Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Climat : les dieux sont tombés sur la tête

Climat : les dieux sont tombés sur la tête

ZOOM DE L'OVE. Face à l'urgence climatique, les réponses des dirigeants mondiaux ne sont pas à la hauteur. Les moyens mis en œuvre sont encore trop légers et manquent de cohérence. Pire : les dépenses dans les énergies fossiles ne cessent de progresser.

 

Rien n’est jamais acquis. Le dernier rapport de l’Agence internationale de l’Energie (AIE) vient brutalement nous rappeler cette évidence. Que disent les chiffres de ces experts es-énergie ? Eh bien qu’après vingt ans de croissance continue, les dépenses en faveur des énergies renouvelables ont marqué le pas en 2018. Un comble à l’heure de la mobilisation tous azimuts contre le changement climatique ! La surprise est d’autant plus grande que, le jour même de cette annonce, un collectif de 145 experts venus de 50 pays alertait les pouvoirs publics sur l’avènement de la "6ème extinction de masse" qui menace la Terre, et le déclin de la biodiversité face… au changement climatique.

 

En 2002, Jacques Chirac avait donné l’alerte en annonçant à la tribune du Sommet de la Terre de Johannesburg : "notre maison brûle et nous regardons ailleurs". Tout aussi alarmiste le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol, affirme aujourd’hui : "le monde ne peut pas se permettre de presser la touche ‘pause’ concernant l’expansion des renouvelables et les gouvernements doivent agir rapidement". L’heure est donc plus que grave.

 

En matière de lutte contre le réchauffement climatique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les dieux sont-ils tombés sur la tête ? Tout donne en effet à penser que les dirigeants de la planète font "tout et son contraire". Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat, les énergies renouvelables doivent en effet croître en moyenne de 300 GW par an entre 2018 et 2030. Rien que sur 2018, elles n’ont atteint que 180 GW, soit moitié moins que l’objectif. Solaire, éolien, hydroélectrique, énergie marine, tous font les frais de ce coup de frein, alors qu’ils devraient au contraire être boostés.

 

Dans le même temps, et c’est une autre aberration puisqu’elles sont accusées de tous les maux en matière de pollution, les dépenses dans les énergies fossiles continuent de progresser : +4 % dans l’exploration d’hydrocarbures et +2 % pour le charbon, énergie pourtant la plus émettrice de gaz à effet de serre.

 

Au total, comme l’explique le responsable de l’AIE, "sur les quelque 1900 milliards de dollars investis dans l’énergie en 2018, un tiers seulement l’a été dans les solutions décarbonées, alors qu’il faudrait la proportion inverse, deux tiers dans le bas carbone et un tiers dans les énergies carbonées".

 

Une fois de plus, les responsables politiques sont face à leurs contradictions : au nom de l’urgence climatique, ils n’hésitent pas à bannir les voitures des villes, sans toujours proposer à leurs concitoyens les moyens de déplacements en commun ad hoc ; mais au nom de la rentabilité économique, ils poursuivent sans sourciller l’exploitation de sources énergétiques fossiles. Au risque de faire repartir à la hausse les émissions de CO2, liées à l’énergie ou à l’usage de l’automobile.

 

Toutes les trottinettes et autres vélos à assistance électrique du monde ne pourront rien face aux rejets polluants de centrales à charbon chinoises (même de dernière génération). Pour être crédibles et acceptées par les populations, les politiques publiques doivent être transparentes et surtout, pérennes dans le temps. C’est à ces conditions, par exemple, qu’une taxe carbone "nouvelle version" pourrait renaître de ses cendres en France.

 

Louvoyer pour éviter les écueils et composer avec les vents contraires ne doit pas faire oublier l’objectif à atteindre, le cap final.

 

L’Observatoire du Véhicule d’Entreprise

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Essence et SUV rendent le malus plus lucratif que jamais

Jamais le malus n’avait autant rapporté depuis sa création. Les effets croisés d’un dispositif plus sévère et de la montée en puissance des véhicules essence, dont les SUV, ont boosté les recettes.

Kroely transforme sa concession Mercedes de Mulhouse

L'opérateur alsacien est le deuxième en France, après Como, à inaugurer les nouveaux standards Mercedes-Benz, dans sa concession de Mulhouse. Au programme : parcours client repensé et processus d'achat

Le groupe Dugardin se renforce avec Ford dans le Pas-de-Calais

Le distributeur vient de notifier à l’Autorité de la concurrence son intention de racheter le groupe Delesalle, ajoutant à son réseau Ford cinq concessions et une agence, principalement situées

Marc Lechantre, PSA :

Fin annoncée des multiples labels VO dans les points de vente. Le groupe PSA va progressivement s'appuyer sur deux références, à travers l'Europe, dont le nouveau Spoticar. Décryptage de la stratégie

Jean Lain s’investit dans le développement de l’hydrogène

Le distributeur, représentant notamment Toyota et Hyundai, s’est engagé dans le projet Zero Emission Valley. Son but : créer un réseau de stations hydrogène dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

RRG lance une usine à préparer les VO dans le Nord

La préparation et le reconditionnement des VO font l'objet de toutes les attentions. Depuis quelques semaines, RRG a ouvert une Factory VO dans le département du Nord.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page