les deux motorisations sont bien sûr homologuées EuroV de même que les MultiJet Diesel. Là aussi, Punto Evo fait fort en se dotant des versions MultiJet deuxième génération pour son 1,3, 95 ch Euro 5 qui se fait le 0 à 100 en 11,7 s, et atteint les 178 km/h. Sa consommation s'avérant très faible (4,2 l) comme son taux de CO2 (110 g/km). Même constat pour le 1,6 MultiJet 120 ch Euro 5 qui ne dépassera pas les 119 g/CO2.


Des innovations technologiques et électroniques



Toujours dans l'optique de la baisse de consommation, Fiat a équipé de série ses modèles Punto Evo essence et Diesel Euro 5, du système Stop and Start. Celui-ci, comme son nom l'indique, coupe automatiquement le moteur lorsque la voiture est à l'arrêt (notamment dans les embouteillages) et bien sûr gère son redémarrage. De la même façon, le dispositif Gear Shift Indicator permettra au conducteur de réguler sa consommation en l'informant simplement et discrètement du moment adéquat pour passer à la vitesse supérieure ou au contraire pour rétrograder afin d'obtenir une gestion optimale du moteur. Un dispositif que l'on peut adosser à l'eco-Drive, sorte d'assistant à la conduite qui analyse, via un port USB, toutes les caractéristiques de 'pilotage' de l'automobiliste. Celui-ci bénéficie alors d'un panel de recommandations personnalisées dont il peut alors tenir compte pour conduire plus écolo. Cela peut même devenir un jeu… Côté innovation-plaisir, n'oublions pas le lancement de la plate-forme Blue&Me-Tom Tom, dernière génération des Blue&Me, encore plus conviviale et multifonctions. Ce système d'info télématique, en effet, met en relation les dispositifs de navigation, de téléphonie et d'informations du conducteur qui peut tous les utiliser via un écran couleurs tactile. Ou via des commandes au volant ou vocales. A noter qu'en cas de problème mécanique vous êtes guidé vers le réparateur le plus proche, un réparateur agréé, multimarques ou non ? Le constructeur ne le dit pas, mais on ne lui pose pas la question non plus !


Question de style



S'il est bon de savoir que, dans ce modèle, Fiat a renchéri en termes de sécurité, en ajoutant des air-bags, en cumulant les systèmes de protection ou d'aide à la conduite comme l'ABS, l'EBD et bien sûr l'ESP auquel s'ajoute le Hill-holder, pour ceux qui craignent de redescendre lorsqu'ils gravissent une côte, il vaut mieux avoir une voiture au design attractif au préalable. La nouvelle Punto Evo a bien été retravaillée, surtout son intérieur qui dégage une impression de bien - être tout en étant modern life. Les avis sont partagés - à chacun ses goûts susurre la sagesse populaire - mais reconnaissent une mutation évidente par rapport à la précédente et une recherche plus convaincante que nombre de ses consoeurs d'autres marques. Tout d'abord, il faut souligner le choix des matériaux pour la planche de bord, agréables au toucher, et sans reflets disgracieux, un revêtement "hi-touch" qui se décline d'ailleurs en trois couleurs. (Ces trois versions de coloris se déclinent à l'envi selon les versions). Ce qui donne encore plus d'effet à la bonde lumineuse qui, la nuit, émerge juste au-dessus de la bande frontale en créant une ambiance "club privé" assez sensuelle. L'union (on devrait dire la "réverbération") de la partie haute de la table de bord comprenant les aérateurs et de la partie basse souligne une nouvelle console particulièrement réussie. Cette dernière se divisant en deux parties distinctes, la première intégrant l'audio (très brillant, high tech), la seconde la climatisation, toutes bénéficiant d'un accès simple et compréhensible immédiatement. La dualité qu'on observe dans la conception de la console et de la planche définit l'ensemble de l'intérieur grâce à l'ajout de tissus sur les portières ou au côté bi-colore des sièges dont l'ergonomie a aussi été revue. Des rangements supplémentaires, par rapport à la version, précédente permettent l'intégration plus discrète du système Blue&Me. En clair, la Punto Evo est plus confortable, plus longue aussi puisqu'elle fait 4,06 mètres au lieu de 4,03, plus raffinée et véritablement mieux pensée selon les besoins de place et technologiques des automobilistes. Le travail effectué sur la calandre avant, là encore scindée en deux pour apporter plus de fluidité à l'ensemble et, paradoxalement, de robustesse au pare-chocs, appelle le regard sur la barre chromée enchâssant le logo, pointe d'élégance inusitée sur une "petite voiture". Enfin, on n'oubliera pas de souligner les gros efforts réalisés par le constructeur pour limiter les nuisances sonores en adoptant un cache moteur absorbeur de bruit, et un ciel de toit paré de la même fonctionnalité. Toutes ces innovations réduisent le bruit total de 10 %, de quoi en parler autour de soi…

La Punto Evo en bref



• Date de lancement : Disponible
• Segment de marché : Citadines
• Objectifs : 20 000 / an
• Principales concurrentes de la 1,3 Multijet 95 ch S&S DPF 17 350 euros :
Clio Expression Clim dCi 85 eco 2 : 17 450 euros ; Polo Trendline 1,6 TDi Fap : 16 750 euros ; Fiesta Trend 1,6 TDci 90 ch 17 380 euros ; Peugeot 207 1,6 HDi 90 ch : 17 550 euros
• Prix : de 11 490 euros à 19 900 euros (toutes versions)

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Pautric investit à Rennes

L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page