Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Nouveau départ

L’arrivée du Sharan et de l’Alhambra, mais aussi les récents face-lift des Ford S-Max et Galaxy, devraient redonner un peu de vigueur à un segment qui plafonne à 15 000 unités.

Nouveau départ

Volkswagen et Seat remettent leur grand monospace au goût du jour avec notamment une offre Diesel neutre. Sur un segment qui a fondu sous l’effet conjugué de l’écotaxe et des mutations du marché, ces nouveaux Sharan et l’Alhambra n’arrivent pas en terrain conquis mais ils restent cependant ambitieux.

Qu’elle semble bien loin l’année 2003 où 63 000 grands monospaces avaient été immatriculés en France ! Depuis cette date, la baisse est continue pour finalement voir ce segment plafonner à 15 000 unités ces dernières années. Les causes de ce désamour ? Elles sont nombreuses en commençant par la montée en puissance des SUV, des monospaces compacts en version longue 7 places ou encore le vieillissement de l’offre associée aux émissions de CO2 qui ont complètement sorti ces grands monospaces du marché.

Pour autant, “la clientèle n’a pas disparu, affirme-t-on chez Volkswagen, il y a toujours des familles avec trois enfants qui ont besoin de place. Mais il faut reconnaître que jusqu’ici les taxes associées à ces véhicules les décourageaient.” Ce ne sera plus le cas aujourd’hui puisque avec les nouveaux Sharan et l’Alhambra, Volkswagen et Seat proposent une gamme Diesel neutre avec seulement 143 g de CO2/km pour ceux équipés du 2.0 TDi 140 ch. Seule la mécanique essence est frappée d’un malus de 750 euros mais, en France, elle devrait rester quasi invisible. Cependant malgré les efforts déployés par les ingénieurs du groupe allemand, il est peu probable que ce segment retrouve ses niveaux d’autrefois. Le Sharan n’atteindra sûrement plus les 4 600 unités vendues en 1997, comme l’Alhambra ne pourra améliorer son année record avec 2 200 ventes. Les objectifs chiffrés sont donc naturellement moins élevés, mais demeurent ambitieux sur un segment français que les deux marques estiment à environ 16 000 ventes en 2011.

Une véritable reconquête

Partant de cette hypothèse, Volkswagen veut afficher une part de segment comprise entre 11 et 12 %, soit 1 800 nouveaux Sharan. Ce qui placerait la marque de Wolfsburg sur la 3e marche du podium derrière l’Espace et le S-Max. Quant à Seat, une part de 5 à 6 % sur segment serait conforme à sa volonté, soit un peu moins de 1 000 unités. Pour ce faire, Volkswagen et Seat devront reconquérir des clients malgré les 35 700 Sharan et 18 000 Alhambra vendus dans l’Hexagone depuis 1995. Car même si ces chiffres laissent espérer un parc roulant encore important, il faudra être pédagogue avec les clients particuliers pour les “réhabituer” à ces grands monospaces. Il en sera sans doute de même pour le canal des professionnels qui devrait représenter près de 40 % des ventes. Pour ce canal, Seat dispose désormais de 4 personnes entièrement dédiées afin d’y améliorer sa performance. De plus, la marque espagnole met en place un réseau dans le réseau à destination de ces clients. Déjà 12 distributeurs implantés dans de grandes villes françaises ont mis sur pied une infrastructure spécifique afin de répondre au mieux aux impératifs de ces professions, comme les Taxi notamment, où Seat dispose justement d’un parc important d’Alhambra.

Des consommations moyennes en baisse de 21 %

Comme la première génération de ces monospaces, apparue en 1995, le Sharan et l’Alhambra sont fabriqués dans l’usine portugaise du groupe aux côtés des Eos et Scirocco. Un mélange des genres que l’on retrouve également dans la structure même de ces deux véhicules. En effet, c’est un véritable puzzle réalisé avec les différents organes du groupe. Développés en Allemagne, ces monospaces reprennent des éléments déjà connus comme notamment le train arrière de la Passat ou une partie du module avant du Tiguan. Les seules pièces communes avec la génération précédente sont les pare-soleil ! Le cahier des charges était clair pour les ingénieurs : apporter plus de volume utile sans nuire aux performances, principalement environnementales. Et comme toujours, l’équation est complexe et centrée sur le poids du véhicule. Malgré une longueur en hausse de 22 cm et une largeur gagnant 9 cm, mais aussi des équipements supplémentaires comme les portes coulissantes, le poids a été réduit de 30 kg, culminant à 1 770 kg en version 7 places. Le meilleur rendement des mécaniques maintenant associées de série au Stop&Start, à la récupération d’énergie au freinage, fait le reste. Ainsi, avec seulement 5,5 litres/100 km, soit des émissions de 143 g de CO2/km, le Sharan comme l’Alhambra ont un argument de poids. Même la version 2.0 TDi 170 ch reste neutre avec 154 g de CO2/km. Sur l’ensemble de la gamme, la consommation moyenne a ainsi chuté de 21 %.
Volkswagen et Seat vont donc pouvoir compter sur ces deux produits bien nés pour améliorer leurs performances d’ici la fin de l’année. Si Volkswagen affiche seulement un repli de 0,35 % à fin août, Seat est en revanche à la traîne avec 22,6 % de perdus. Alors l’Alhambra ne fera pas de miracle mais sa mission est davantage de tirer le mix vers le haut. En effet, ultra-dépendant de l’Ibiza et de la Leon, Seat souhaite que ce monospace associé à l’Exeo, les deux produits les plus hauts de la gamme, pèsent plus de 10 % des ventes de la marque.

 

Le Sharan et l’ Alhambra en bref

Date de lancement : Septembre 2010
Segment de marché : Grands monospaces. 16 000 unités en 2011.
Objectif France :
Sharan : 1 800 unités en 2011, soit 11 à 12 % du segment.
Alhambra : 5 à 6 % du segment en 2011 soit 900 unités.

Seat Alhambra 2.0 TDi 140 E Ecomotive Reference : 31 900 € (neutre 0 €)
Sharan 2.0 TDi 140 BlueMotion Trendline : 34 390 € (neutre 0 €)
Ford Galaxy 2.0 TDCi 140 Trend : 35 450 € (neutre 0 €)
Peugeot 807 2.0 HDi 136 Premium : 34 500 € (malus + 750 €)
Chrysler Grand Voyager 2.8 CRD 163 LX BA : 36 990 € (malus + 1 600 €)
Renault Espace 2.0 dCi 150 Alyun : 39 250 € (malus + 750 €)

Prix Sharan :
de 30 990 à 32 890 € - Essence
de 34 390 à 43 690 € - Diesel
Prix Alhambra :
de 28 700 à 33 885 € - Essence
de 31 900 à 40 035 € - Diesel
 


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page