Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Hyundai Santa Fe : L’empêcheur de “SUVer” en rond

Bien que taillé pour les grands espaces américains, le Santa Fe dispose d’arguments sérieux pour se faire une place en Europe.

Hyundai Santa Fe : L’empêcheur de “SUVer” en rond

Avec cette 3e génération du Santa Fe, Hyundai revient sur le segment des SUV avec un produit plus en phase avec le marché. Développant à nouveau le concept de “Modern Premium”, ce Santa Fe ne manque pas d’arguments pour jouer les trouble-fête.

Dans la logique de Hyundai, il aurait dû s’appeler ix45. Finalement, le Santa Fe restera le Santa Fe. La grande notoriété du produit a prévalu. Il faut dire que, depuis 2001, plus de 2,56 millions de Santa Fe sillonnent les routes de la planète. Un vrai succès, notamment aux Etats-Unis où il est également produit. En Europe, 350 000 unités ont été écoulées, dont 42 918 en France. La première génération, entre 2001 et 2006, a séduit 27 258 clients hexagonaux et la deuxième, 15 660, de 2006 à 2012. Aujourd’hui, place à la 3e génération du SUV coréen et à de nouvelles ambitions. En Europe, bien sûr, et en France où Hyundai vise 3 500 ventes dès 2013. Il apportera logiquement son écot à la volonté de croissance du constructeur qui veut rapidement atteindre 500 000 unités à l’échelle du continent et 60 000 unités en France, soit 3 % du marché. Et il faut dire que, depuis le 1er janvier dernier, c’est-à-dire depuis la filialisation de Hyundai en France, le compteur des ventes s’affole avec déjà plus de 22 375 unités immatriculées, soit une progression de 37,4 % sur un marché pourtant en repli de 13,3 %.

Le SUV “Modern Premium”

Le nouveau Santa Fe s’inspire naturellement des codes stylistiques développés depuis l’arrivée du ix35 voilà quatre ans, c’est-à-dire le “Fluidic Sculpture”, mais y ajoute un nouveau concept de design baptisé “Storm Edge”, inspiré par les traits de la nature lors d’une tempête. Le résultat est réussi même si le design demeure un élément subjectif. Toutefois, les proportions ont bien évolué, avec notamment une silhouette plus large, mais surtout plus basse de 7 cm. A l’intérieur, le Santa Fe cuvée 2012 est au diapason avec un bel assemblage et des matériaux de qualité. Ca ne sera pas suffisant pour lutter avec les Premium allemands. Mais face aux autres… De plus, ce SUV dispose d’un autre argument grâce à un équipement ultra-complet proposant de nombreuses assistances comme l’aide au parking ou une direction avec trois modes sélectionnables. La seule option au tarif est la peinture métallisée ! Hyundai met ici en avant son concept de “Modern Premium”, où la technologie embarquée doit être utile au quotidien et proposée au meilleur prix. La marque illustre d’ailleurs cette volonté avec la gratuité des mises à jour de la cartographie GPS pendant cinq ans. Cinq années, comme la durée de la triple garantie qui est devenue un autre de ses arguments forts.

Des niveaux de CO2 compétitifs

Au chapitre technique, le Santa Fe repose sur une toute nouvelle plate-forme qu’il partage naturellement avec le nouveau Kia Sorento, qui vient lui aussi de faire peau neuve. En revanche, sous le capot, pas vraiment de nouveautés avec le 2.2 CRDi 197 ch apparu à la fin du cycle de vie de la génération précédente. Ce bloc sied toutefois bien au Santa Fe, qui lui offre de bonnes performances, le tout sans être trop présent dans l’habitacle. Mais l’une de ses principales forces est d’offrir une consommation de 5,6 l aux 100 km, soit 147 g de CO2/km, pour la version deux roues motrices et à partir de 5,7 l aux 100 km, soit 149 g/km, pour les versions quatre roues motrices. Des valeurs obtenues avec la boîte mécanique 6 rapports car, avec la boîte automatique, elle aussi 6 rapports, les chiffres passent à 6,8 l, ce qui reste raisonnable, mais à 178 g de CO2/km. Autant dire qu’avec le malus 2013 (178 g de CO2 : 2 000 euros), ces versions automatiques ont peu de chance sur le marché français.

Aussi pour les entreprises

Le Santa Fe, comme les autres modèles de la gamme, devra jouer un rôle important dans les ventes aux sociétés. Le nouvel axe majeur de développement de Hyundai France. Il y a une vraie volonté de conquête, symbolisée notamment par le développement de la gamme Business. Le nouveau Santa Fe n’échappe pas à la règle et propose cette finition dédiée qui pourrait représenter jusqu’à 20 % des ventes grâce à ses 149 g de CO2/km qui limitent le malus à 400 euros. La problématique entreprise a également été prise en compte dans le réseau avec la mise en place de Fleet Center. Jusqu’ici, sur les 158 points de vente du constructeur en France, 18 centres sont d’ores et déjà opérationnels et travaillent avec les outils mis à disposition par Arval. Ils devraient être plus de 40 d’ici fin 2013. Le réseau se sera aussi étoffé car de nombreuses zones, notamment dans les grandes métropoles comme Paris, Lyon ou Marseille, sont encore à couvrir. Pour revenir au Sante Fe et aux clients particuliers, ils devraient se tourner à 60 % vers la finition la plus haute, Premium Limited, au moins pendant la phase de lancement. Quoi qu’il en soit, l’ensemble des clients pourra profiter du VIP Service lancé il y a peu avec l’arrivée de la i40. Car Hyundai n’a pas manqué de rappeler que la satisfaction clients était sa priorité. En effet, le groupe Hyundai-Kia ne souhaite pas devenir le leader mondial de l’industrie automobile en volume, mais en services clients.

------------
Le Santa Fe en bref

Date de lancement : Octobre 2012
Objectif France : 3 500 unités en année pleine. 15 000 à 20 000 sur le cycle
de vie complet
Principaux Concurrents du Santa Fe 2.2 CRDi 197 ch 4WD Premium BVA 43 090 € :
Jeep Grand Cherokee 3.0 V6 CRD 190 ch Laredo : 46 950 € ;
Volvo XC90 D5 AWD 200 ch R Design 7pl : 56 950 €
Prix : de 35 900 à 46 800 € - 2.2 CRDI


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault va lancer un label VO ZE

A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page