Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mazda5 surfe sur la vague

Mazda5 surfe sur la vague

Après 5 ans de bons et loyaux services, le Mazda5 change de style et de gabarit. Malgré ce renouvellement, Mazda joue la carte de la prudence, en annonçant un objectif de ventes identiques, de 3 000 unités par an.

La concurrence fait rage sur le segment des monospaces, avec une quinzaine de modèles proposés. Renault et Ford ont chacun revu récemment leurs copies, et les nouveaux Scénic et C-Max monopolisent les parts de marché en France. Le marché global en Europe cumule entre 1,1 à 1,4 million de véhicules. Mazda a donc décidé de réagir en changeant son modèle Mazda5, après 5 ans de commercialisation et un léger restylage en 2008.

Au total, la marque a écoulé 470 154 exemplaires de son monospace dans le monde, dont 168 107 en Europe. Les principaux marchés sont le Royaume-Uni, l’Allemagne, et l’Autriche. La France reste relativement marginale pour le constructeur, avec un volume cumulé sur 2009 d’environ 1 800 unités, et le nombre passe à 14 000 depuis le lancement du modèle, soit entre 1 à 1,5 % de part du marché. Mazda annonce vouloir conserver ces volumes avec cette deuxième génération, qui a été dévoilée lors du Mondial de l’Automobile, à Paris, en octobre dernier.

Concrétisation du flux Nagaré

Le nouveau Mazda5 inaugure le style Nagaré, dernière touche du designer Laurens Van Den Arcker, désormais parti chez Renault. Pour rappel, ce design s’inspire des formes de la nature. Et on retrouve pleinement cette philosophie sur les flancs du monospace, fortement travaillés. La face avant bénéficie également d’une nouvelle signature, arborant une calandre en forme de sourire, avec davantage de dynamisme que l’ancienne génération.

Côté modularité, le monospace rentre directement dans la catégorie des grands monospaces, avec une configuration unique en 7 places, alors que la concurrence joue sur une double offre, entre 5 et 7 places. Il a même été allongé de 80 mm par rapport à son prédécesseur, pour atteindre 4,58 mètres de long. Le système de portes arrière coulissantes a bien évidemment été conservé.
A l’intérieur, le Mazda5 joue la modularité, avec des sièges de la 3e rangée qui se rangent pour laisser un plancher plat. Par ailleurs, la 2e rangée de sièges bénéficie du système maison Karakuri, qui permet de basculer le coussin du siège gauche vers l’avant afin de replier le coussin du siège central en dessous. Du coup, on arrive à une configuration qui permet un accès plus simple à la 3e rangée, et libère de la place également, le dossier du siège central devenant alors un accoudoir, une fois rabattu. L’espace aux jambes reste tout à fait correct, même pour la 3e rangée.

Autre équipement à relever, le Mazda5 inaugure également le début du partenariat avec TomTom, pour une solution de navigation embarquée connectée. Doté d’un écran tactile de 5,8 pouces, ce système reçoit les technologies HD Traffic ou encore la recherche locale Google. Le système se trouve disponible en option à 720 euros, ou de série dès la version Dynamique. Le service Live doit ensuite être souscrit pour un coût de 59 euros.

Le Diesel début 2011

La commercialisation du Mazda5 a d’ores et déjà été lancée, lors du Mondial de l’Automobile, mais uniquement en essence, le MZR 1,8 (115 ch) et le MZR 2,0 l DISI (150 ch). Ce dernier reçoit le système i-stop, le Start&Stop de Mazda, qui se révèle discret et réactif dans son fonctionnement. Mazda annonce ainsi que la consommation de ce moteur essence à injection directe a été réduite de 13 %, avec un rejet de 159 g de CO2/km (15 % de moins que l’ancienne génération). Au final, le monospace conserve donc un malus de 200 euros.

Cependant, le véritable lancement du modèle se fera avec l’arrivée du Diesel, début 2011, avec le bloc 1.6 MZ-CD de 115 ch issu de la coopération PSA-Ford. En effet, cette motorisation représente 95 % des ventes de Mazda5. Et parmi les 3 niveaux de finition, la marque s’attend à 85 % d’Elegance, le niveau intermédiaire. Le constructeur prévoit d’ailleurs de commencer son plan de communication sur le nouveau Mazda5, avec des animations dans le réseau à partir de janvier. 

--------------
La Mazda5 en bref

Date de lancement : Octobre 2010 (essence) - Début 2011 (Diesel)
Segment de marché :  Monospace compact
Objectif : Environ 1 800 unités
Principales concurrentes de la Mazda5 MZR 2.0 DISI 150 ch (7 pl.) 24 150 € : Renault Grand Scénic 2.0 16v CVT 7 pl. : 28 400 € ; Ford Grand C-Max 1.6 SCTI 182 ch : 27 400 € ; Citroën Grand C4 Picasso 1.6 THP 155 ch : 30 150 € ; Peugeot 5008 1.6 THP 16 v 7 pl. : 28 900 €
Prix :
de 21 150 à 24 150 € - Essence
de 25 650 à 27 800 € - Diesel


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Schumacher sur tous les fronts du Premium

D'Infiniti à Alpine en passant par Lamborghini, le distributeur francilien termine l'année en soignant particulièrement son pôle Premium et luxe.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

Zanzicar : la plateforme digitale du groupe Parot est née !

L'opérateur bordelais a dévoilé ce matin les contours de sa plateforme de vente en ligne de VO. Celle-ci est appelée à casser les codes du marché de la seconde main et doit écouler 15000 unités

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page