Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
L’Aveo repart de zéro

L’Aveo repart de zéro

En laissant désormais l’héritage de Daewoo loin derrière elle, Chevrolet affiche ses nouvelles ambitions sur le segment B. L’Aveo, nouvelle formule, monte clairement en gamme et se dote même d’un outil qui pourrait l’aider à décoller : un moteur Diesel.

L’Aveo est une voiture mondiale. Elle est en effet commercialisée partout où Chevrolet est implantée. Même aux Etats-Unis. Ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent. En France, le modèle a déjà eu l’opportunité de mesurer sa cote de popularité. Depuis 2008, il s’est en effet écoulé 16 500 unités de la génération précédente. Celle marquée du sceau de Daewoo. Désormais, l’Aveo s’est affranchie de ses racines coréennes. La marque positionne maintenant son véhicule comme 100 % américain. Exit la Kalos, devenue Aveo en cours de vie. Cette Aveo est une claire ambassadrice du Bowtie. “Nous sommes partis d’une page blanche. Il n’y a absolument plus rien en commun avec l’ancienne génération”, martèle-t-on chez le constructeur.

Une plate-forme inédite

Si on note tout de même une certaine filiation avec le modèle précédent - le véhicule reprend quelques codes stylistiques de la génération passée, principalement sur la face avant qui retrouve cette calandre scindée en deux parties et barrée du logo Chevrolet -, la nouvelle Aveo affiche clairement ses différences avec son aïeule. Citons par exemple les courbes inédites qui dessinent son hayon ou encore une planche de bord entièrement revisitée. Mais là où les différences se font encore plus nettes, c’est au niveau de la conduite. Le modèle, qui inaugure ici une nouvelle plate-forme, offre un comportement routier considérablement amélioré. Une évolution de confort qui s’accompagne de nets progrès également en matière d’acoustique. Chevrolet annonce d’ailleurs à ce sujet un “amortissement des bruits de 10 à 40 %”.

Si la marque fait un bond en avant en matière d’agréments, elle conserve cependant sa politique en termes de positionnement marketing. “Une gamme courte, avec un degré d’équipement important, quel que soit le niveau de finition”, précise Ludovic Dirand, président de Chevrolet France.

Adieu le GPL, bonjour le Diesel !

Jusqu’à présent, le constructeur ne proposait sa citadine qu’agrémentée d’un bloc essence. Du reste, à son lancement, l’Aveo sera une nouvelle fois disponible dans trois versions essence différentes. Un 4 cylindres de 70 ou de 86 ch, puis un moteur 1,4 l développant une puissance de 100 ch. Mais en septembre, la marque américaine enregistrera l’arrivée d’un bloc Diesel dans sa gamme. Une révolution, tant cette lacune s’était fait sentir durant les exercices précédents. Et pour la combler, l’Aveo Diesel s’appuiera sur un bloc 1,3 l qui se déclinera en deux versions de 75 et de 95 ch, toutes deux équipées d’un système Stop & Start. Si les ventes d’Aveo collent à la typologie des transactions du segment, ce que croit le constructeur, c’est ainsi 65 % des ventes du véhicule qui concerneront les versions Diesel.

Une aubaine qui permettra sans doute à la marque de prendre le relais d’une version GPL qui est sortie du catalogue en catimini lors des premiers jours de janvier. Poussée en quelque sorte vers la sortie par les atermoiements législatifs à son sujet. Pour mémoire, l’an dernier, Chevrolet avait écoulé 40 % de ses Aveo en version GPL.

Objectif mesuré, ambitions importantes

Sur un segment qui a pesé 33 % du marché français l’an dernier (et 23 % au niveau européen), le véhicule peut ainsi rapidement prendre davantage de place au sein de la gamme Chevrolet. Notamment en fin d’année, avec les premières livraisons de la très attendue version Diesel. L’Aveo a représenté un tiers des immatriculations du constructeur dans l’Hexagone en 2010, 2e véhicule le plus vendu de la gamme derrière la Spark et ses 7 932 unités écoulées. Aller plus loin ? La marque n’y croit pas. Le constructeur annonce, en effet, un objectif annuel de 7 000 unités. Pourtant, il sait combien le potentiel du véhicule peut permettre à l’Aveo d’enregistrer de bien meilleures performances. Chez Chevrolet, on reconnaît d’ailleurs à demi-mot qu’il s’agit d’un objectif a minima. En attendant, pour cette année 2011, la marque souhaite écouler près de 4 000 unités de sa nouvelle citadine.

------------------------
L'AVEO EN BREF

Date de lancement :
6 juin

Segment de marché : citadine

Les principales concurrentes de la Chevrolet Aveo LS 1,2 l 70 cv 5 p (11 950 €) :

Nissan Micra 1,2 l 80 cv Accenta 5 p (12 290 €), Ford Fiesta Ambiente 1,25 l 60 cv 5 p (13 350 €), Opel Corsa Twinport Essentia 1,2 l 85 cv 5 p (13 290 €) Objectif de ventes France : 7 000

Prix :

Essence : de 11950 à 15950€


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page