Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

Opel : Une Vectra plus efficace

Avec l'arrivée du 1,9 CDTi en versions 120 et 150 ch, Opel modernise sa famille Vectra et affiche plus que jamais ses ambitions sur les ventes flottes avec une finition dédiée. Pour fêter le deuxième anniversaire de son lancement, Opel a offert à la Vectra de nouvelles motorisations ainsi...

...qu'une nouvelle finition, Executive, devant principalement séduire une clientèle professionnelle du type LLD et flottes.
L'offensive Diesel se poursuit donc chez Opel grâce aux fruits de la coopération avec le groupe Fiat. En effet, le 1,9 CDTi, déjà présent sous le capot de l'Astra et de ses cousines italiennes, arrive sur la Vectra. Il est ici décliné en deux versions de puissances différentes, l'une de 120 ch utilisant une culasse 8 soupapes et l'autre de 150 ch faisant appel à 16 soupapes, 4 par cylindres. Au volant, le changement est bien réel et ne fait pas regretter les anciennes mécaniques qui vont évidemment peu à peu disparaître du catalogue et des stocks. Le 2,2 DTi doit son sursis à la boîte automatique car le 1,9 ne disposera de cette offre, avec une nouvelle boîte, qu'à l'automne prochain. Hormis cette exception, l'ensemble de la gamme Vectra, 4 portes, GTS, break et Signum, bénéficie de ces nouvelles mécaniques Common Rail modernes. De plus, cette passation de pouvoir se fait à un coût raisonnable pour l'acheteur puisque le 1,9 CDTi 120 ch demande une rallonge de 250 euros par rapport au 2,2 DTi. En revanche, pour la version 150 ch, le différentiel est nettement plus important avec 1 350 euros de plus que la version 120 ch. Mais, pour ces véhicules dont la majorité est vendue aux grands comptes, flottes ou LLD, l'autre coût important est celui de l'entretien.

Une finition dédiée aux ventes flottes et entreprises

Pour cette génération de moteurs, Opel annonce des frais réduits avec des intervalles de vidanges qui peuvent atteindre 50 000 km. Mais le constructeur va encore plus loin dans cette logique de vente aux professionnels puisqu'il a créé une finition dédiée à ce marché.
Avec la finition Executive, Opel a voulu faire une voiture taillée sur mesure pour ceux qui roulent par plaisir ou par obligation. Au-delà des coûts d'entretien réduits, comme on l'a vu, la finition Executive apporte de nombreux équipements supplémentaires, de confort et de sécurité en restant compétitive. En effet, malgré un GPS couleur, la climatisation automatique, le capteur de pluie, l'ordinateur de bord, un régulateur de vitesse et le système de contrôle de pression des pneus, la facture n'augmente que de 900 euros alors que si tous ces équipements étaient additionnés au prix catalogue, le surplus serait de 2 230 euros. L'avantage client est donc bien là, tout en affichant un prix compétitif. Selon Olivier Danan, directeur marketing de GM France, "avec cette offre nous sommes de 4 à 14 % moins chers que la concurrence". Opel a donc mis en place toute une stratégie destinée à séduire les clients flottes qui représentent la majorité des ventes sur ce segment M2. Cette offre sera toutefois cantonnée aux Vectra GTS et break qui représentent près de 75 % des ventes de la famille Vectra.

Christophe Jaussaud

ZOOM

Pour la nuit…

Si les conducteurs que veut séduire la finition Executive roulent également de nuit, ils pourront opter pour les phares directionnels adaptatifs bi-xénon. Cette option, facturée 1 300 euros ou 650 euros si les phares au xénon sont déjà sur le modèle, est d'une efficacité redoutable. Cela ne tient pas du gadget : la visibilité est nettement supérieure en roulant et même à l'arrêt grâce à un jeu de miroir qui éclaire les intersections. Cette technologie commence à s'étendre, mais vivement que son coût de fabrication baisse pour qu'elle soit accessible au plus grand nombre.

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Team Colin va reprendre Toyota/Lexus à Meaux et Noisy-le-Grand

Le groupe francilien dirigé par Thomas Colin est en passe d'acquérir auprès de la famille Troublé deux nouveaux sites dans ses marques historiques. En outre, l'opérateur met un pied dans l'est de l'Île-de-France.

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page