Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Une nouvelle Swift pour éviter le splash

Depuis sa commercialisation en 2004, 1,8 million de Swift ont été vendues dans le monde. La France est par ailleurs le marché le plus important du modèle en Europe.

Une nouvelle Swift pour éviter le splash

Dans un exercice 2010 compliqué pour Suzuki sur le marché français, qui a vu ses ventes chuter de 26 % depuis le début d’année, la nouvelle mouture de son produit phare débarque avec l’ambition de redonner quelques couleurs à la marque.

Dépendants ? Sans doute les distributeurs Suzuki le sont un peu, à propos de la Swift. Le modèle représente toujours aujourd’hui 50 % des ventes du constructeur en France. Le lancement de la nouvelle génération prend ainsi naturellement une importance capitale. De surcroît dans une année 2010 qui a vu les performances de la citadine japonaise reculer. Avant l’arrivée de ce nouvel opus en concession, le 24 septembre dernier, Suzuki était en effet sur un rythme de 10 000 immatriculations pour l’année en cours, contre des performances établies à près de 14 000 unités durant les trois exercices précédents. “Tout le monde appréhendait la sortie de la nouvelle Swift après le succès de la première génération. C’est normal. Mais aujourd’hui, nous sommes tous rassurés”, consent Jean-Luc de la Ruffie, directeur commercial de Suzuki France, qui passera par ailleurs la main à Stéphane Magnin le 1er janvier prochain. “Rassurés”, car par exemple, les évolutions stylistiques sont discrètes. La plus importante d’entre elle concernant le dessin du haillon et des feux arrière. Au final, la Swift conserve son identité. Et c’est bien le principal, tant son minois n’avait pas de mal à séduire.

Pas de version Stop and Start pour le marché français

Elaborée sur une plate-forme largement remaniée, qui permet, selon la marque, un gain de 25 % en termes de réactivité, cette nouvelle Swift conserve également l’agilité qui la rendait particulièrement agréable en ville. 9 cm plus longue, 5 cm plus large et 1 cm plus haute que sa devancière, celle-ci a malgré les apparences, subi une cure d’amaigrissement qui a conduit à une perte de poids de 20 kg, à 960 kg. Un gain qui influe mécaniquement sur les performances environnementales de la voiture puisque le constructeur gagne 11 g CO2/Km sur la version Diesel, puis 24 sur le modèle essence, par rapport à l’ancienne génération.

Côté motorisations, justement, la nouvelle Swift n’est pour l’heure disponible qu’en version essence. C’est en effet dans sa version 1.2 VVT 94 ch que le modèle a été lancé. Notons d’ailleurs que Suzuki propose, en option sur cette version, une transmission automatique. “Une vraie boîte”, assure le constructeur. Une version automatique qui pourrait représenter de 10 à 15 % des ventes dans les grandes villes. Notons que la version Stop and Start des modèles essence, commercialisée dans plusieurs pays européens, ne sera en revanche pas proposée en France. “Un choix stratégique”, explique Jean Luc de la Ruffie. Le surcoût engendré était semble-t-il trop important pour justifier un simple gain de 3 g de CO2/km. Le modèle essence réservé au marché français affiche ainsi des rejets de 116 g de CO2/km, contre 140 pour la précédente version.

Dans les jours prochains, avant la fin de l’année, débarquera donc l’alternative Diesel avec un bloc 1,3 de 75 ch. Ce dernier était déjà proposé sur l’ancienne version. Avec cette nouvelle Swift, et les performances affichées du moteur essence, le constructeur vise un mix à 60 % essence sur le marché français, alors que celui-ci était au contraire majoritairement diéselisé (55 %) sur l’ancien modèle.

“Au prix du marché”

Alors que la fin de l’année approche, gageons que Suzuki a déjà réussi son coup avec ce lancement. Depuis sa commercialisation, la marque a en effet enregistré 1 100 commandes, dont 180 concernent la version Diesel, attendue mi-décembre. Rassurant donc. Une preuve que le véhicule est toujours à sa place. Mais également la conséquence d’une politique tarifaire bien sentie. “Nous nous sommes battus pour la commercialiser au bon prix du marché”, explique Jean-Luc de la Ruffie. Mais pas uniquement. Pour le lancement du véhicule, Suzuki, via son partenaire Cetelem, a en effet mis sur pied une proposition de financement promotionnelle “Swift and Go” à 109 euros par mois. De quoi bien lancer la machine.

Une version 4X4 est désormais attendue pour janvier prochain. La nouvelle Swift Sport ne devant arriver quant à elle, qu’à la fin de l’année 2011. D’ici là, sans doute la Swift aura permis au constructeur de voir ses ventes éviter le plongeon, à défaut d’un énorme bond en avant.

-----------------
La Swift en bref

Date de lancement : 24 septembre
Segment de marché : citadine (B2)
Les principales concurrentes de la Suzuki Swift 1,2 l VVT 94 ch 5p GL (12 240 euros) :
Nissan Micra 1,4 l Connect Edition 88 ch (14 150 euros),
Seat Ibiza 1,4 l i 16v 85 ch Référence (13 800 euros),
Toyota Yaris 100 ch VVT-i In 5p (13 820 euros),
Opel Corsa 1,4 l Twinport Essentia 85 ch (12 890 euros)
Objectifs de ventes 2011 : 14 500
Prix en Euros :
De 11 640 à 15 040 € - Essence
De 13 340 à 15 740 € - Diesel


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page