Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel lance son Movano deuxième génération

Opel lance son Movano deuxième génération

Produit comme le nouveau Master sur la plate-forme de production de l'usine Sovab de Batilly, le nouveau Movano a fait son entrée dans le réseau en mai et sera décliné tout au long de l'année en de multiples versions....
...Opel entend commercialiser 2 000 unités en 2010 et atteindre les 3,5 % de pénétration sur le segment à horizon 2012.

Dans l'ombre du nouveau Master très largement mis en avant par Renault depuis ce début d'année, l'arrivée conjointe du faux jumeau Movano devrait participer aux ambitions commerciales d'Opel en cette année 2010. "Le Movano jouit d'un potentiel important et s'accompagnera de l'arrivée d'un Vivaro relifté au second semestre. Il va jouer un rôle essentiel dans les ventes  VUL d'Opel en 2010 et devrait participer à la hausse de nos parts de marché en Europe", a, en effet, introduit Jörg Schrott, responsable de la communication produits et marque en Europe. Avec ce nouveau modèle deuxième génération, le constructeur allemand entend doubler ses ventes à horizon 2013 en commercialisant entre 10 000 et 15 000 unités en Europe. A ce jour, l'Angleterre reste le plus gros marché pour le véhicule. En France, au meilleur de sa forme, l'ancien Movano s'était vendu à 2 500 unités. Pour cette première année, l'objectif du constructeur se veut plus modeste et 2 000 Movano sont attendus dans l'Hexagone en 2010, soit 2 % du segment. "Les prises de commandes sont atones depuis le début de l'année. Nous ne sentons pas encore d'élan mais nous constatons cependant que le marché ne descend plus. Nous espérons une légère reprise de l'ordre de 5 % au second semestre", entrevoit Philippe Peyrard, directeur ventes aux entreprises et VUL de GM France.


Les PME et les artisans dans le viseur


Opel envisage cependant d'atteindre les 4 000 unités en 2012, ce qui porterait la pénétration de la marque à 3,5 % sur le segment des fourgons lourds et châssis-cabine qui représente, en moyenne, 100 000 unités par an en France, soit 25 % du marché des VUL. Pour ce faire, la marque au blitz mise sur le déploiement de ses centres "Opel entreprises",  pour, notamment, capter une cible composée, essentiellement, de PME, d'artisans et de petits et moyens comptes. En Europe, les petites sociétés représentent un peu plus de 53 % des ventes du Movano. Par ailleurs, le lancement récent d'Opel Business Service, en partenariat avec ALD, permettra de proposer une offre plus agressive auprès des loueurs longue durée. Le véhicule, qui représente environ 20 % de la production dans l'usine de Batilly (54) à ce jour, sera disponible en fin d'année en 300 variantes de carrosserie. En plus de la version fourgon tôlée, proposée en quatre longueurs et trois hauteurs de toit, le Movano est également décliné en versions châssis-cabine, châssis, planchers cabine…


20 % des ventes en propulsion


D'autres versions (combi, plateau ridelles, benne basculante) seront également disponibles en offre usine en fin d'année. "70 % du potentiel de vente sera lancé avant cet été", assure Philippe Peyrard. Grâce à une longueur de chargement allongée jusqu'à 4,4 mètres, le véhicule affiche désormais un volume maximal de 17 m3 ainsi qu'une charge utile de 2,5 t. L'accès à la zone de chargement se fait par une porte latérale coulissante de série (1 270 mm) et deux portes battantes arrière et est renforcé par une faible hauteur de seuil  (542 mm). Les roues arrière jumelées, disponibles sur le fourgon, le châssis-cabine et double cabine, sont proposées systématiquement sur les modèles de 4,5 t de PTAC. Les versions 3,5 t offrent à la fois les versions roues simples et roues jumelées.

L'autre nouveauté réside dans l'apparition d'une version propulsion qui vient ainsi compléter l'offre traction. Ce choix a pour principale caractéristique d'offrir une plus grande adhérence et une capacité de remorquage plus importante. Le gros de l'offre en motorisation propulsion devrait se faire sur les longueurs L3 et L4. Opel pense développer un ratio de 80 % de version traction et 20 % de propulsion dans un premier temps. "Nous sommes récents sur ce marché mais nous envisageons cependant de porter à 30 % la part des versions propulsion, à terme", précise Philippe Peyrard.

Enfin, le nouveau Movano s'appuie sur de nouvelles motorisations 2.3 CDTI (100, 125 et 146 ch) Euro 4 plus écologiques et économiques équipées d'une boîte manuelle à six vitesses. La boîte robotisée Easytronic est disponible en option sur les versions 125 et 146 ch.

Le Movano en bref



• Date de lancement : mai
• Segment de marché : fourgon lourd
• Objectif : 2 000
• Prix (HT) :
26 700 euros - Traction 125 ch (L2H2)
30 100 euros - Propulsion 125 ch (L3H2)

Photo : 20 % de la production de l'usine de Batilly est consacrée au Movano et le constructeur allemand espère monter à 30-35 % d'ici 2011.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page