Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
ASX : le va-tout de Mitsubishi

ASX : le va-tout de Mitsubishi

Après deux années difficiles, notamment en France, Mitsubishi veut sortir de l'ornière grâce à l'ASX, son nouveau crossover compact. Pour le plus grand bonheur des distributeurs, il sera dans les showrooms fin juin avec...
...de vrais atouts. Son tout nouveau bloc Diesel et son agrément en font partie.

60 % ! Voici la croissance qu'attend Mitsubishi France cette année. Cela peut paraître fou sur un marché annoncé à - 10 %, mais il faut se souvenir que 2009 a réellement été une année noire pour le constructeur avec seulement 4 241 immatriculations, 2 130 VP et 2 111 VUL. Quelles semblent loin les 12 000 ventes de l'année 2003. Mais pour Charles de Ligne, directeur des ventes et du marketing de Mitsubishi France, ce record est appelé à être battu. Certes, cela ne se fera pas en un jour, mais l'arrivée de l'ASX et ses 1 400 immatriculations escomptées dès 2010 devraient permettre à la marque aux diamants d'afficher 5 700 ventes cette année. Il s'agit de l'objectif fixé. Ce nouveau crossover compact va immédiatement devenir le best-seller devant l'inusable L200 (1 200 unités), le Pajero (800 unités) et l'Outlander (700 unités). Sans oublier l'iMiev qui sera disponible en fin d'année. Pour l'heure, le plan de marche semble respecté avec, au premier trimestre, une croissance de 65,2 % pour les VP et de 31,3 % pour les VUL. De biens meilleurs résultats, qui vont également faire du bien à un réseau qui a également vécu deux années difficiles. Constitué aujourd'hui de 110 points de ventes (77 opérateurs), le réseau aurait une taille idéale à 130 représentations, avoue Charles de Ligne. Pour atteindre ce chiffre, le travail se poursuit et d'ici la fin de l'année, 5 nouveaux points devraient ouvrir. Cependant, ce maillage n'est pas le seul travail engagé. En effet, pour le directeur des ventes, qui a longtemps œuvré au développement réseau justement, l'effort va également porter sur l'implication des opérateurs. C'est-à-dire que Mitsubishi préfère travailler avec de petites structures, qui sont d'ailleurs plus performantes, qu'avec des grands groupes de distribution. "Il y a des arbitrages dans les grands groupes qui ne conviennent pas forcément à la marque, précise Charles de Ligne, mais compte tenu des difficultés financières nous les respections." Bien que n'inversant pas le rapport de force, le rebond annoncé de Mitsubishi devrait permettre cette meilleure représentation.


Un bloc Diesel avec calage variable de la distribution



"Pour la première fois depuis longtemps, nous disposons du bon véhicule, au bon moment et sur le bon segment", lâche un porte-parole de Mitsubishi comme pour en finir avec les années difficiles. Plus court de 34,5 cm que l'Outlander, dont il reprend la plate-forme et 70 % des composants, l'ASX joue bel et bien dans la catégorie des compacts en pleine expansion. Et Mitsubishi Europe en veut sa part, même s'il est conscient que le Qasqhai, avec ses 185 000 unités sur le continent l'année dernière, ne joue pas dans la même cour. L'ASX devrait représenter 30 000 ventes supplémentaires pour le constructeur cette année. Ses atouts ? Ils sont nombreux, avec en tête un réel agrément de conduite et un nouveau bloc Diesel maison. En effet, l'ASX inaugure un 4 cylindres baptisé en interne 4N13. Commercialement appelé 1.8 Di-D, il développe une puissance de 150 ch. S'il devient naturellement plus sonore dans les hauts régimes, pour le reste, c'est-à-dire dans des conditions d'utilisations normales, il brille par sa discrétion. L'une des raisons de cette performance est le Mivec, un système de calage variable de la distribution. Ce n'est pas une révolution en soi, cette technologie est déjà utilisée dans l'univers des poids lourds, mais il s'agit d'une première dans l'automobile. Cette mécanique cubant à 1 798 cm3, fruit d'un développement commun entre Mitsubishi Motors et Mitsubishi Heavy Industries, sera ensuite déclinée en plusieurs cylindrées et puissances. L'ASX dispose aussi des raffinements technologiques du moment, regroupés sous le label ClearTec, comme le Stop&Start, la récupération d'énergie au freinage, les pneus à basse résistance, etc. Le résultat est que l'ASX, avec 145 g de CO2 en 4x2 et 150 g en 4x4, reste dans la zone neutre de l'écotaxe. Seul bémol, l'habitacle, tout en restant confortable, fait appel à des matériaux par toujours flatteurs.


