Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Jeep Commander : Retour aux sources

Jeep Commander : Retour aux sources

Jeep poursuit son développement avec la commercialisation du Commander, tout-terrain moderne et confortable sous son allure de baroudeur. Cette nouveauté réinterprète les lignes anguleuses des anciens Wagoneer pour offrir un 4x4 à l'allure plus classique que les SUV actuels.  ...

...

"La cible clientèle visée par le Commander souhaite se démarquer en optant pour un 4x4 au style affirmé", dit-on chez Jeep. Qu'il suscite l'attrait ou le rejet, le design du nouveau tout-terrain de la marque américaine ne laissera pas indifférent. Il rappellera sans doute des souvenirs aux anciens possesseurs de Wagoneer et de Cherokee de la fin des années 80. Cette ressemblance ne doit rien au hasard puisqu'il s'agit d'une "interprétation moderne du style classique de Jeep" selon le constructeur. Si la ligne s'inspire de modèles qui ont marqué l'histoire de la marque, le concept se révèle plus novateur. Il s'agit en effet du premier véhicule à sept places et trois rangées de sièges produit par Jeep. Cette caractéristique ajoutée au design anguleux place le Commander face à des concurrents comme le Land Rover Discovery ou le Toyota Land Cruiser. Seulement disponible en version Diesel et boîte automatique, ce beau bébé de 4,78 mètres de long constitue le premier modèle d'une nouvelle lignée parallèle aux Cherokee et Grand Cherokee actuels. Destiné aux amateurs de 4x4 à l'allure plus rurale qu'urbaine, le Commander sera rejoint avant la fin de l'année par le Kompass, puis le Patriot et le Wrangler quatre portes au printemps 2007. Grâce à ces nouveautés, Jeep possédera alors une gamme plus large, avec des tout-terrain urbains et des 4x4 en apparence plus rustiques. En apparence seulement, puisqu'à l'image du Commander, le niveau de prestations restera élevé et les clients toujours aussi urbains.

Les dessous du Grand Cherokee

Les concepteurs du Commander ne sont pas partis d'une feuille blanche pour créer le dernier-né de la marque. De nombreux éléments comme le moteur V6 3 l CRD, la boîte automatique à cinq rapports, les suspensions et le système Quadra Drive II proviennent du Grand Cherokee. En dépit de ces nombreux points communs, "la ligne du Commander et ses sept places devraient suffire à séparer clairement les deux modèles", pense-t-on chez Jeep. Si des clients intéressés par le Grand Cherokee optent finalement pour un Commander, "ce ne sera pas un problème pour nous", confie David Barrière, responsable de la communication de la marque. L'objectif premier reste toutefois d'attirer de nouveaux clients, "qui souhaitaient que Jeep sorte un produit de ce type, d'après des enquêtes réalisées auprès de prospects", poursuit David Barrière. La demande des sept places apparaissait également même si leur utilité réelle reste marginale. Peu de clients ont besoin de ces deux places supplémentaires mais ils semblent apprécier la possibilité de choisir entre deux sièges ou un plancher plat qui privilégie le volume du coffre. Le constructeur ne cache d'ailleurs pas que ces fauteuils doivent être réservés à des enfants par l'espace restreint qu'ils offrent à leurs passagers. Vérification faite, même les enfants ne devront pas être trop grands, sous peine de se retrouver les genoux sous le menton.
Les trois rangées de sièges du Commander ont la particularité de se positionner chacune 11 cm plus haut que la précédente, ce qui dégage la vue des passagers sans pour autant leur offrir davantage d'espace au niveau des jambes. Cependant, le toit surélevé dans sa partie arrière compense la disposition des sièges en gradins. La présence de deux lucarnes au-dessus de la deuxième banquette renforce la luminosité et donne une agréable impression d'espace. Ce dernier équipement reste toutefois optionnel, même sur la finition Limited qui s'avère être la seule disponible au-dessus de la version de base.

Tout sauf un 4x4 rustique

Avec son air de baroudeur, le Commander pourrait passer pour un tout-terrain "à l'ancienne". Ce style devrait plaire à

