Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La quête du gramme

Alors que les SUV ne représentaient que 3 % du marché Premium en 2000, aujourd’hui cette part atteint 17 %. Avec son nouveau ML, Mercedes compte redynamiser l’ensemble de sa gamme de SUV.

La quête du gramme

En attendant les volumes des Classe B et A, Mercedes renouvelle un incontournable de sa gamme : le ML. Vitrine de ses savoir-faire dans l’univers des SUV, comme l’est la S dans celui des berlines, cette troisième génération va notamment briller grâce à son efficience.

158 : voilà le chiffre clé de cette troisième génération du ML. Ce n’est ni sa puissance ni le début de son prix ou les millimètres gagnés aux coudes, mais bel et bien les émissions de CO2 au km du ML 250 BlueTec. “Le nouveau ML a le potentiel d’établir encore une fois de nouvelles références dans l’univers des SUV : il consomme en moyenne 25 % de moins que les modèles précédents et constitue le véhicule le plus sobre de son segment, avec ou sans propulsion hybride”, affirme Joachim Schmidt, membre de la direction de Mercedes-Benz Cars. En effet, le ML 250 BlueTec n’affiche, avec son 4 cylindres, que 6 l en consommation mixte, soit effectivement 158 g/km. La réduction de la consommation atteint ici 28 % ! La recette ? Rien de magique, mais une optimisation généralisée, notamment de la boîte mais aussi de l’aérodynamisme avec un Cx record de 0,32, et l’appel au downsizing. Pour autant, ce ML 250 reste-t-il agréable à conduire et en phase avec le standing que doit offrir un tel modèle ? Incontestablement, oui, le “petit” 4 cylindres développant 204 ch, mais surtout offrant 500 Nm de couple, n’est en rien rédhibitoire, comme l’avait déjà prouvé la Classe S équipée de ce même moteur. Cependant, le ML 350 BlueTec, qui reste fidèle au V6 Diesel, n’a pas à rougir avec une consommation mixte annoncée de 6,8 l, soit 179 g/km, synonyme d’un recul de 24 % par rapport à la génération précédente. Même si les mécaniques essence n’ont pas vraiment la cote dans l’Hexagone, le bloc 6 cylindres du ML gagne aussi en efficience. Ainsi, le V6 BlueDirect du 350 4Matic BlueEfficiency passe de 272 à 306 ch, voit son couple gagner 20 Nm, à 370 Nm, ce dernier devenant surtout utilisable sur une plage plus large, de 3 500 à 5 250 tr/min. Quant à celui que l’on conjugue au superlatif, le ML 63 AMG et ses 517 ch, il faudra attendre le premier semestre 2012. Le ML a donc, au chapitre mécanique, tout pour perpétuer un succès qui dure depuis 1997. Depuis cette date, pas moins de 1,2 million du SUV à l’étoile ont pris la route dans le monde. En France, le succès fut également au rendez-vous avec plus de 50 000 immatriculations, réparties de manière équilibrée entre les deux générations de 1997 et 2005. Même si, sous l’influence de la législation sur le CO2, le marché des SUV a profondément évolué, Mercedes-Benz France compte sur le ML pour sa reconquête du leadership Premium en France.

40 % de la gamme renouvelée

Alors que l’année 2011 devrait se terminer sur des chiffres voisins de ceux de 2010, Marc Langenbrinck, directeur général de Mercedes-Benz France, a dévoilé une feuille de route très claire pour la suite : reconquérir le leadership du Premium en France. Les 7 lancements de l’année, faisant que 40 % de la gamme a été renouvelée, vont vivre leur première année pleine en 2012. Ce sera notamment le cas de la nouvelle Classe B, qui demeure le plus gros volume de la marque dans l’Hexagone en attendant la nouvelle Classe A au second semestre 2012. Ainsi, le directeur général vise plus de 50 000 unités en 2012, avant d’établir un nouveau record pour la marque en 2013 en allant au-delà des 60 000 immatriculations. Naturellement, le ML, dans les showrooms le 19 novembre, apportera son écot, avec plus de 2 500 immatriculations sur un exercice, mais il aura un rôle important en termes de marge. En effet, Dieter Zetsche a défini la marge minimale d’une vente à 10 %. Pour l’heure, la France est dans les clous avec 11 % de marge à la fin du premier semestre.

Le poids de l’électronique sur et hors de la route

Moins haut, plus long et plus large, le ML change de silhouette. Certes, cela reste un grand SUV, mais sa ligne s’affine et gagne encore en caractère. Pour ceux qui en voudraient plus, à la façon d’un X6, il se murmure que Mercedes s’apprête à répondre au Bavarois avec un MLC, un ML Coupé. Mais en attendant, les évolutions de ce nouvel opus vont bien largement au-delà du style. Malgré un poids dépassant les 2 tonnes, le ML conserve un comportement routier qui ne traduit pas cette masse. Si, en plus, vous ajoutez la suspension pneumatique, Airmatic, et l’Activ Curve System, c’est-à-dire des barres stabilisatrices actives, le ML en offre encore plus. Aussi bien sur la route, avec plus de dynamisme et beaucoup moins de roulis, mais aussi en off-road. En effet, le ML offre de vraies possibilités de franchissement, même si la très grande majorité des clients ne les testera sans doute jamais. Avec le Pack On&Offroad (2 400 euros), qui offre notamment une boîte de transfert, un différentiel inter-pont, une garde au sol de plus de 280 mm, là, le grand SUV Mercedes peut quasiment passer partout. Même dans des gués de 600 mm. Cependant, ce pack ne sera sans doute pas le plus prisé, contrairement au Pack Sport (5 400 euros). Quant à ceux qui voudraient transformer leur ML en salon roulant toutes options, le Pack Fascination (13 200 euros) sera aussi disponible en France. Parions également sur un Pack Business à destination des entreprises et des professionnels, car avec 158 g/km, ils seront forcément sensibles à cette nouvelle génération du ML. A moins qu’ils attendent, fin 2012, le ML 300 BlueTec Hybrid qui n’affichera que 149 g/km.

-------------
Le ML en bref

Date de lancement : 19 novembre
Segment de marché : SUV Premium
Objectif : 2 600 unités en année pleine
Principaux concurrents du ML 250 BlueTec 204 ch 54 900 € :
Grand Cherokee 3.0 V6 CRD 190 ch : 45 500 € ;
Audi Q7 3.0 V6 TDi 204 ch Ambiente : 54 350 € ;
BMW X5 xDrive30d 245 ch : 56 900 € ;
Porsche Cayenne 3.0 V6 TDi 245 ch : 62 753 €
Prix :
de 58 900 e à 72 100 € - Essence
de 54 900 e à 73 100 € - Diesel


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page