Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

"Le rayonnement international du Sprinter impacte positivement nos sites de production allemands"

Volker Mornhinweg, directeur de la division VUL de Mercedes-Benz - Alors que des discussions sont menées avec Renault et Volkswagen pour déterminer la suite des coopérations en cours, Mercedes-Benz entend capitaliser sur le lancement de son Citan pour renforcer sa position sur le marché européen des utilitaires.

JOURNAL DE L’AUTOMOBILE. Le dernier salon IAA d’Hanovre devait permettre à Mercedes-Benz et Volkswagen de poursuivre les discussions concernant la production du Sprinter et du Crafter. Où en êtes-vous sur ce sujet ?
VOLKER MORNHINWEG.
Notre collaboration avec Volkswagen, qui a démarré en 2006, rencontre un franc succès. Nous produisons le Crafter au sein de nos usines Mercedes-Benz de Düsseldorf et de Ludwigsfelde, au côté du Sprinter, qui, je le rappelle, est le véhicule le plus vendu dans le monde. Concernant notre engagement avec Volkswagen, il existe une échéance intangible : nous produirons le Crafter jusqu’en 2016. Nous avons de bonnes relations avec nos collègues de Volkswagen et nous sommes, évidemment, ouverts à toutes discussions sur le projet actuel comme sur les projets futurs.

JA. Quels sont les principaux enjeux qui entrent en ligne de compte dans les discussions avec Volkswagen ou Renault ?
VM.
A l’occasion du salon IAA d’Hanovre, j’ai eu la chance de rencontrer en personne pour la première fois mon homologue de chez Volkswagen, Dr. Eckhard Scholz. Nous avons effectivement engagé des discussions très constructives sur divers sujets. Mais comme notre contrat court encore sur quatre années, il n’y a aucune raison à ce stade de dicuter sur le “pourquoi et le comment”. Nous préférons nous concentrer sur nos produits et nos process. Concernant notre coopération avec Renault-Nissan, nous venons de lancer notre nouveau Citan, un véhicule urbain qui vient compléter notre offre et nous permet d’offrir l’une des gammes les plus larges sur le marché des utilitaires.

JA. Le Crafter représente 25 % de la production au sein de l’usine de Düsseldorf. Peut-elle continuer à fonctionner sans ces volumes ?
VM.
Avec plus de 6 800 employés et un volume annuel supérieur à 150 000 unités, notre usine de Düsseldorf est l’un des sites de production les plus importants du groupe Daimler. En complément, notre site de Ludwigsfelde, qui emploie 2 100 personnes, fabrique environ 40 000 VUL par an. Via ces deux implantations, nous alimentons principalement le marché européen, et nous enregistrons parallèlement une croissance solide de nos exportations de Sprinter aux Etats-Unis et au Canada. Le rayonnement international du Sprinter impacte positivement nos sites de production allemands. Aussi, nous sommes pleinement convaincus de leur pérennité.

JA. Le marché des VUL se prête-t-il davantage aux coopérations industrielles que celui des VP ?
VM.
Nos clients, qu’ils soient des entreprises ou des mono-possesseurs, ont parfaitement admis la nécessité des rapprochements industriels entre les constructeurs de VUL qui répondent à un objectif clé : les économies d’échelle. Etant donné que les volumes moyens de production sont plus faibles dans le secteur des utilitaires que dans l’industrie du VP, cela fait sens de coopérer et de partager des pièces, des composants ou des plates-formes.

JA. L’image de marque, le réseau et la force commerciale sont-ils devenus plus importants que le produit ?
VM.
Le véhicule, avec toutes ses caractéristiques, reste l’élément le plus déterminant. Un utilitaire reste l’instrument numéro 1 pour nos clients dans la bonne conduite de leur activité. Pour autant, il est vrai que d’autres indicateurs, tels que le coût de détention, le service, la réactivité, sont devenus particulièrement stratégiques. Et les produits de Mercedes-Benz répondent précisément à l’ensemble de ces critères. Une chose est sûre, nos clients font confiance à notre marque qui se caractérise par plusieurs valeurs : qualité, intégrité et efficience.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page