LE COMMANDER EN BREF

  • Date de lancement :
    Fin avril 2006
  • Segment de marché :
    Tout-terrain et SUV 7 places
  • Objectifs de vente :
    500 en année pleine
  • Ses principaux concurrents :
    - Land Rover Discovery TD V6 HSE 7 places 190 ch /51 670 €,
    - Toyota Land Cruiser 4,2 l TD 205 ch VXE /65 100 €,
    - Nissan Pathfinder 2,5 l Dci 174 ch Plaza /48 200 €
  • Le prix :
    42 400 € 3.0 CRD 218 ch
    46 900 € 3.0 CRD Limited 218 ch
  • certains aventuriers des villes, lassés de leur SUV profilé mais attachés à un confort de grande berline. Selon le constructeur, "la majorité des clients devrait opter pour la version Limited", plus chère de 4 500 euros, mais peut-être plus conforme à leurs attentes. Des équipements particulièrement intéressants comme le GPS, le toit ouvrant électrique et les lucarnes au-dessus de la banquette arrière restent pourtant optionnels. Disponibles individuellement, ils sont toutefois rassemblés sous la forme d'un pack affiché à 2 900 euros. Dans cette dernière configuration, le Commander ressort à 49 800 euros, toujours bien placé par rapport à un concurrent direct comme le Land Rover Discovery TDV6 HSE à 51 670 euros.
    En entrant dans l'habitacle, le conducteur retrouve cet aspect de baroudeur luxueux, avec une planche de bord originale. Sa partie inférieure provient du Grand Cherokee mais la partie supérieure forme un angle droit et possède seize vis Allen dont quatorze réels. Ces vis se retrouvent sur le levier de vitesses et à l'extérieur du véhicule, sur les extensions d'ailes. Ce détail "rustique" étonne au premier abord mais devrait plaire aux clients potentiels qui retrouveront tout de même le confort attendu à bord d'un tout-terrain moderne. Cette modernité s'étend aux qualités routières du Commander, qui profite des progrès accomplis par la marque sur le Grand Cherokee.

    Tout-terrain des villes et des champs

    Pour le constructeur américain, son dernier-né se devait d'offrir "des performances exemplaires en tout-terrain et un maximum d'agrément routier". Hors des rubans d'asphalte, le Commander offre une réelle facilité de conduite grâce au système Quadra Drive II inauguré sur le Grand Cherokee. Cette boîte de transfert utilise un différentiel central et deux autres au niveau des ponts avant et arrière. Un embrayage à convertisseur de couple électronique peut répartir la quasi-totalité du couple sur l'une des quatre roues pour répondre aux situations particulières provoquées par les terrains accidentés. Sur la route, le Commander profite des prestations du V6 3 l CRD d'origine Mercedes et de la transmission automatique à cinq rapports déjà proposés sur le Grand Cherokee. Ce moteur turbodiesel, équipé d'un filtre à particules, développe 218 chevaux pour un couple de 510 Nm disponible dès 1 600 tr/mn. Ces valeurs se traduisent au volant par une disponibilité agréable à tous les régimes et des reprises intéressantes pour un véhicule de 2 315 kg. De plus, le six cylindres peut compter sur l'aide d'une transmission automatique efficace. Les légers à-coups ressentis sur le Grand Cherokee disparaissent sur le Commander grâce à un travail sur la course de la pédale d'accélérateur. En position "Drive", le conducteur peut toujours passer les vitesses manuellement par une impulsion latérale sur le levier. Ce système ne se révèle pas indispensable mais reste utile lors de situations imprévues sur route comme sur terre. En bon tout-terrain moderne, le Commander dispose également d'une batterie de systèmes de sécurité actifs.
    Le régulateur électronique de trajectoire (ESP) adopte un système anti-retournement baptisé ERM qui anticipe une prise de roulis excessive. Des capteurs mesurent les changements d'angle de braquage et la vitesse du véhicule. En cas de risque, l'électronique agit sur les freins et peut réduire la puissance du moteur, mais il ne peut rien pour éviter un tonneau en cas d'accident ou de sortie de route. Pour compléter ces fonctions, le Commander possède un ABS avec assistance de freinage et un antipatinage opérationnel quelle que soit la vitesse du véhicule. Autant de systèmes électroniques qui confirment la modernité du Commander sous des lignes qui jouent la carte de la tradition. De la réussite de ce modèle dépendra peut-être celle du Patriot et du Wrangler, issus de la même stratégie. Avec le Commander, Jeep joue sans doute davantage que l'avenir d'un modèle.

    Frédéric Marty

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Exclusivité JA : Le Top 3 des recherches

    Pendant toute la durée du Mondial de l'Automobile de Paris 2016, Google nous livre en exclusivité les tendances liées à cet événement avec les modèles les plus recherchés.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

    Oil Factory c’est fini !

    Le site BtoB de vente en ligne de lubrifiants a mis fin à ses activités durant l’été. La fin d’une aventure digne d’intérêt, ne serait-ce que par son exclusivité sur le secteur, qui avait

    Le réseau multimarque organisait, dans son fief de Saint-Herblain, la sixième édition de sa Distinxion Académie, journées destinées à former les membres du réseau. L'occasion de faire le point

    Extension de garantie revisitée, location d'accessoires, vente en ligne, labels carrosserie et vitrage… Le service après-vente de Skoda France prépare un solide plan de bataille à mettre en action

    Grand Prix des Marques Automobiles 2016 : et les gagnants sont...

    Evénement mesurant l’attachement des clients VN à leur marque, la dernière édition du GPMA voit BMW triompher. Le constructeur allemand s'octroie ainsi quatre des huit prix mis en jeu. Le palmarès

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page