Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Honda HR-V : Taillé pour le succès

Honda HR-V : Taillé pour le succès

Honda débarque, avec des ambitions légitimes, sur l’un des segments les plus porteurs du marché. Le HR-V devrait rapidement devenir le plus gros volume de la marque en France avec, au moins, 4 000 unités.

Difficile d’exister aujourd’hui sans SUV et autres crossovers. Honda le sait, le succès planétaire du CR-V en témoigne, mais le constructeur nippon se devait d’avoir une offre dans le segment inférieur en pleine expansion. C’est aujourd’hui chose faite, en Europe, avec le HR-V. Car ce HR-V est une réalité et un succès commercial depuis plus d’un an au Japon, sous le nom de “Vezel”, et depuis quelques semaines aux Etats-Unis, où Honda avait d’ailleurs enregistré plus de 6 000 commandes avant même le lancement. Le niveau de commandes en France n’est naturellement pas si élevé, mais de l’aveu même de Christophe Decultot, vice-président de Honda Motors Europe-France, ce nouveau SUV a déjà généré du trafic en concession cet été. De bon augure pour ce modèle qui est dans les showrooms depuis le 15 septembre pour sa version essence. Pour le Diesel, il faudra patienter jusqu’au 15 octobre.

“De quoi donner un nouvel élan”

Fabriqué dans l’usine mexicaine de Celaya, le HR-V veut donc tirer le meilleur d’un segment qui a encore progressé de 15 % en 2014, pour représenter environ 100 000 immatriculations, selon Honda. Avec ses 4,29 m, le HR-V peut à la fois jouer dans la catégorie des urbains tels le 2008 (4,16 m) ou le Mazda CX-3 (4,28 m), mais aussi dans celle des compacts comme le Nissan Qashqai (4,38 m) grâce à son espace intérieur. Dans cet univers, Honda vise 4 % du segment. Parmi les atouts de ce HR-V, le niveau d’équipement doit être pris en compte avec, au chapitre sécurité, la présence de nombreux “Assist” comme l’alerte de franchissement de ligne, l’alerte collision ou encore le limiteur de vitesse actif. L’infodivertissement n’a pas été oublié avec le Honda Connect, reposant sur un écran tactile de 7 pouces, et le Honda App Center pour télécharger des applications comme la navigation fournie par Garmin. Ce HR-V cuvée 2015 ne partage donc que son nom avec celui de 1999, ce “Joy Machine” vendu à plus de 110 000 exemplaires jusqu’en 2006, dont 6 300 en France. Un volume que le HR-V actuel devrait vite dépasser puisque Christophe Decultot estime que ce modèle pourrait devenir, dès 2016, le premier volume de la marque dans l’Hexagone avec, au minimum, 4 000 immatriculations sur cette première année pleine. “De quoi donner un nouvel élan à la marque, poursuit-il, avec un taux de conquête très élevé, de l’ordre de 70 %.” Avec la nouvelle Jazz (3 000 unités), qui partage d’ailleurs sa base technique avec le HR-V, Honda France pourrait vite revenir à 12 000 ventes annuelles. D’autant que les points de vente Honda vont être plus nombreux. En effet, de 92 aujourd’hui, le réseau Honda comptera d’ici deux ans pas moins de 110 sites. Une croissance nécessaire, mais aussi rendue possible par une plus grande souplesse vis-à-vis des investisseurs voulant rejoindre la marque. Ainsi, dans les zones où le marché VN (hors LCD et administrations) ne dépasse pas 10 000 unités annuelles, l’investisseur n’a plus besoin d’une structure juridique uniquement dédiée à la marque nippone.

30 % du mix en essence

Sous le capot, un bloc essence et un Diesel composeront la gamme. Le 1.6 i-DTEC (104 g/km) dans sa version 120 chevaux, offrant 300 Nm de couple, devrait représenter 70 % des unités vendues en France. Même si ce chiffre ne le montre pas vraiment, Honda pense que son tout nouveau moteur essence, le 1.5 i-VTEC (120 g/km), développant 130 chevaux accompagnés de 155 Nm de couple, pourrait couvrir 30 % du mix dans un segment où la part de l’essence n’a été que de 15 % en 2014. Un bloc essence qui peut également être marié avec une boîte CVT. Même s’il y a du mieux dans la gestion de la variation continue, pas sûr que les Français se convertissent en masse. Il y a bien une boîte double embrayage disponible au Japon, mais elle est exclusivement réservée à la version hybride du SUV car elle intègre le moteur électrique. Un mariage des énergies qui n’est pas d’actualité en Europe et en France pour l’heure, ni pour le HR-V ni pour la nouvelle Jazz, comme la transmission intégrale d’ailleurs qui n’a pas résisté à l’analyse des ventes. En effet, en 2014, 78 % des SUV livrés en France n’avaient que deux roues motrices.

----------
EN BREF - Le HR-V

Date de lancement
Septembre Essence
Octobre Diesel
Segment de marché
Crossover
Objectif
4 000 en année pleine
Principaux concurrents du HR-V 1.6 i-DTEC Executive 120 ch : 25 120 €
• Renault Captur 1.5 dCi 110 Intens : 23 600 €
• Opel Mokka 1.6 CDTi 110 ch Cosmo : 24 350 €
• Mazda CX-3 1.5 SkyActiv-D 105 ch Dynamique : 24 550 €
Prix
Essence - de 21 000 à 26 670 €
Diesel - de 23 300 à 27 620 €
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page