Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Volkswagen Caddy Van : Le Caddy repart en campagne

Volkswagen Caddy Van : Le Caddy repart en campagne

Quelques semaines avant le T6, Volkswagen Utilitaires lance son nouveau Caddy. Une 4e génération de fourgonnette revue de fond en comble pour viser le leadership des importés en France.

Après plus de dix ans de bons et loyaux services et 1,5 million d’unités vendues, Volkswagen Utilitaires a complètement revu son Caddy. En effet, la 3e génération apparue en 2004 en France et faceliftée en 2010 passe la main. Et même si cela ne saute pas aux yeux du point de vue du style, les designers ayant joué la carte de la continuité, cette 4e génération ne partage quasiment rien avec la précédente. Si quelques pièces de structure demeurent, ce Caddy 2015 a largement pioché dans les modules MQB de Volkswagen, tels les moteurs, les suspensions, les freins ou encore l’infotainment. D’ailleurs, signe de ce saut générationnel, le constructeur a investi plus de 500 millions d’euros dans ce nouveau Caddy. L’occasion de faire le plein de technologies et d’améliorer le confort, y compris acoustique. Un point que l’état-major du constructeur avait identifié comme une “faiblesse de la précédente génération”. Mais le Caddy reste avant tout un outil de travail et il permet de charger de 3,2 à 3,7 m3 pour la version Van et 4,2 à 4,7 m3 pour la version Maxi Van. Quant à la charge utile, elle peut aller jusqu’à 857 et 1 005 kg selon le type de carrosserie. Si le Van représente le gros des ventes, la version Maxi (avec 31 % de volume en plus) s’adjuge tout de même 30 % du volume. Cette part grimpe jusqu’à 50 % pour les versions Combi (VP), notamment sous l’influence de l’activité du transport de personnes. Autant d’atouts pour Volkswagen Utilitaires, qui vise cette année plus de 17 000 immatriculations au global.

Le plein de technologies

En attendant le nouveau T6, le best-seller du constructeur, le Caddy sera dans les showrooms dès fin juillet, mais son véritable lancement commercial n’aura lieu qu’en septembre. Avec 5 000 unités par an, le Caddy représente environ un tiers des ventes de Volkswagen Utilitaires, après le Transporter (7 000 unités), mais avant le Crafter (3 000 unités) et l’Amarok (1 000 unités). Une gamme Utilitaires distribuée par un réseau de 150 concessions qui devrait tendre vers 170 dans les deux prochaines années. En effet, à cette date, VW VUL pourra compter sur le nouveau Crafter pour lequel le constructeur s’est fixé des objectifs plus ambitieux. Sur un marché français au potentiel important, le but est de doubler les ventes sur ce segment des fourgons. Passer de 3 000 à plus de 6 000 unités. Mais, en attendant, revenons sur le Caddy. Avec cette nouvelle génération, Volkswagen Utilitaires souhaite reprendre le leadership des importés (Fiat, Ford, Mercedes, etc.) sur ce segment des fourgonnettes. Un segment où les Français règnent en maîtres. Pour ce faire, Volkswagen a donc choisi d’offrir à son Caddy encore plus de gènes VP en mettant l’accent sur la sécurité et les aides à la conduite. Régulateur ACC, Front Assist, Park Assist, freinage d’urgence en ville ou encore détecteur de fatigue et Car-Net font partie des équipements possibles. Au chapitre mécanique, la consommation moyenne a chuté de 15 %, soit jusqu’à 1,2 litre de carburant économisé aux 100 km, grâce à une offre large avec des blocs essence développant de 84 à 125 ch avec notamment une version GNV de 110 ch. Naturellement, en France, les TDi, allant de 75 à 140 ch, vont écraser le mix.

20 % en 4Motion

Cela étant, Volkswagen Utilitaires ne veut en rien renier son positionnement, ni participer à la course actuelle aux remises. Près de 70 % de ses clients sont des “acheteurs-utilisateurs” (et des flottes de moins de 5 véhicules) et le constructeur ne veut pas bouleverser son mix clients même si les ventes aux grands comptes, grâce à l’appui de Volkswagen Fleet Services, font partie de la stratégie d’expansion de la marque. Volkswagen compte aussi tirer le meilleur de ses spécificités, comme par exemple la transmission intégrale 4Motion qui a équipé près de 17 % des Caddy livrés en 2014, ce taux étant même monté à 20 % pour les seuls Caddy Van. Une offre rare sur le marché qui a notamment permis de séduire des grands comptes comme EDF, la Gendarmerie, l’ONF ou encore de nombreuses communes. La boîte DSG fait également partie des atouts du Caddy et elle atteint un taux d’équipement de 27 % avec, à l’inverse du 4Motion, une domination des Caddy VP.

--------
EN BREF - Le Caddy Van

Date de lancement
Juillet
Segment de marché
Fourgonnette
120 000 unités par an
Objectif
5 000 unités en année pleine, dont 60 % de Van
Principaux concurrents du Caddy Van 1.6 TDi 102 ch : 17 790 € HT
• Ford Transit Connect 1.6 TDCi 95 ch : 17 040 €
• Renault Kangoo Express dCi 90 Confort : 17 250 € HT
Prix Van (HT)
Essence - de 15 560 à 20 720 €
Diesel - de 16 420 à 26 450 €

 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Pautric investit à Rennes

L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page