Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le Dieselgate rattrape Renault

Le Dieselgate rattrape Renault

Visé par une information judiciaire pour tromperie aggravée, Renault doit aujourd’hui faire face à des preuves confirmant le trucage de ses moteurs diesel.

 

Presque quatre ans après son début, le scandale du Dieselgate continue de plonger régulièrement certains constructeurs dans le désarrois. C’est aujourd’hui le cas de Renault. Suite à la confirmation par la DGCCRF de tricherie en matière d’émissions polluantes de ses moteurs diesel, le Français est visé depuis janvier 2017 par une information judiciaire pour tromperie aggravée.

 

Deux modèles étaient alors plus particulièrement visés, outre le Kadjar et la Talisman : le Captur, dont le bloc homologué Euro 6 présentait des émissions de dioxyde de carbone supérieure de 377 % au seuil réglementaire, et la Clio IV, dotée d’un moteur Euro 5 affichant des émissions de CO2 supérieures de 305 % au seuil. Ces résultats avaient alors jeté des soupçons sur la présence d’un dispositif frauduleux, modifiant le fonctionnement du moteur afin de réduire émissions de Nox lors du test d’homologation.

 

Le rapport de l’Isat accable Renault

 

Des soupons qui semblent aujourd’hui fondés selon un rapport d’expertise commandé en octobre 2017 à l’ISAT, institut supérieur de l’automobile et des transports. La conclusion de cette nouvelle série de tests, réalisée sur les Captur et Clio IV et complémentaires à ceux déjà pratiqués par l’Utac et l’IFPEN, est sans équivoque. Selon Le Monde, qui a pu se procurer le rapport, l’Isat relève "l’existence d’une modification des dispositifs de dépollution permettant l’adaptation à la procédure d’homologation de façon différente de conditions d’utilisation réelle". En clair, lors des tests sur les deux véhicules, l’Institut a pu constater que les deux systèmes de dépollution choisis par le constructeur, la vanne ERG et le piège à Nox, ne fonctionneraient pas dans certains cas de figure.

 

Le piège à Nox serait inactif en ville

 

La vanne EGR cesserait "d’être opérante" à des températures en-dessous d'un seuil pouvant être rencontré en hiver ou supérieures à un seuil qui peut être dépassé en conditions normales. Du côté du piège à Nox, les équipes de l’Isat auraient constaté qu’il fonctionnait "avec une fréquence faible sur une large plage de vitesses pratiquées couramment", mais surtout, ne réaliserait aucune purge en dessous de 50km/h, donc, en ville, la où les niveaux de Nox représentent les pires dangers pour les habitants. Des informations que dément Renault. Toujours selon Le Monde, le constructeur assure qu’"aucun de ses services n’a enfreint les règles européennes ou nationales, relatives à l’homologation des véhicules" et maintient que ses véhicules "ne sont pas équipés de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution".

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Essence et SUV rendent le malus plus lucratif que jamais

Jamais le malus n’avait autant rapporté depuis sa création. Les effets croisés d’un dispositif plus sévère et de la montée en puissance des véhicules essence, dont les SUV, ont boosté les recettes.

Kroely transforme sa concession Mercedes de Mulhouse

L'opérateur alsacien est le deuxième en France, après Como, à inaugurer les nouveaux standards Mercedes-Benz, dans sa concession de Mulhouse. Au programme : parcours client repensé et processus d'achat

Le groupe Dugardin se renforce avec Ford dans le Pas-de-Calais

Le distributeur vient de notifier à l’Autorité de la concurrence son intention de racheter le groupe Delesalle, ajoutant à son réseau Ford cinq concessions et une agence, principalement situées

Marc Lechantre, PSA :

Fin annoncée des multiples labels VO dans les points de vente. Le groupe PSA va progressivement s'appuyer sur deux références, à travers l'Europe, dont le nouveau Spoticar. Décryptage de la stratégie

Jean Lain s’investit dans le développement de l’hydrogène

Le distributeur, représentant notamment Toyota et Hyundai, s’est engagé dans le projet Zero Emission Valley. Son but : créer un réseau de stations hydrogène dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

RRG lance une usine à préparer les VO dans le Nord

La préparation et le reconditionnement des VO font l'objet de toutes les attentions. Depuis quelques semaines, RRG a ouvert une Factory VO dans le département du Nord.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page