Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

L'Actu Auto en continu

01/02/2013 | Mise à jour : 18:08

Une ville du 93 vote une aide de 20.000 euros aux grévistes de PSA Aulnay

La ville de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) a voté une aide de 20.000 euros "pour soutenir financièrement les grévistes" de l'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois, a annoncé son député-maire FG François Asensi vendredi.

Cette subvention a été adoptée jeudi soir par le conseil municipal "à l'unanimité des membres du conseil municipal, dans leur diversité politique", a précisé M. Asensi dans un communiqué.

"Tremblay-en-France est la première ville du département à délibérer pour soutenir le fonds de solidarité de la Bourse départementale du travail. Elle signifie son plein soutien à la mobilisation des salariés de PSA-Aulnay", a-t-il affirmé.

L'usine, qui doit fermer en 2014 dans le cadre d'un vaste plan de restructuration prévoyant la suppression de 8.000 emplois auxquels s'ajouteront 1.500 départs naturels non remplacés, est paralysée depuis le 16 janvier en raison d'une grève à l'appel de la CGT, rejointe par SUD et des militants CFDT.

La direction et plusieurs syndicats, dont le SIA, premier syndicat de l'usine, ont dénoncé les "pressions" de la part de certains grévistes sur des non grévistes.

"A Tremblay-en-France, 62 salariés sont touchés par la fermeture inacceptable du site de PSA-Aulnay, et plus de 250 familles sur l'ensemble de la circonscription", selon le député-maire Front de Gauche.

"Il est impératif de sortir l'industrie des griffes de la finance. L'Etat doit assumer son rôle de stratège pour maintenir la filière automobile et investir dans la conversion écologique de l'industrie. Le gouvernement doit s'engager à adopter au plus vite la loi d'interdiction des licenciements boursiers", a plaidé M. Asensi.

Contacté par l'AFP, le délégué syndical CGT Jean-Pierre Mercier a estimé que cette subvention "montre à quel point notre grève est populaire".

Environ 80.000 euros ont été récoltés pour la caisse de grève, par des collectes, des opérations "péage gratuit" ou des dons sur le site de l'association, qui s'élèvent à eux seuls à 25.000 euros, selon M. Mercier.

© 2013 AFP

 
À la Une sur LJA
Renault : 2 milliards d'euros d'économies d'abord, la relance viendra plus tard

Renault confirme un plan drastique d'économies qui aboutira à la suppression de 14 600 emplois dans le monde dont 4 600 en France. Le groupe doit baisser ses coûts et redimensionner son outil industriel

Nissan revoit ses priorités

Après que le constructeur a dévoilé une perte nette de 5,7 milliards d'euros pour l'exercice 2019-2020, son plan stratégique prend un relief tout particulier. D'ici 2023, l'heure est aux économies

Quels changements pour l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

Terminée la course aux volumes, l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a dévoilé sa nouvelle stratégie de leader-follower sur les plateformes, les technologies et les régions. D'ici 2025, l'Alliance

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page