Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
A qui paire gagne

A qui paire gagne

Les Fabia II et Roomster partagent la même plate-forme, elles ont donc synchronisé leur restylage. Avec une plastique séduisante et une habitabilité inégalée, Skoda a soigné sa paire gagnante pour ne pas perdre la face devant...
...des rivales de plus en plus aguichantes.

Quand elle a pris la relève de la première génération, il y a de cela trois ans, la Skoda Fabia II a fait un grand bien aux ventes de la marque. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : en 2007, les concessions immatriculaient 5 966 Fabia et une fois la seconde version entrée en cadence, elles en ont totalisé 7 790 l'année suivante et 8 972 en 2009, soit près de 44 % du mix produits de Skoda France. D'accord, le marché des citadines a connu une croissance quasi continue sur la période, ce qui a facilité les choses, mais il aurait été tout aussi aisé de rater le coche.

La Fabia II a rempli son contrat, que ce soit en version berline ou combi (30 % des volumes). Pourtant, la petite tchèque a compris que, face à une concurrence qui va en s'étoffant, et renouvelant constamment les codes stylistiques du segment, une séance de lifting ne serait pas un luxe pour rester en vue. Et elle entraîne le Roomster à cette séance de relooking.

Les faces avant adoptent une calandre élargie, prolongée par des phares plus étirés, ce qui confère au final une image un peu plus affirmée, plus dynamique, plus moderne en somme, s'alignant sur le reste de la gamme. Elles abandonnent à l'occasion les phares antibrouillard ronds pour des blocs au design rectangulaire et introduisent la fonction d'éclairage dynamique en virage. Les capots ont été rabaissés sur les deux véhicules au profit des Cx et donc de la consommation. La vision longitudinale des lignes a été appliquée également aux éléments de la poupe, dont les feux notamment.

Une fois dans l'habitacle, que ce soit pour la Fabia ou le Roomster, on constate que l'atmosphère a évolué, que les deux véhicules se veulent plus flatteurs et plus confortables. Les matériaux et habillages choisis sont le reflet d'une Skoda qui ne lésine pas sur les moyens. La palme revient toutefois à l'habitabilité et la modularité. Les deux sœurs, généreuses dans l'âme, viennent tout simplement se placer au sommet de l'échelle sur ce critère. La Fabia berline annonce un coffre (roue de secours comprise) allant de 315 à 1 180 litres une fois les sièges rabattus. En version Combi ces valeurs vont de 480 à 1 485 litres. Ainsi ni l'Opel Corsa, ni la Citroën C3, ni la Hyundai i20 ne prétendent rivaliser. Le Roomster avec ses 480 à 1 585 litres rencontre encore moins de résistance de la part des rivales Kia Venga et Citroën C3 Picasso, d'autant que le ludospace de Skoda profite du système VarioFlex pour faire varier la configuration des sièges à l'arrière.


Tarifs sans excès



Avec tant de place pour transporter hommes et objets, les moteurs doivent suivre. La Fabia s'est constitué une gamme de six motorisations. En essence, on retrouve un seul bloc 1,2 l - qui au passage gagne un cylindre par rapport à l'ancienne version - mais en trois déclinaisons : le HTP 70 ch et les TSI 85 et 105 ch. Cette dernière pouvant être associée à la boîte DSG 7. En Diesel, même approche avec le 1,6 TDI, disponible là en 70, 90 et 105 chevaux.

Le Roomster, quant à lui, partage les organes essence et les 1,6 TDI de 90 et 105 chevaux, préférant en entrée de gamme le sobre 1,2 TDI de 75 chevaux en provenance de la Polo BlueMotion. Un moteur, qui pour des raisons inconnues aux équipes de Skoda France, n'est pas proposé sur la Fabia II. A propos des absences mystérieuses, on notera également celle du Stop&Start, que nombre de concurrentes directes intègrent à leur catalogue et qui, sur le segment des citadines, peut faire la différence, en particulier quand on aspire à monter en puissance auprès des flottes et des loueurs longue durée.

Bien heureusement la Fabia se rattrape sur les tarifs en se plaçant dans le cœur du marché, quel que soit le type de carburation et en soignant ses valeurs résiduelles, à l'instar de ses grandes sœurs, Octavia et Superb. Ainsi en finition intermédiaire, Ambition, le 1,2 l TSI 85, se monnaie 14 775 euros et le 1,6 TDI 90, 16 490 euros. A souligner que la Fabia 1,6 TDI 75 est moins onéreuse que l'ancienne 1,4 TDI 80, alors qu'elle est équipée du FAP et jouit d'un bonus plus avantageux. Pour sa part, le Roomster débute à 15 745 euros en essence et à 16 170 euros en Diesel. Là encore, la voiture ne force pas son talent, restant dans la moyenne. Skoda ne révèle aucun objectif commercial pour ces véhicules, sauf que leur apport doit permettre d'accroître les ventes jusqu'à 22 000 exemplaires, en 2010.

La Fabia en bref


• Date de lancement : Disponible
• Segment de marché : Citadines
• Principales concurrentes de la Fabia 1,2 TSI 85 :
Renault Clio 1,2 l 75 ch Expression Clim (14 750 €)
Peugeot 207 1,4 l 75 Active (15 000 €)
Ford Fiesta 1,25 l 82 ch Trend (13 650 €)
• Prix :
De 13 030 à 18 010 € - Essence
De 14 350 à 18 540 € - Diesel

Photo : La Skoda Fabia II change de face et affine son design intérieur pour rester dans la compétition. La citadine a le souci du détail.
 
Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page