Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le constructeur ressort ses griffes !

Le constructeur ressort ses griffes !

On attendait avec impatience la réaction d'orgueil de Peugeot, quant à sa vision du coupé sport, un marché sur lequel il excella il y a quelques années et où la concurrence était parvenue à faire oublier les coupés 406 V6 des...
...grandes heures… Aujourd'hui, RCZ est la plus cohérente des réponses françaises à la très réussie TT d'Audi.

La cible est bien là. Le coupé allemand qui nargue le marché de toute sa superbe depuis maintenant plusieurs années, aura donc désormais en face de lui une "petite" française dont le constructeur sochalien n'a pas à rougir. Style, moteur, plaisir, mais aussi positionnement tarifaire, sont résolument de nature à induire un doute dans la tête de l'acheteur, a priori acquis, de la marque aux anneaux.
D'ailleurs, la marque au lion ne s'en cache pas. RCZ est le premier véhicule de la gamme "hors série" de Peugeot, qui ne comporte pas de chiffre dans son patronyme, mais seulement 3 lettres. RCZ est aussi le premier bébé de Peugeot à arborer fièrement la nouvelle identité graphique choisie par la marque. Comprenez un nouveau lion stylisé, plus dynamique, qui prendra bientôt place sur l'ensemble des capots de Peugeot.

RCZ est avant tout un véhicule d'image, destiné à attirer le chaland haut de gamme dans les concessions. Ce sont les distributeurs qui vont être contents, d'autant que ledit véhicule risque de remporter un joli succès d'estime, voire plus. Les objectifs avancés par le constructeur font état de 17 000 unités en année pleine, la seule fin de 2010 devant voir s'écouler 12 000 voitures. A terme, Peugeot espère se battre pour 12 % du marché des coupés M1.


Fabrication sous-traitée


Peugeot ne disposait pas des capacités de production en interne pour la fabrication de son petit coupé. D'où l'idée de choisir le site de Magna Steyr en Autriche, un illustre sous-traitant qui œuvrait déjà notamment pour le compte de Cadillac ou du défunt SAAB.

L'histoire débute en septembre 2007, lors du salon de Francfort. Peugeot y présente, sur son stand, un concept car, déjà sous le nom de RCZ. Devant l'engouement de la presse et des visiteurs, la direction de la marque prend rapidement la décision de lancer le développement d'un modèle de série. Pour autant, elle souhaite que tout se fasse vite. Très vite même… Ingénieurs et stylistes se mettent au travail, et parviennent donc à présenter un véhicule en moins de deux ans, soit deux fois plus rapidement qu'un véhicule de grande série. D'où notre crainte de prime abord, quant à la qualité intrinsèque du RCZ. Des inquiétudes immédiatement levées, à la vue du résultat, basé sur la plateforme 2 du groupe PSA, déjà éprouvée sur le 3008 ou la 308…


Athlétique, élégante et différenciante


La clientèle type des coupés sport se veut résolument moderne et particulièrement exigeante en innovations. C'est de ce postulat que sont partis les ingénieurs en charge du développement. Au plan esthétique tout d'abord. En dehors de toute considération stylistique, dont nous vous laisserons seuls juges, la RCZ comporte quelques innovations qui la positionnent au niveau de la concurrence. C'est le cas notamment de l'aileron arrière mobile, dont Peugeot a bien conscience que son utilité peut être contestée en roulage quotidien. Alors, pour assumer pleinement le côté "frime" du système, le constructeur a disposé un bouton poussoir dans l'habitacle, permettant de déployer l'aileron à volonté, même à l'arrêt. Effet garanti !

Impossible également de passer à côté de ce toit panoramique en verre, aux formes si typiques… Ce double bossage du pavillon et de la lunette arrière, réalisé par Saint Gobain Vitrage en exclusivité et pour la première fois pour le RCZ, se présente comme le plus complexe jamais produit, de l'aveu même de l'équipementier. Ajoutez à cela les deux arches couvertes d'aluminium, qui viennent souligner élégamment l'habitacle, il ne fait aucun doute que le RCZ sera remarqué dans la rue, un vrai plus pour un coupé sport.


