Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Lavance capitalise

En plus d’étoffer sa gamme de portiques, les efforts de Lavance porteront sur la télémaintenance en 2012.

Lavance capitalise

Au-delà de son nouvel actionnariat depuis octobre dernier, le groupe Lavance va mettre à profit l’exercice en cours pour compléter sa gamme de portiques VL et pour “enfoncer le clou” au niveau de la télégestion.

Lié depuis 2005 au financier Edmond de Rothschild Capital Partners (ERCP), le groupe Lavance créait l’événement lors de la dernière édition d’Equip Auto en annonçant son rapprochement avec Sofival (Société Financière de Val d’Isère), une holding financière dont la particularité est de gérer les concessions des remontées mécaniques des plus belles stations de ski françaises à l’instar de Val d’Isère, Avoriaz, Valmorel ou encore la Rosière. En ce sens, sa prise de participation en tant qu’actionnaire majoritaire (à hauteur des 2/3 du capital environ) du leader national de la fabrication, du négoce, de la maintenance et de l’exploitation d’équipements de lavage VL et PL, représente une autre facette de sa stratégie…

Bref, depuis cette annonce quelque peu inattendue de la mi-octobre, un peu moins de six mois se sont écoulés, apparemment dans la sérénité. “Nos actionnaires ne peuvent qu’être satisfaits, d’autant que l’exercice 2011 a tenu les objectifs que l’on s’était fixés et que nous leur avons soumis, explique Philippe Dumas, président de Lavance. En vérité, nous avons réalisé une année record avec un chiffre d’affaires d’un peu plus de 40 millions d’euros et un résultat d’exploitation enviable qui place, sans doute, Lavance comme la société la plus rentable du secteur du lavage”. En volume, Lavance aurait commercialisé environ 400 portiques neufs et rénovés auxquels s’ajoutent une centaine de centres HP.

Les perspectives 2012 ? Selon Philippe Dumas, le beau fixe est de rigueur puisque janvier a enregistré le meilleur résultat en terme de prises de commandes, et ce depuis trois ans. En outre, le portefeuille de prospects s’avère important. Raison pour laquelle il voit une année 2012 au moins équivalente à 2011.

Un déploiement à deux niveaux avec, en particulier, l’accent mis sur la télégestion

Pour le reste, Lavance va opérer un déploiement à deux niveaux. “Avec le soutien de notre partenaire historique et futur Istobal, ceci encore pour de longues années (le contrat courant jusqu’à fin 2014, N.D.L.R.), nous allons compléter notre offre de portiques VL dans les semaines qui viennent avec des nouveaux produits de milieu de gamme, dans le but de couvrir tous les besoins du marché, explique Philippe Dumas. Quant à la Haute Pression, la gamme renouvelée dernièrement s’avère très complète et fonctionne très bien”. Concernant cette dernière, il s’agit bien sûr de la gamme N’Joywash présentée fin 2010 à Automechanika.

Mais surtout, au niveau du VL, Lavance fait porter ses efforts sur la télégestion et la télémaintenance, par le biais de son outil exclusif Lav@ccess. “Aujourd’hui, nous avons plus de 200 sites qui font appel à la télégestion et à la télémaintenance, et on s’aperçoit actuellement que cette dernière permet d’asseoir de manière très sensible à la fois notre chiffre d’affaires et la disponibilité de nos équipements, souligne Philippe Dumas. En outre, elle permet de limiter énormément les litiges, notamment durant les périodes durant lesquelles les équipements, portiques ou installations HP fonctionnent sans personnel”. En effet, pour ce qui est de la disponibilité des équipements, le concept permet de vérifier l’information à la seconde même où un équipement donné connaît un problème (panne…), et donc de dépêcher immédiatement un technicien. “Ainsi, au niveau de l’exploitation, nous constatons que les stations passées sous télémaintenance sont à même de déterminer des progressions de chiffre d’affaires entre 7 et 15 %, note Philippe Dumas. De plus, en l’absence de personnel, le système nous donne la possibilité de réinitialiser le portique à distance (par exemple, en cas de déclenchement intempestif de l’arrêt d’urgence, N.D.L.R.), en évitant par là des journées d’immobilisation”. Maintenant, pour ce qui est des litiges, l’enregistrement sur vidéo de toutes les opérations de lavage va, par exemple, donner la possibilité de constater qu’un véhicule s’est mal positionné sur l’aire de lavage, que son conducteur l’a rayé voire même qu’il a embouti le portique, etc., avec derrière la notion de transparence et de justification vis-à-vis de l’assurance. Bref, Lavance croit beaucoup à ce service appelé à un bel avenir, d’où un investissement sans retenue. “Il y a 4 ou 5 ans, Lavance a été le promoteur de la carte bancaire sur le marché en la généralisant, et je pense que dans les années qui viennent, la télégestion deviendra un produit standard”, plaide Philippe Dumas. Il faut le souhaiter.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page