Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

"L’achat d’une Skoda est plus rationnel qu’émotionnel"

Luc Chausson, directeur de Skoda France.

JOURNAL DE L’AUTOMOBILE. Quelles réactions vous inspire cette distinction ?
LUC CHAUSSON.
C’est une satisfaction car cela récompense la qualité réelle de nos produits, même si nous devons encore travailler sur la qualité perçue. Au-delà de la qualité, nos atouts sont aussi l’habitabilité, les niveaux de consommation et le positionnement prix. Bref, compte tenu de notre notoriété perfectible, les clients qui achètent une Skoda, notamment une Superb, ne viennent pas chez nous par hasard, mais bel et bien par choix. C’est un achat rationnel, plus qu’émotionnel. Nous avons donc des clients très exigeants, mais aussi très fidèles.

JA. A propos de votre déficit de notoriété, comment expliquez-vous la résistance historique du client français par rapport à la marque ?
LC.
Nous avons toujours eu des difficultés à prendre de l’ampleur en France, un marché où les constructeurs domestiques sont, de surcroît, très forts. Le travail sur notre image sera l’une de nos priorités en 2012, afin de faire enfin sauter ce verrou “rideau de fer” qui pénalise la marque, même si nous avons tout de même vu nos ventes progresser de 13 % depuis le début de l’année, sans lancement de premier ordre. Notre plan produits est très compétitif et nous allons l’accompagner vigoureusement en doublant notre part de voix dans l’Hexagone, avec beaucoup de publicité télé et l’utilisation de médias tactiques, dont l’affichage. Avec un message clair : Skoda, c’est la qualité pour tous, venez-nous voir !

JA. Quelle doit être la pierre angulaire de la relation clients dans le réseau Skoda ?
LC.
Grâce à un discours rationnel et transparent, nos distributeurs ont un excellent taux de fidélisation et de satisfaction. Actuellement, nous mettons l’accent sur deux priorités : l’accueil immédiat du client est nécessaire, sinon la sanction est assurée ; l’essai du véhicule est primordial et il faut privilégier l’expérimentation des produits. Par ailleurs, la qualité de la dimension humaine doit rester une marque de fabrique de notre réseau, surtout que nous avons l’atout d’avoir des concessions de taille moyenne. Enfin, nous cherchons toujours à nous rapprocher des clients, par exemple avec notre club “Simplement vous”, qui nous permet d’inviter des clients sur nos manifestations, notamment à l’occasion du Tour de France ou du Trophée Andros.

JA. Sous l’angle de la relation clients, vos fortes ambitions commerciales ne constituent-elles pas, d’une certaine manière, une menace ?
LC.
Nos objectifs de croissance sont effectivement ambitieux (N.D.L.R. : 2 % de parts de marché en 2015, contre 0,93 en 2010). Au-delà du riche plan produits que j’évoquais, nous avons aussi prévu d’étoffer significativement notre réseau. Cela ne nuira nullement à la qualité de nos prestations dans la mesure où nous avons aussi prévu de recruter du personnel et de renforcer nos plans de formation. Nous avons, par exemple, programmé 100 embauches de vendeurs dans les trois prochaines années, via nos écoles de vente avec le GNFA et le recrutement externe de profils confirmés.
 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page