Le pilote à l'honneur


A l'intérieur, les stylistes ont cultivé une ambiance racing, de sorte que le conducteur, ou plutôt le pilote, se retrouve plongé dans un univers sportif. En dépit de certains plastiques, que l'on pourrait juger indignes de la classe de l'auto, l'impression générale est celle d'un cocon… de course ! La position de conduite basse, le pédalier en aluminium, le volant petit diamètre (sur certaines versions) donnent à la bombinette des allures de bombe atomique. Et les mortiers se déchaînent à mesure que nous essayons les différentes motorisations disponibles.


Soupapes en liberté


Pour commencer, le "sage" 2.0 HDi, développant 163 ch, nous bluffe déjà par le couple qu'il dégage, sur le RCZ. D'autant que la boîte mécanique à 6 rapports parvient à passer les 340 Nm avec une étonnante facilité. Le Diesel, que les puristes considèrent comme hérétique dans un coupé sport, a donc bien sa place sous le capot du RCZ.

Mais la version disons… noble…, destinée à concurrencer les cavaleries allemandes, se voit dotée de l'inédit 1,6 l essence THP de 200 ch à turbo Twinscroll, particulièrement à l'aise dans le coupé de Peugeot. Un moteur, issu du Downsizing, à essayer au plus vite, tant sa souplesse et sa relative violence conviennent à la voiture. D'autant que, pour agrémenter la puissance perçue, les ingénieurs de Peugeot ont énormément travaillé l'acoustique du moteur, lui offrant même un système baptisé "Sound System". Il s'agit d'utiliser la dépression du moteur à l'admission, pour faire vibrer une membrane située dans un résonateur lui-même placé dans l'habitacle. Ainsi, en fonction de la charge du moteur, le système délivre des harmoniques rageuses lors des accélérations, tout en redevenant silencieux à vitesse stabilisée. Un système à tester de toute urgence, car bluffant d'efficacité. Et, pour en finir avec la cavalerie, il convient de souligner les efforts consentis par Peugeot en termes de consommation et d'émissions polluantes. Même si ce n'est pas le critère principal de choix sur ce marché, gageons que les 139 g de CO2 pour le 2,0 l HDi, pourraient présenter un bel avantage marketing sur la concurrence…


Un seul niveau de finition


Pour une fois, le choix de la version d'un véhicule ne constituera pas un casse-tête. En effet, un seul modèle est disponible, avec trois motorisations. Le 1,6 l THP essence de 156 ch, le 1,6 l THP de 200 ch, et le 2,0 l HDi de 163 ch. La transmission est confiée à la boîte mécanique à 6 rapports du groupe, tandis qu'une boîte auto peut équiper le bloc 1,6 l THP de 156 ch.

Mais une seule version ne signifie pas une voiture unique. Il sera proposé une myriade d'options sur le RCZ. On citera par exemple des personnalisations haut de gamme comme le toit en carbone, les arches anodisées, ou encore des gammes de stickers, pour renforcer le côté unique de l'auto. Sept teintes de carrosserie seront également disponibles.

Le RCZ en bref



• Date de lancement : 22 avril 2010
• Segment de marché :
M1 - Coupé à vocation sportive : 15 000 véhicules à l'année
• Principale concurrente du RCZ 1,6 l THP (200 ch) (environ 30 000 euros) :
Audi TT 2.0 TFSI 200 ch S-line : 39 420 euros
• Prix : De 27 400 à 30 000 euros

FOCUS



Premiers clients livrés

Les 200 premiers exemplaires du RCZ Limited Edition blanc nacré ont été livrés à leurs clients privilégiés, lors d'un évènement sur le circuit du Castellet. Peugeot a, en effet, invité les propriétaires de RCZ Limited Edition à venir prendre possession de leur voiture sur le circuit du Castellet, alors que les pilotes Peugeot Sport s'entraînaient sur place en vue des 24 Heures du Mans. Les futurs conducteurs de RCZ ont donc reçu les clés de leur voiture des mains des pilotes, et ont eu le plaisir de profiter des essais, de nuit comme de jour, vus des paddocks comme vus du ciel, à bord d'un hélicoptère. Rappelons que ces premiers acheteurs de RCZ, dont 26 clients français, ont pu s'offrir leur jouet lors d'une vente éclair sur Internet à l'occasion du salon de Francfort. Moins de 48 h auront été nécessaires pour que les 200 exemplaires numérotés de RCZ Limited Edition soient achetés.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page