Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
“Nous avons transformé les process de l’entreprise”

Luc Pevere, directeur général CAR Base.

“Nous avons transformé les process de l’entreprise”

Porté par Novia Systems, le DMS CarBase retrouve des couleurs avec une approche recentrée sur le client. Seize mois après le rachat de T-Systems, la direction générale prend enfin la parole. Entretien.

JOURNAL DE L’AUTOMOBILE. CarBase revient aux affaires, qu’est-ce qui a été fait ?
LUC PEVERE.
D’une manière générale, nous avons rangé la maison. Le produit avait besoin d’être réactivé après une période sans réelle évolution. Nous ne sommes pas partis d’une feuille blanche, mais des attentes des clients, identifiées lors d’ateliers. On peut citer par exemple le besoin d’intuitivité, pour faciliter l’exploitation des fonctions et leur interaction. Repartir du début n’aurait pas été une bonne solution car le logiciel a ses qualités, notamment la comptabilité, et il faut les exploiter comme base pour de nouvelles fonctions.

JA. Quelle a été la logique de conception ?
LP.
Notre stratégie n’a pas été de vouloir nous aligner sur les concurrents, mais d’aller de l’avant, avec une vision multi support. Ensuite, nous avons eu l’humilité de reconnaître que toutes les compétences ne pouvaient être couvertes et avons ainsi décidé de faire appel à des partenaires. D’où notre accord avec 3D Soft (pour le planning atelier, N.D.L.R.), avec qui nous avons développé des interfaces. Deux ou trois autres partenariats aussi forts sont actuellement à l’étude dans la BI, le CRM et l’accueil dynamique au service après-vente.

JA. Présentez-nous l’offre…
LP.
Elle sera modulaire sur la base de trois niveaux : Essentiel, Confort et Premium. Nous ne forçons pas la main à nos clients. L’idée étant d’optimiser le service qui leur est délivré plutôt que leur imposer un cadre. D’ailleurs, nous avons rendu l’offre d’hébergement accessible aux clients de moins de dix postes, pour les libérer, eux aussi, de la problématique de gestion de l’informatique. A l’exception du stockage de données, confié à un prestataire, l’intégralité de l’infogérance est traitée par nos soins.

JA. La formation est un point clé, quelle en est votre conception ?
LP.
Nous avons pensé la formation de sorte à ce que les modules soient réalisés de manière individuelle, par téléphone, sur des thématiques précises. Ainsi, nous apporterons de la compétence avec une grande précision. Cela vient en complément des formations initiales dispensées sur site et des sessions collectives dans nos locaux. Nous ne faisons pas encore d’e-learning, qui est à l’étude.

JA. Quid du service après-vente, péché de certains éditeurs ?
LP
. Nous avons créé le poste de directeur de service client. Il n’a pas d’équipe à proprement parler, mais il la compose selon le contexte. Il sera la pièce centrale de notre organisation car il pourra faire travailler ensemble n’importe quels collaborateurs, y compris moi-même, afin d’apporter une réponse.

JA. Comment réduire les coûts ?
LP.
Pour abaisser les coûts de détention, notre produit, qui a été pensé pour évoluer dans le temps, a été bâti sur une base Linux, soit de l’Open Source. Ainsi, notre client n’a plus besoin d’acheter des licences de bureautique Microsoft.

JA. Quels sont les changements dans l’organisation ?
LP.
Nous lançons notre site Internet au début du mois de novembre. S’en suivra un site e-commerce, avant la fin de l’année. Celui-ci a été réalisé avec PrestaShop et sera badgé CarBase. On y trouvera le catalogue de logiciels, de matériel et de consommables. Là encore, il est question de gain de temps. Par ailleurs, nous avons transformé les process de l’entreprise et avons industrialisé les tests de nos logiciels, selon une méthode que nous utilisions déjà chez Novia Systems.

JA. Quelle est votre stratégie ?
LP.
Notre parc installé constitue notre cible prioritaire. Cela représente environ 600 sites, soit 6 000 utilisateurs, en France. Ensuite, nous allons nous concentrer sur de nouveaux sites Volkswagen et sur Toyota, qui vient d’homologuer CarBase. D’autres marques devraient probablement suivre, comme Hyundai, avec qui nous travaillons sur les interfaces.

JA. Il y a une hyper-concurrence sur ce marché, quelle est votre vision ?
LP.
La concurrence a quelque chose de sain et CarBase s’est taillé un profil de rival sérieux, avec des qualités produit et une logique de service qui sont des atouts.

 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page