Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
BMW Série 4 : L’émotion sera paire

50 % des coupés de la génération précédente ont été vendus en Europe, dont 15 % en Angleterre et 10 % en Allemagne. Les Etats-Unis ont absorbé 30 % de la production.

BMW Série 4 : L’émotion sera paire

Aux impairs la tradition, aux pairs l’émotion. Avec l’arrivée de la Série 4, qui vient remplacer la Série 3 Coupé, BMW réaffirme et clarifie une gamme appelée à s’élargir encore.

L’actualité produits de BMW était déjà riche avant l’été, mais que dire de celle de cet automne. En effet, après la Série 4 qui nous occupe aujourd’hui, débarqueront dans les showrooms la citadine électrique i3 puis le nouveau X5, avant un nouveau festival en 2014 avec notamment la Série 2, la Série 4 cabriolet, la version définitive de l’Active Sport Tourer ou encore l’i8 et pourquoi pas le X4. Sans oublier la nouvelle Mini qui devrait bientôt être dévoilée. De quoi confirmer les bons résultats enregistrés jusqu’ici où, après huit mois d’activité, la seule marque à l’hélice progresse de 9,2 % dans le monde avec déjà plus de 1,2 million d’unités vendues. En France, à fin septembre, BMW voit en revanche ses immatriculations reculer de 3 %, à 32 478 unités. Mais pour inverser cette tendance, la gamme bavaroise compte donc, depuis le 3 octobre, un nouveau chiffre pair dans sa gamme avec la Série 4. Ce n’est pas une première – en témoignent les Série 6, Série 8, Z4 ou X6 –, mais aujourd’hui BMW va généraliser ces nouvelles appellations. En effet, aux côtés des modèles historiques, voire classiques, de la marque comme les Série 1, 3, 5, 7 ou X5, l’Allemand va réserver les chiffres 2, 4 ou 6 aux modèles plus émotionnels que sont les coupés, cabriolets ou crossovers. La Série 4 renferme donc ce que l’on pourrait appeler les déclinaisons émotionnelles de la Série 3.

Seulement deux pièces de carrosserie communes avec la Série 3

Bien que le capot et les rétroviseurs soient les seuls éléments de carrosserie communs avec la Série 3, la filiation est claire, et se confirme dans l’habitacle et au chapitre technique puisque cette Série 4 reprend le génome de la berline actuelle. Par rapport à la Série 3 Coupé E 92 (2006-2013) qu’elle remplace, ce coupé offre un empattement plus généreux de 5 cm malgré une longueur qui a seulement gagné 2,6 cm. La conséquence de la réduction des porte-à-faux avant et arrière qui sont également des éléments de style. Un style différent du coupé précédent, notamment concernant la partie arrière avec une ligne de toit plus fuyante et plus basse de 1,6 cm. Une silhouette largement modifiée aussi grâce à des voies élargies de 4,5 cm à l’avant et de 8 cm à l’arrière, des suspensions plus basses de 1 cm et un centre de gravité plus bas de 5 cm. Mais aussi sportif soit-il, ce coupé n’en oublie pas pour autant l’efficience. Comme de coutume chez BMW, le programme EfficientDynamics reste bien présent et évolue à nouveau. En effet, avec les Air Curtain et Air Breather apparus sur la Série 3 GT et repris ici, la Série 4 offre également avec la BVA8, en mode de conduite EcoPro, la possibilité d’être en roue libre, entre 50 et 160 km/h, pour encore réduire la consommation. La perte de 20 à 45 kg, selon les versions, accentue aussi l’efficacité et le dynamisme.

Le Diesel va régner en maître

Si coupé a longtemps rimé avec mécaniques essence, ce n’est plus le cas depuis longtemps déjà en France et ce n’est pas cette Série 4 qui va bouleverser la donne. En effet, dans notre pays, les mécaniques Diesel devraient écraser le mix avec 75 % des ventes, avec une mention spéciale pour la 420d qui affiche une consommation mixte de 4,7 à 4,8 litres et des émissions de CO2 comprises entre 124 et 126 grammes. Au lancement, seule cette 420d est au catalogue Diesel avant que n’arrivent les 425d, 430d et 435d, mais aussi la transmission xDrive sur ce quatre cylindres. Quatre roues motrices en revanche disponibles sur les 428i et 435i, qui composent pour l’heure la gamme essence en attendant la 420i. Pour ceux qui en voudraient plus, il faudra patienter encore quelques mois pour découvrir la M4 est son V6 biturbo.

---------------
La série 4 en bref

Date de lancement
3 octobre
Segment de marché
Coupé Premium segment M2
Objectif France*
2 000 en année pleine
Principales concurrentes de la 420d Sport 184 ch : 45 600 €
• Mercedes Classe C Coupé 220 CDi Executive 170 ch : 42 600 €
• Audi A5 2.0 TDi S Line 177 ch : 46 100 €
Prix
Essence : de 42 950 à 62 850 €
Diesel : de 40 700 à 49 000 €

*Estimations JA
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page