Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Clio Estate : Enfin du style

Bâtie sur la même plate-forme que la berline, l’Estate gagne toutefois 20 cm sur le porte-à-faux arrière et 600 euros au tarif.

Clio Estate : Enfin du style

Six mois après la berline, Renault lance la Clio Estate. Dans les showrooms à partir du 14 mars, ce break citadin s’affirme dans l’espoir de mieux résister au raz-de-marée annoncé des SUV.

Quelque six mois après la berline, Renault renouvelle sa Clio Estate. Naturellement bâtie sur la Clio 4, qui a déjà enregistré plus de 100 000 commandes en Europe, cette version break en reprend les qualités, mais aussi les défauts. Cette Clio Estate peut indiscutablement se prévaloir de lignes réussies. Même si le design reste subjectif, ses traits, pensés dès le début du programme, lui offrent une vraie personnalité. Elle ne se contente pas d’être une berline avec un sac à dos. Avec cette Estate, qui sera dans les showrooms durant les OPO du 14 mars, arrive également la fameuse tablette R-Link, qui ouvre vraiment une nouvelle ère de communication et d’interactivité à ce niveau de gamme. Sous le capot, en attendant le nouveau 1.2 TCe 120 ch couplé à la boîte à double embrayage EDC qui sera disponible durant le deuxième trimestre, la gamme essence offrira deux choix, avec notamment le 0.9 TCe 90 ch. Mais, naturellement, l’écrasante majorité des véhicules vendus seront équipés de blocs Diesel, notamment du 1.5 dCi 90 dans sa version Eco capable de limiter ses émissions de CO2 à 83 g/km grâce à une consommation de 3,2 l/100 km. Une mécanique qui sera également associée à la boîte EDC d’ici la fin du premier semestre. Quant à un Diesel plus puissant, ce n’est pas prévu dans l’immédiat et en tout état de cause pas avant dix-huit à vingt-quatre mois, selon le constructeur.

Un segment B bouleversé par l’arrivée des SUV

Sur la route, pas de mauvaises surprises, la Clio Estate conserve un bel agrément malgré les impératifs demandés par une version break, comme une barre antiroulis et des ressorts arrière à la raideur plus importante (+ 10 %). Celle qui est produite dans l’usine turque de Bursa, comme la précédente génération, ne manque donc pas d’attraits, mais elle arrive dans un environnement économique et concurrentiel pas vraiment favorable. En effet, le segment B a souffert en Europe et il doit de plus faire face à une véritable recomposition avec la montée en puissance des SUV tels les Nissan Juke, l’Opel Mokka, le Peugeot 2008 et bientôt le Renault Captur. Le stratégique segment B est ainsi passé de plus de 5 millions d’unités en 2007 à 3,6 millions en 2012 à l’échelle continentale. La tendance est semblable en France malgré un certain rééquilibrage après les années de primes à la casse, qui avaient favorisé le segment A. En 2012, le segment B hexagonal a affiché une baisse supérieure à 17 %. Et dans cet univers, les breaks ne sont pas l’exception qui vient confirmer la règle. En effet, au niveau européen, les immatriculations ont quasiment été divisées par deux entre 2008 et 2012 pour plafonner à 150 000 unités en 2012. En France, le repli dépasse même 30 % en 2012 avec un peu plus de 26 000 unités.

Des parts de marché à défendre

Si ce n’est en volume, la Clio Estate peut toutefois être ambitieuse en parts de marché. Sur notre continent, la Clio 3 Estate affichait une part qui oscillait entre 16 et 20 %. En France, malgré des produits en fin de cycle de vie, les chiffres sont encore plus forts avec plus de 44 % (12 000 unités), quelques points devant la 207 SW (environ 40 % de PDM). Vous l’aurez compris, la concurrence n’est pas vraiment nombreuse et se compose, principalement, des Seat Ibiza ST et Skoda Combi, et se trouve réduite à évoluer sur les 15 % restants du marché. Quant à la clientèle, le mix de la précédente génération était dominé par les particuliers avec 60 % des ventes, mais cela devrait se rééquilibrer. En effet, les entreprises et leurs flottes seront des cibles privilégiées avec, comme sur la berline, des valeurs de CO2 attractives mariées à une finition dédiée, baptisée “Business”, mais aussi et surtout des valeurs résiduelles que le constructeur annonce en hausse. La carrière “professionnelle” de la Clio Estate débute d’ailleurs bien puisqu’un pôle société vient d’en commander 600 afin de remplacer ses Mégane Estate arrivées en fin de contrat.

------------
LA CLIO ESTATE EN BREF

Date de lancement
14 mars
Segment de marché
Citadines break. 26 500 unités en France en 2012
Objectif*
18 000 unités
Principales concurrentes de la Clio Estate 1.5 dCi 90 Expression : 19 400 €
• Skoda Fabia 1.6 TDi 90 ch Ambition 2 : 17 145 €
• Seat Ibiza 1.6 TDi 90 ch Style : 17 295 €
• Peugeot 207 SW 1.6 HDi 90 ch Urban move : 19 450 €
Prix
Essence
de 14 300 à 18 600 €
Diesel
de 16 600 à 20 500 €
*estimation JA
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page