Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Plastic Omnium chahuté pour un démarrage difficile

Avec une croissance du CA de 2,7 % après neuf mois d'activités, à périmètre constant, Plastic Omnium fait mieux que le marché mondial qui est en baisse de 6 %.

Plastic Omnium chahuté pour un démarrage difficile

L'équipementier français, qui connait des difficultés opérationnelles dans une nouvelle usine aux Etats-Unis, vient de réviser à la baisse son objectif de marge opérationnelle. Le marché, souvent centré sur le court terme, n'a pas apprécié.

 

Après un premier semestre 2019 solide, Plastic Omnium affiche après neuf mois d'activités un chiffre d'affaires en hausse de 17 % à 6,85 milliards d'euros. A périmètre constant, la croissance reste de mise avec 2,7 % de gagnés, soit une surperformance de 8,7 points sur un marché mondial en baisse de 6 %, selon Plastic Omnium.

 

L'équipementier français, qui vient d'ailleurs de revoir sa gouvernance, a également confirmé, pour l'ensemble de l'exercice 2019, "une surperformance d'au moins 5 points" des ventes par rapport à une production automobile mondiale attendue en baisse d'environ 5 % et un résultat opérationnel "supérieur" à celui de l'année précédente.

 

Mais le marché ne l'entend pas de cette oreille. En effet, l'action de Plastic Omnium à la Bourse de Paris chutait de 8,73 %, à 20,91 euros, le 9 octobre au matin car l'équipementier a révisé à la baisse son objectif annuel de marge opérationnelle pour un problème conjoncturel.

 

En effet, Plastic Omnium a expliqué dans un communiqué que "malgré une forte activité et un carnet de commande soutenu, des difficultés opérationnelles dans le démarrage de la nouvelle usine de Greer" ont amené le groupe "à revoir ses prévisions financières pour l'année 2019." "Les coûts de démarrage de l'usine de Greer pèseront à court terme sur la marge", ont souligné dans une note les analystes d'Invest Securities.

 

Les difficultés rencontrées dans cette usine américaine sont liées à sa "taille", à la "complexité des process" et à "l'accélération des volumes depuis l'été 2019", détaille le communiqué. Mais gageons que les process et la montée en cadence ne seront plus un problème dans quelques mois. Les marchés salueront-ils la performance retrouvée ? Pas sûr.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Trou d'air pour la production automobile française en 2020

Après une baisse de la production automobile estimée à 4 % en Europe durant l'année 2019, l'Institut IHS Markit, anticipe une nouvelle contraction de 0,5 % en 2020. Dans l'Hexagone, la production pourrait

Renault Captur 2 : revu sous toutes les coutures

Renault donne un coup de jeune à son deuxième best-seller, le Captur. Outre une évolution esthétique salutaire, cette deuxième génération se caractérise surtout par un saut technologique et par un vrai

Stéphane Le Guevel, Opel :

L'arrivée de la nouvelle Corsa va entraîner une refonte de la stratégie commerciale d'Opel. Réduction de moitié des ventes tactiques, arrêt des ventes à risques aux loueurs et intégration d'une

Renault : Thierry Bolloré écarté et remplacé par Clotilde Delbos

Le conseil d'administration de Renault a donc choisi de mettre un terme, avec effet immédiat, aux mandats de Thierry Bolloré. Clotilde Delbos va assurer l'intérim à la direction générale, avec l'appui

Première visite guidée d'Autosphere à Nantes

REPORTAGE - Ouvert en juin dernier, le tout premier point de vente d'Autosphere révolutionne la vente physique de véhicules d'occasion. Un concept que le Journal de l'Automobile a parcouru dans la peau

Pierre Boutin :

Quelques semaines après la présentation de l'ID.3 et de la nouvelle image de marque du constructeur, Pierre Boutin, directeur de Volkswagen en France, explique les axes de travail pour réorganiser le commerce.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page