Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Electrique : les pays les plus incitatifs en Europe

En Europe, seuls 12 pays mettent en place des mesures incitatives.

Electrique : les pays les plus incitatifs en Europe

Si la Commission européenne promeut une mobilité propre, tous les Etats membres n’encouragent pas forcément l’achat de véhicules électrifiés. Les politiques d'incitation varient considérablement d'un pays à un autre.

 

Le parc roulant électrique ne cesse de croître en Europe depuis plusieurs années mais chacun des 28 états de l’Union Européenne ne contribue pas à la même hauteur à son essor. Ainsi plus de 301 000 automobiles électrifiées (électriques et hybrides rechargeables) ont été immatriculées en 2018 sur le territoire continental, soit plus de 38 % de plus par rapport à l’année précédente.

 

Mais quels sont les pays qui encouragent à l’achat de véhicules électrifiés par le biais de mesures incitatives ? L’ACEA, fait justement un tour d’horizon de la contribution des états membres. Premier enseignement, la mise en place de mesures n’est pas du tout corrélée au PIB/habitant. Ainsi le Luxembourg, qui détient le plus haut indice de l’U.E, ainsi que le Danemark, ne disposent, à ce jour, pas de mesures incitatives. Même constat pour la Croatie, l’Estonie, la Lettonie, la Grèce, la Bulgarie et la Lituanie, dont les parts de marché de VE sont très faibles (moins de 1 %) et le PIB est en deçà de 20 000 euros par habitant : les états n’offrent pas d’exemption ni à l’achat ou ni même à la circulation.

 

12 états-membres incitatifs

 

La Pologne, dont la part de marché de VE à est 0,2 % selon l’ACEA, n’offre pas non plus de bonus ou primes aux acheteurs de motorisations alternatives. Pourtant l’Etat polonais promeut l’électrique, puisqu’il a notamment accordé une aide de 36 millions d’euros à l’entreprise LG Chem - validée en début d’année par la Commission Européenne- pour la création sur son territoire d’une usine de batteries pour véhicules électriques.

 

Dans les faits, seuls 12 états-membres motivent leurs résidants par le biais de bonus ou de primes. Parmi ceux-là, la France, qui vient de revoir les conditions de la prime à la conversion et dont la dernière mouture permet d’obtenir une prime pouvant atteindre 5 000 euros pour l’achat d’un véhicule électriques ou hybride rechargeable. L’Hexagone offre en outre un bonus  de 6000 euros maximum pour les véhicules émettant moins de 20 g/km de C02. Le gouvernement finlandais, quant à lui, accorde une prime de 2 000 euros pour l’acquisition d’un VE dont le prix ne dépasse pas 50 000 euros. Son voisin scandinave, offre également une prime à l’achat allant jusqu’à l’équivalent de 5 700 euros pour un VE et 950 euros pour un hybride rechargeable émettant moins de 60 g de CO2 /km.

 

Prime, bonus, malus et exemption fisacle

 

L’Allemagne, dont la part de marché des électrifiés est de 2 %, offre un bonus environnemental de 4000 euros pour les VE et de 3 000 euros pour les véhicules électriques hybrides rechargeables. A contrario de son voisin ibérique (pas de mesures incitatives au Portugal), l’Espagne a établi un programme qui offre une prime pouvant atteindre 5 500 euros pour les VE particuliers et 6 000 euros pour les utilitaires. Du côté de la Belgique, on encourage notamment fiscalement les entreprises à s’équiper en électrifiés.

 

La Roumanie, dont le parc électrique est restreint à 0,5 % des immatriculations, et l’Autriche offrent respectivement une prime d’achat de 10 000 et 3000 euros pour un VE et 4 500 et 1 500 euros pour les nouveaux véhicules électriques hybrides. Les irlandais bénéficient également une aide pouvant atteindre 5 000 euros.

 

Quant à la Slovénie, elle incite à hauteur de 7 500 euros pour l’acquisition de VE et 4 500 euros pour un VUL électrique ou hybride rechargeable. En Italie, un dispositif de bonus-malus est mis en place avec une prime maximale de 6 000 euros pour les véhicules émettant moins 20 g de CO2 / km et malus de 2 500 euros pour ceux rejetant plus de 250 g. Enfin en Grande Bretagne, les subventions gouvernementales sont attribuées par l’intermédiaire des concessionnaires : jusqu’à 3 500 euros pour un VE et 8 000 euros pour un utilitaire électrique.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Faurie rachète les affaires VW, Seat et Audi du groupe Dargelos

Le groupe de distribution corrézien vient d’annoncer la reprise d’une partie des affaires du groupe Dargelos dans les Landes et le Lot-et-Garonne.

Le groupe LS ouvrira son showroom McLaren en octobre

C’est confirmé : le groupe Lamirault Schumacher ouvrira les portes du showroom McLaren en octobre 2019. En attendant, l’atelier recevra ses premiers clients dès le 1er août.

PSA : moins de business, plus de profits

Malgré une baisse de ses ventes et de son chiffre d’affaires au premier semestre 2019, le groupe PSA est parvenu à améliorer sa marge opérationnelle et son résultat net.

Les services connectés, nouvel eldorado des distributeurs Mercedes ?

Mercedes-Benz dévoile ses ambitions autour des services connectés. Une potentielle manne financière pour le constructeur…et pour les distributeurs ?

La filière automobile abasourdie par la nouvelle prime à la conversion

Mesure brutale, absence de concertation et manque de vision globale : industriels et distributeurs dénoncent un texte illisible qui rend impossible les projections sur le devenir de la prime à la conversion.

Les véhicules diesel d'occasion exclus de la nouvelle prime à la conversion

La prime à la conversion, en vigueur au 1er août 2019, se recentre sur les VE et les foyers modestes. Seuls les modèles neufs et VO émettant moins de 117 g de CO2 pourront bénéficier d'une aide tout

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page