Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Volkswagen poursuit sa stratégie SUV avec le T-Cross

Le Volkswagen T-Cross sera présenté en première mondiale à l'automne 2018.

Volkswagen poursuit sa stratégie SUV avec le T-Cross

La gamme SUV de Volkswagen va prochainement s’étoffer avec le T-Cross, un modèle d’entrée de gamme à vocation urbaine. Il misera sur l’habitabilité, la connectivité et la sécurité.

 

Volkswagen n’en finit plus de sortir des SUV. En l’espace de deux ans, la marque de Wolfsburg a successivement mis sur le marché les nouveaux Tiguan, T-Roc, Tiguan Allspace et Touareg, ce dernier venant tout juste de débuter sa carrière. L’offensive n’est pas terminée puisque le nouveau T-Cross se profile à l’horizon. Sa présentation en première mondiale est prévue à l’automne. En attendant, Volkswagen livre plusieurs informations à son sujet.

 

Le constructeur vient tout d’abord de publier les premiers clichés du véhicule en mode camouflage. On devine toutefois les lignes qui s’apparentent à celles du Polo. Normal, le T-Cross est en quelque sorte une version surélevée de la citadine. Volkswagen précise toutefois que le SUV est légèrement plus long : 4 107 mm contre 4 050 mm. Sa hauteur est quant à elle fixée à 1 558 mm (1 444 mm pour la Polo). Côté pratique, le T-Cross dispose d’un coffre allant de 385 à 455 litres, le volume disponible étant lié au positionnement de la banquette arrière, qui est coulissante de série.

 

Outre l’habitabilité, le SUV mettra l’accent sur la personnalisation avec la possibilité d’opter pour une teinte de carrosserie bicolore, sur la sécurité avec de nombreuses aides à la conduite (Front Assist, assistance de maintien de voie, détecteur d’angle mort, assistant de sortie de stationnement…), et sur la connectivité avec un écran tactile de 8", un combiné d’instruments numériques (Active Info Display), quatre ports USB ou encore la recharge sans fil.

 

Volkswagen annonce enfin que le T-Cross sera uniquement disponible en version traction avant et que la gamme se composera de quatre moteurs à turbocompresseur. En essence, les TSI de 95 ch, 115 ch et 150 ch seront mobilisés. L’offre diesel se résumera quant à elle au TDI de 95 ch.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Renault conforte sa croissance à l’international

Si, au premier semestre 2018, le groupe français a performé sur son marché national et plus globalement en Europe, les plus fortes croissances ont été observées à l’étranger. Renault a notamment

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page