Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Remonter la pente

Remonter la pente

Après les profondes évolutions, notamment mécaniques, de l'automne dernier, le T5 et ses dérivés sont aujourd'hui disponibles avec la transmission intégrale 4Motion qu'il est, par ailleurs, possible de combiner avec la boîte...
...DSG.

Parfois le hasard fait bien les choses. En effet, avec l'hiver que nous vivons actuellement, l'intérêt autour des produits à transmission intégrale est plus fort. Souvent associés aux régions montagneuses, où il est vrai qu'ils sont parfaitement à l'aise, ces produits font également valoir un aspect sécuritaire lors de conditions climatiques difficiles. Quel que soit le lieu. Largement développée par les constructeurs dans l'univers du VP, la transmission intégrale est, en revanche, plus rare dans celui du petit VUL. Il s'agit de la niche sans doute la moins concurrentielle du marché. En effet, seuls PSA et Fiat, avec le concours de Dangel, et Volkswagen Utilitaires se disputent des parts de marché dans l'Hexagone. Et l'Allemand propose aujourd'hui, sur les T5 TDi 140 et 180 ch, une version 4Motion. Présente depuis 25 ans dans la gamme, cette offre de transmission intégrale, baptisée Syncro à ses débuts en 1985 avant de devenir 4Motion en 2003 avec l'arrivée du T4, a ses fans. En effet, les dérivés du T5, notamment ceux destinés au transport de personnes comme les navettes d'hôtels ou les taxis par exemple, sont les plus demandeurs. De plus, la possibilité de coupler le 2.0 Bi-TDi 180 4Motion avec la boîte DSG7 vient encore renforcer l'attrait du produit auprès de cette clientèle. L'univers purement utilitaire, lui, y est moins sensible ou alors pour des besoins vraiment spécifiques, tels les ambulances ou les appels d'offres, des institutionnels EDF ou l'Etat via l'ONF.
 


Une baisse des entrées atelier


Le T5 demeure le poumon de la marque devant le Crafter et le Caddy. Sur les 11 500 immatriculations de l'année 2009, près de 3 800 concernaient des Transporter. Pour 2010, malgré le contexte économique peu lisible, Luc Chausson, le directeur de Volkswagen Utilitaires, souhaite atteindre un volume de 6 000 unités. Il faut dire que les profondes évolutions apportées à l'automne dernier sur le T5 (voir JA N° 1096) seront un atout. Une nécessité pour un réseau qui a vécu une année 2009 difficile. En plus d'une baisse des ventes de VN (avec 373 996 unités en 2009, le marché total est retombé au niveau de l'exercice 2006), les affaires ont dû également faire face à une baisse des entrées atelier, contrairement aux attentes. En effet, l'utilisation plus longue d'un même véhicule, donc générant davantage d'opérations d'entretien, a, en fait, été annihilée par une réduction des parcs utilisés par les entreprises.

Toutefois, dans ce contexte où il faut relancer le business, Volkswagen Utilitaires a choisi de ne pas offrir des prix barrés mais de jouer la carte des services avec notamment l'extension de garantie à 5 ans pour 1 euro de plus pour l'achat d'un nouveau Transporter. "Les premiers retours sont bons", affirme Luc Chausson, confortant le très bon démarrage du Transporter qui est déjà sur le même trend de la génération précédente. "Le VO, c'est-à-dire la capacité de reprise du réseau, sera un des autres défis de l'année", a indiqué le directeur de la marque. Dans ce contexte, l'offre 4Motion sera un atout de plus. Le constructeur espère que la part de cette transmission va grimper au-delà des 10 % observés jusqu'ici.

Transporter 4Motion en bref



• Date de lancement : Février 2010
• Segment de marché : Fourgons
• Objectifs : 6 000 unités dont + de 10 % en 4Motions
• Prix :
Transporter 2.0 TDi 140 4Motion à partir de 26 620 euros HT
Caravelle 2.0 TDi 140 4Motion à partir de 37 050 euros HT
Caravelle 2.0 TDi 140 4Motion à partir de 39 890 euros HT
California 2.0 TDi 140 4Motion à partir de 40 650 euros HT

 

Photo : 2009 avait marqué le 60e anniversaire du Combi. En 2010, Volkswagen Utilitaires fête le 25e anniversaire de l'apparition de la transmission intégrale. Baptisée Syncro en 1985, sur le T3, elle est aujourd'hui nommée 4Motion et cache un Haldex de 4e génération.
 
Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Véhicules étendus : Bruxelles veut élargir l'accès des données

La Commission européenne vient d'annoncer qu'elle pourrait mettre en place une réglementation relative aux véhicules dits "étendus", si l'accès aux serveurs d'hébergement des données n'était pas suffisamment

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page