Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La Supply Chain s’offre un salon

L’ensemble des maillons qui composent la chaîne logistique doivent être interfacés, afin d’optimiser la logistique d’une entreprise. Supply Chain Event s’adresse justement aux acteurs de l’informatique et du conseil qui permettent de faire de la logistique un facteur de rentabilité.

La Supply Chain s’offre un salon

La SITL (Semaine Internationale du Transport et de la Logistique) est la référence française des expositions liées au secteur logistique, tous secteurs confondus, depuis trente ans. Pourtant, son organisateur, Reed Exhibitions, en partenariat avec Supply Chain Magazine, présente une manifestation complémentaire qui se tiendra les 21 et 22 novembre prochains au Cnit de Paris, destinée à approfondir les systèmes de gestion de la Supply Chain.

Historiquement, la logistique est l’activité qui permet la mise à disposition des produits d’une usine, par exemple, jusqu’au client. Aujourd’hui, le secteur fait l’objet de réflexions stratégiques de haut vol, car il constitue l’un des facteurs clés de la rentabilité des sociétés. On parle désormais de “Supply Chain Management” (Gestion de la chaîne logistique), consistant à optimiser la gestion des flux physiques et des flux d’informations depuis le fournisseur du fournisseur jusqu’au client du client.

Ce qui constituait un simple service est devenu un véritable concept, un enjeu majeur pour les entreprises, car il est à la fois générateur d’économies de coût (réduction des stocks, utilisation rationnelle des capacités) et facteur de différenciation par rapport à la concurrence en termes de réactivité et de service client. Sans oublier que, dans le même temps, les échanges se mondialisent et que leur rythme s’accélère à mesure qu’Internet se développe.

La principale différence entre l’historique logistique et la Supply Chain moderne, c’est l’avènement de l’informatique, bien sûr. Ainsi, on ne parle véritablement de Supply Chain dès lors que l’on a affaire à un système global, supposant un système d’information interfacé en amont avec le système de prises de commandes du client et, en aval, avec le système utilisé par les transporteurs.

La Supply Chain est donc une démarche de fonctionnement qui vise à assurer une gestion et une synchronisation de l’ensemble des processus entrant dans le système logistique.

C’est dans ce contexte qu’en novembre prochain, la logistique européenne va s’enrichir d’un nouvel événement, le Supply Chain Event, organisé en partenariat avec Supply Chain Magazine. Au niveau européen, c’est la première manifestation du genre. Elle s’adresse aux gestionnaires des entrepôts des grands groupes industriels, mais également aux responsables des opérations, directeurs industriels… bref, tous les secteurs de l’entreprise qui, à un moment ou à un autre, touchent à la logistique, c’est-à-dire quasiment tous.

Côté automobile, une telle manifestation a pour objet d’attirer les responsables logistiques des usines, mais aussi les plateformes de distribution de pièces de rechange ou encore les logisticiens spécialistes.

Bien sûr, nous sommes actuellement en pleine SITL, et la question de la différentiation des deux manifestations se pose inévitablement. Pourtant, les organisateurs affirment que le Supply Chain Event est une demande du marché, de nombreux visiteurs ou exposants cherchant un salon plus centré sur la partie informatique de la logistique.

Un événement d’un nouveau genre

Supply Chain Event présente donc un positionnement très différent de la SITL, puisqu’il ne s’adresse pas simplement à la logistique de distribution. La manifestation touche également à l’amont de la logistique, jusqu’à sa “production”. La manifestation est essentiellement tournée vers les problématiques d’IT et de conseil, permettant aux acteurs de la Supply Chain, aux directeurs de production…, de mieux s’organiser. Un peu plus stratégique et moins opérationnel que la SITL, le Supply Chain Event est plus ciblé en termes de contenu et de visitorat. Il apparaît en fait comme une spécialisation de la SITL sur une partie de la logistique. Concrètement, quand la SITL touche la distribution des marchandises et la vie quotidienne des flux, l’événement du CNIT interviendra dès la réflexion, dès la fabrication de la logistique.

