Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le nouveau rêve américain

Le nouveau rêve américain

“La première chose qui m’a frappé sur ce salon, où je n’étais pas revenu depuis 2008, est qu’il a radicalement changé”, témoigne Pierre Loing. “Le salon de Détroit symbolisait pour un Européen le rêve américain avec de grosses voitures, de gros moteurs… Maintenant il ressemble presque à un salon européen.”

Effectivement, Détroit et ses constructeurs ont, depuis la crise, adopté une nouvelle stratégie afin de mieux contrer les importés, mais aussi de répondre aux contraintes législatives du gouvernement US sur les consommations. L’européanisation est donc une tendance de fond. GM ne cesse de “recycler” ses modèles européens avec, par exemple, la gamme Buick qui décline la gamme Opel, comme en témoigne la présentation quasi simultanée, des deux côtés de l’Atlantique, des Buick Encore et Opel Mokka. Les concepts Chevrolet présentés cette année, le Code 130R et le Tru 140S, ne feraient pas tache sur nos routes avec leur gabarit et leur bloc 1.4 turbo de 150 chevaux. Chez Chrysler ? Les synergies américano-européennes commencent également à porter leurs fruits puisque la nouvelle Dodge Dart repose sur la plate-forme de l’Alfa Romeo Giulietta. Que dire de la Ford Fusion ? Elle sera lancée sur le marché américain seulement avec des 4 cylindres. Celle qui deviendra la Ford Mondeo sous nos latitudes en 2013 offrira même un 1,6 litre EcoBoost en entrée de gamme.

Rien de choquant pour nous, mais pas sûr que les Américains adhèrent immédiatement. Pour autant, dans ce contexte, les lights trucks sont-ils condamnés ? Pas du tout, puisqu’ils représentent encore plus de 51 % du marché ! Les pick-up demeurent incontournables et les SUV grignotent de plus en plus de terrain en se convertissant eux aussi aux règles de compacité et de sobriété. Cette édition 2012 a donc proposé un “nouveau rêve américain”, pour reprendre les mots du nouveau patron du produit de Nissan Americas qui, pour appuyer cela, pointe les dernières récompenses décernées aux US : la Volkswagen Passat a remporté the Motortrend Car of the Year, la Hyundai Elentra a gagné the North American Car of the Year et le Land Rover Evoque le prix du North American Truck of the Year. Le marché américain est bel et bien en passe de devenir le nouveau rêve… européen !

Celui des constructeurs européens, car la croissance est encore au rendez-vous. En effet, le marché américain efface peu à peu la crise et les 21,2 % abandonnés en 2009. Ainsi, en 2010 les ventes avaient augmenté de 11,1 %, en 2011 la croissance fut de 10,3 % et pour 2012 une nouvelle croissance est attendue. D’ailleurs, comme un signe, cette édition 2012 a accueilli 770 932 visiteurs. La meilleure affluence depuis 2005.


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault va lancer un label VO ZE

A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page