Franchir 1,5 million de ventes d'ici 2015



Après les difficultés, qui avaient débuté en 2004 à la sortie de Daimler de son capital, Mitsubishi Motors semble à nouveau positionné et suffisamment solide pour la croissance. Si, dans l'Hexagone, cela se traduit par la volonté de battre les niveaux historiques atteints dans le passé, la maison mère vise 1,5 million d'unités d'ici 2015, contre 960 000 en 2009. L'ASX, et plus généralement le "Projet Global" (programme regroupant l'ASX, l'Outlander et la Lancer) ne vont pas suffire et recevront l'appui, dès 2013, du "Global Small" (le programme qui donnera naissance à la future Colt et ses dérivés). Et le tout en gagnant plus d'argent puisque la gamme mondiale de Mitsubishi va passer de 36 à 18 modèles principaux faisant que la production unitaire va passer de 28 000 à 83 000. Une rationalisation au service des économies d'échelle. Toutefois, Mitsubishi Motors, même étroitement lié au conglomérat Mitusbishi, risque de connaître un problème de taille critique avec seulement 1,5 million d'unités. Il faudra sans doute faire davantage que des coopérations avec PSA. Ou avec un autre.

ZOOM



ASX & PSA en 2012

Comme l'Outlander devenu 4007 et C-Crosser, l'ASX va entrer, dès 2012, dans les gammes Peugeot et Citroën. Il s'agit de la 4e coopération entre PSA et Mitsubishi. Disponibles en 4x2 et 4x4, comme le japonais, les versions françaises auront notamment sous le capot le 1.6 HDi 110 ch qui devrait permettre, selon PSA, d'obtenir une consommation voisine de 4,7 l/100 et des émissions de 123 g. Mitsubishi produira ainsi, au Japon, 50 000 unités de son crossover compact pour PSA, les deux marques se répartissant ce volume. Toutefois, ce dernier pourrait vite devenir insuffisant si la croissance annoncée pour ce segment se vérifie. En effet, il devrait croître de 60 % d'ici 2015. Mais gageons que l'usine Mitsubishi des Pays-Bas, où devaient d'ailleurs être fabriqués les Outlander, 4007 et C-Crosser destinés à l'Europe (la crise a contrecarré ce plan), pourra produire des volumes additionnels assez rapidement car l'ASX repose sur la même plate-forme que l'Outlander.

L'ASX en bref



• Date de lancement : 18 juin 2010
• Segment de marché : Crossover compact
• Objectif 2010 : 1 400 unités en France. 30 000 en Europe
• Principaux concurrents de l'ASX 1.8 Di-D 150 ch 4x2 Invite 23 400 euros :
Dacia Duster 1.5 dCi 110 ch 4x2 Laureate (15 900 euros) ;
Skoda Yeti 2.0 TDi 110 Active 4x2 : (22 690 euros) ;
Nissan Qasqhai 2.0 dCi 150 ch 4x2 Acenta : (25 800 euros) ;
Peugeot 3008 2.0 HDi 150 ch Premium : (27 300 euros)
• Prix :
ASX 4x2 de 23 400 euros à 28 250 euros (Diesel)
4x4 : + 2 000 euros

Photo : Avec 1 400 ventes attendues dès cette année, l'ASX va devenir le best-seller de Mitsubishi France.
 
Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page