Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
EVS26 : la facilité à l’ordre du jour

EVS26 : la facilité à l’ordre du jour

Los Angeles était la ville hôte du dernier salon international EVS26. Ce rendez-vous du véhicule de demain a été marqué par la volonté de chacun de partager l’expérience du VE. Les stations de rechargement rapide et les technologies sans fil ont particulièrement attiré l’attention des visiteurs professionnels.

“Il faut créer les conditions d’accueil pour le véhicule électrique en ville.” A Los Angeles, le mot d’ordre a été donné. Répété, tout du moins, par les experts et les décisionnaires de la filière automobile. Lors de la conférence d’ouverture de l’EVS26, Bryan Wynne, le président de l’EDTA (association américaine des transports), a insisté sur l’importance d’investir dans cette voie. Pour lui, les trois prochaines années prennent un caractère “crucial” dans l’optique de rendre ce secteur compétitif et d’atteindre ainsi les 400 000 immatriculations de VE dans le pays en 2020, contre un peu moins de 20 000 l’an passé. Bryan Wynne ne s’est pas caché derrière des faux-semblants et a martelé qu’il y avait un intérêt économique : “L’industrie du véhicule électrique est un levier de croissance face aux difficultés économiques de notre pays, notamment en termes d’emplois”, dans les usines comme chez les distributeurs.

Par quelle piste passera l’adoption des véhicules propres ? “Par l’éducation des jeunes générations”, estime l’Anglais David Beeton, du cabinet Urban Foresight. Ce sur quoi il a précisé que le “Grid”, si souvent vanté, ne pouvait se suffire à lui-même. Pour bien d’autres, présents à l’événement, le développement de la voiture électrique dépendra, sur le long terme, de la capacité des industriels à faciliter le processus de rechargement, à simplifier la vie des utilisateurs, faisant notamment référence au système sans fil dont Qualcomm et Evatran assuraient la promotion. Ted Craver, président et CEO d’Edison International et membre du directoire de l’EDTA, a quant à lui souligné qu’il y avait traditionnellement “un effort à réaliser pour faire adopter les nouvelles technologies et que la politique gouvernementale a un rôle à jouer dans cette tâche”. A ce titre, la simple évocation des mesures adoptées par l’administration du président Barak Obama n’a pas manqué de faire applaudir la salle. Aux Etats-Unis, où le pétrole pèse pour 94 % des ressources utilisées par l’automobile, il est vital de changer les habitudes. Le président s’est donc fixé pour objectif de réduire de 1,8 milliard le nombre de barils nécessaires à la durée de vie des véhicules qui seront immatriculés lors des cinq prochaines années, grâce à la mise en place d’avantages fiscaux et au soutien du déploiement des infrastructures utiles aux véhicules rechargeables.


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault va lancer un label VO ZE

A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page