Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Jean-Claude Bernard, Divva :

Jean-Claude Bernard, Divva : "Ouvrir notre structure au monde de l'automobile"

Renommé sous l'appellation Divva, le groupement des distributeurs Mercedes, dont le bureau a été entièrement renouvelé, se dit prêt à affronter les nouveaux défis liés à l'évolution du secteur. Son président, Jean-Claude Bernard, s'en explique.

 

Voilà dix ans que Jean-Claude Bernard est à la tête du groupement des distributeurs Mercedes, un groupement qu'il convient désormais d'appeler Divva depuis la dernière assemblée générale au cours de laquelle le dirigeant du groupe JCB a d'ailleurs été reconduit pour un nouveau mandat. Divva ? Un acronyme pour Droit, Idées, Vision, Volumes, Achats. "Il était important pour nous de changer de nom pour matérialiser aussi d'une certaine façon nos envies et nos ambitions car il s'agit pour nous d'ouvrir notre structure au monde de l'automobile", explique ainsi Jean-Claude Bernard.

 

Ce dernier souhaite notamment que le groupement soit plus influent afin de pouvoir concrétiser certaines idées et "être plus actif pour l'ensemble des membres du réseau Mercedes". Parmi celles-ci, l'éventuelle mise en place d'une centrale d'achats pour les pièces de rechange. "La pression sur ce secteur d'activité est énorme pour nous distributeurs, explique-t-il. Il s'agit d'unir nos forces, nos idées, nos visions et la puissance d’achat afin de rendre chaque membre et établissement plus compétitif, plus performant et plus agile dans sa région ou sa localité".

 

Outre le réseau et ses membres, Divva se veut aussi plus influent en termes de communication et marketing à l'extérieur : "Nous souhaitons nous faire entendre des différents centres de formation existants pour recruter plus aisément des mécaniciens, des vendeurs ou autres", explique Jean-Claude Bernard, pour qui les grands enjeux à venir pour lui et ses équipes seront liés aux nouveaux contrats de distribution, la digitalisation du commerce, l'autopartage ou la montée en puissance des véhicules "aux nouvelles motorisations". "Nous devons nous adapter aux évolutions du métier et du secteur, et aux changements de comportements des clients", c'est aussi l'intérêt d'un groupement fort, explique-t-il enfin.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Les concessionnaires peinent toujours à récupérer l'argent des primes à la conversion

Le gouvernement traîne toujours des pieds pour rembourser les distributeurs de l'avance réalisée pour les primes à la conversion. Pourtant, fin septembre 2018, 85 millions d'euros avaient été débloqués.

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page