Des exposants ciblés

Le Supply Chain Event accueillera sur ses stands l’ensemble des professionnels qui entrent dans la mise en place d’un processus logistique. Essentiellement tournée vers les systèmes d’information, la manifestation regroupera tous les outils qui concourent au pilotage, à l’optimisation, à la gestion et à l’exécution des tâches de la chaîne logistique globale. Une place particulièrement importante sera également accordée aux plates-formes collaboratives, aux équipements informatiques de saisie (vocal, Datamatrix, RFID…), de transmission de données et, plus largement, à tous les logiciels dédiés à la Supply Chain, ainsi qu’aux sociétés de conseil et d’intégration. Concernant l’automobile, constructeurs et distributeurs interviendront lors de 4 conférences spécialisées, puisqu’une journée leur sera dédiée. On attend notamment Fiat et VW, qui devraient notamment aborder la problématique de la logistique PR, l’organisation de la logistique internationale, sans oublier des témoignages sur la mise en place de certains outils novateurs…

En tout, pas moins de 32 conférences rythmeront les deux journées, sur trois plateaux différents. Une organisation permettant de tenir plusieurs conférences en simultané, sur les secteurs déjà identifiés de l’auto, la pharmacie, le textile et la grande distribution. Une centaine d’exposants sont attendus et entre 3 000 et 4 000 visiteurs sur les deux jours.

---------------
ZOOM - Supply Chain Event en bref

Supply Chain Event résulte de l’association de Reed Expositions et de Supply Chain Magazine. La manifestation se tiendra au Cnit les 21 et 22 novembre 2012. S’y retrouveront les acteurs qui concourent :
• à la saisie et à la transmission des données, à la traçabilité
• à la simulation et à l’élaboration des Supply Chains
• aux prévisions, à la planification et au pilotage des flux
• à l’optimisation des stocks, à la gestion des contraintes et des aléas
• à l’exécution et au suivi
des tâches

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
  • David Paterson
    Mercredi 4 Avril 2012, 08:34
    OUI, oui, oui, bla, bla, bla - mais en réalité les transporteurs ne sont pas capable de livré les marchandises, ni à jour, ni dans l'état. La France est NULLE avec le transport et le problème n'est pas les camions c'est la COMMUNICATION entre le transporteur et le client final. (Même si communication s'écrit et se traduit pareil en anglais et en français, ça fonctionne de façon différent en France: ça ne fonctionne pas, et personne ne sait pas l'objectif, ni comment le faire.) Que ça soit 'Colissislow,' 'Chronocher' 'Calbervol' ou 'Sernamnomore' personne n'est capable de faire ce boulot simple de façon efficace. Le numéro de suivi change à chaque frontier ou/et chaque fois le colis passe entre transporteurs. Il est IMPOSSIBLE d'avoir les informations concernant la livraison le jour même. Il faut que le transporteur informe sont client et au moins répond au téléphone. Il doit systematiquement prenne en charge la responsibilté de retéléphonner son client avec les informations sur la date et l'heure de livraison - notamment en cas d'un problème. Mais ils ne font jamais! Je ne veux pas que mes marchandises qui arrivent dans un entrepot un demi-heure de mon entreprise le vendredi matin restent tout un weekend sur le quay d'un transporteur irresponsble, inefficace et sans intérêt de mon business. Mes clients attends leurs marchandises aussi. Ca me degoute que je dois souvent prend mon propre camion pour aller chercher mes marchandises retenus en otage, ou pire que je ne peux pas, car le transporteur ne peux par me dire à quel sous traitant il a jéter mon colis ou ma palette. Ils ne savent par organiser les tournés; ils emploient les personnes qui ne savent pas s'adresser au clients; qui n'ont aucun resect pour le client; et aucun idée de ce qui se passe à l'intérieur d'un carton. Ils savent bien livrer un colis en retard, moitié ouvert, tromé, et endommagé. On est en 2012? - BRAVO!
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page