Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Combien les automobilistes français ont-ils rapporté à l’Etat en 2017 ?

Combien les automobilistes français ont-ils rapporté à l’Etat en 2017 ?

Comme chaque année l’ACEA s’est penchée sur la fiscalité du secteur automobile. Et comme chaque année également, la France se place sur le podium des pays où les automobilistes ont le plus rapporté.

 

"En ce monde, rien n’est certain, à part la mort et les impôts" : cette citation de Benjamin Franklin pourrait être connue de chaque automobiliste européen, à en croire le dernier rapport de l’ACEA. Le lobby des constructeurs vient de mettre en lumière dans son dernier rapport les recettes générées par les taxes payées par les automobilistes du Vieux Continent, avec un détail pour chaque pays. Ainsi, dans l’Europe des 15, les automobilistes ont dû s’acquitter en 2017, directement ou non, de 428 milliards d’euros, soit 3,5 % de plus par rapport à l’année précédente. Ce chiffre prend en compte la TVA sur les véhicules, les services (autoroute par exemple), pièces de rechange, pneus, accessoires, les taxes lors de l’acquisition et l’immatriculation des véhicules, les possibles taxes annuelles (TVS pour les pros..) et enfin les taxes sur les carburants.

 

A titre de comparaison, le budget général de l’Etat français en 2018 était de 446 milliards d’euros, tandis que celui de l’Union Européenne s’élevait en tout et pour tout à 160 milliards d’euros… dont 5,45 milliards consacrés à l’environnement à travers le projet LIFE. Les niveaux de recettes sont évidemment très différents entre les 15 pays, et logiquement, plus le parc roulant est important, plus la somme totale est élevée. L’ACEA ne fournit en effet pas le résultat du ratio montant total / nombre de véhicules en circulation.

 

Les taxes sur le carburant pèsent lourd

 

En revanche, un constat reste immuable : les taxes sur le carburant et la TVA sur les services, sur les pièces, les pneus et les accessoires rapportent toujours gros. Logiquement, l’Allemagne arrive en tête des pays où les diverses taxes pèsent le plus lourd, soit 92 milliards d’euros. Près de la moitié de cette somme est générée par les taxes sur les carburants, et 30,33 milliards sont issus de la TVA.

 

Schéma a peu près similaire en France, deuxième champion, avec 79 milliards de taxes récoltées via les automobilistes l’an passé. Une fois encore, celles sur le carburant ont pesé très lourd dans le budget, générant 39,2 milliards d’euros de recettes, tandis que la TVA a rapporté près de 18 milliards d’euros. Les taxes et impôts sur les revenus des péages ont constitué la troisième plus grosse source de dépense, soit 12,2 milliards d’euros. Un rapport qui confirme donc les chiffres mis en avant par l’Automobiles Club en mars : selon son étude, pas moins d’un quart du budget annuel de l’automobiliste français est ponctionné sous forme de taxes et impôts.

 

Troisième pays à monter sur le podium, l’Italie, avec 74,4 milliards d’euros ponctionnés, dont près de 35 milliards via les taxes sur le carburant et 18 milliards via la TVA. Le fossé est distinct entre l’Italie et le Royaume-Uni, puisque, dans ce pays, les automobilistes ont généré 56,3 milliards d’euros de recette.

 

Des taxes plus importantes en Allemagne et en France

 

Le ratio recette totale / nombre de véhicules en circulation (toutes catégories confondues) fait ressortir une lourde taxation en France et en Allemagne par rapport aux autres pays européens. En effet, si les automobilistes italiens étaient taxés de la même façon que les Français, ils aurait dû générer en 2017 une recette totale de 89 milliards et non pas de 74,4 milliards. Constat identique du côté du Royaume-Uni : dans ce pays où le nombre de véhicules en circulation est quasiment similaire à la France, les recettes générées auraient dû être de 81 milliards si le poids de la taxation était identique à celui de la France.

 

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Essence et SUV rendent le malus plus lucratif que jamais

Jamais le malus n’avait autant rapporté depuis sa création. Les effets croisés d’un dispositif plus sévère et de la montée en puissance des véhicules essence, dont les SUV, ont boosté les recettes.

Kroely transforme sa concession Mercedes de Mulhouse

L'opérateur alsacien est le deuxième en France, après Como, à inaugurer les nouveaux standards Mercedes-Benz, dans sa concession de Mulhouse. Au programme : parcours client repensé et processus d'achat

Le groupe Dugardin se renforce avec Ford dans le Pas-de-Calais

Le distributeur vient de notifier à l’Autorité de la concurrence son intention de racheter le groupe Delesalle, ajoutant à son réseau Ford cinq concessions et une agence, principalement situées

Marc Lechantre, PSA :

Fin annoncée des multiples labels VO dans les points de vente. Le groupe PSA va progressivement s'appuyer sur deux références, à travers l'Europe, dont le nouveau Spoticar. Décryptage de la stratégie

Jean Lain s’investit dans le développement de l’hydrogène

Le distributeur, représentant notamment Toyota et Hyundai, s’est engagé dans le projet Zero Emission Valley. Son but : créer un réseau de stations hydrogène dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

RRG lance une usine à préparer les VO dans le Nord

La préparation et le reconditionnement des VO font l'objet de toutes les attentions. Depuis quelques semaines, RRG a ouvert une Factory VO dans le département du Nord.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page