Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Roadster Smart : Le dernier tour de piste

Roadster Smart : Le dernier tour de piste

Les Roadster Smart ne sont plus. Commercialisés en 2003, ils ne sont plus produits depuis novembre dernier. Toutefois, grâce aux stocks, le Roadster et le Roadster-coupé restent au catalogue en 2006. Un dernier tour de piste. "Nous passons désormais du statut de...
...constructeur monoproduit à celui de constructeur multiproduit." Cette phrase d'Andreas Renschler, à l'époque senior vice président Mercedes-Benz VP et smart, date de septembre 2002 (JA N°804). Quatre années plus tard, retour à la case départ ! Alors que la Fortwo, deuxième génération, est dans les starting-blocks, les Roadster, Roadster-coupé et même la Forfour ne seront bientôt plus d'actualité. Smart est en passe de redevenir un constructeur monoproduit. L'usine de Hambach, en Moselle, a stoppé la production du Roadster depuis la mi-novembre 2005. Quant à la Forfour, jusqu'ici produite dans l'usine Mitsubishi (Netcar) à Born aux Pays-Bas, l'arrêt sera une réalité dans les deux mois à venir. En attendant, retour sur les roadsters. Bien que la production ait été arrêtée en novembre dernier, le Roadster et le Roadster-coupé sont encore au catalogue pour l'année 2006. En effet, le constructeur a volontairement gonflé les derniers mois de production afin d'alimenter les différents réseaux européens pendant une année. La véritable fin est donc pour 2006. En France, par exemple, Smart devrait encore en écouler 400 exemplaires. Et assez paradoxalement sans mal, confie un représentant de la marque. Pour nous, cette mort annoncée, ou presque (voir focus), a été l'occasion de reprendre le volant de

LES ROADSTER SMART EN BREF

  • Date de lancement :
    11 avril 2003
  • Total des ventes :
    43 000 unités produites entre janvier 2003 et novembre 2005.
    A fin avril, 3 080 immatriculations en France depuis 2003.
  • Objectifs :
    400 unités en 2006.
  • Les prix :
    14 490 € Roadster MTV* 61 ch;
    15 490 € Roadster 61 ch;
    19 200 € Roadster 82 ch;
    20 850 € Roadster Coupé 82 ch;
    25 750 € Roadster Brabus 101 ch;
    27 400 € Roadster Coupé Brabus 101 ch

    *80 exemplaires

  • ces roadsters pour un dernier tour de piste. Notre piste ? Le Sud-Est de la France, de Valence à Monaco en faisant une étape à Digne-les-Bains. Une dernière séance sur les routes du Monte-Carlo notamment avec ces automobiles atypiques.

    Les virages et courbes s'enchaînent à une allure que l'on n'aurait pas imaginée

    Après avoir quitté la gare TGV de Valence, direction Saint-Jean-en-Royans en guise d'échauffement. Surprenant. Voici le premier qualificatif qui vient à l'esprit après quelques kilomètres à bord d'un coupé Brabus. Le petit trois cylindres turbo de 101 chevaux est plein d'énergie. Dommage que la boîte ne soit pas à la hauteur. Toutefois, après un petit temps d'adaptation, cet inconvénient s'estompe. Campé sur des jantes de 17 pouces, en 205/40 à l'avant et en 235/35 à l'arrière, le coupé Brabus est rivé parterre mais également très raide. Sur les routes étroites et bosselées de la Drôme, notre coupé a tendance à sautiller. Une fois le mode d'emploi intégré, le plaisir est encore plus grand. A notre arrivée à Saint-Nazaire du Désert, la joie se lit sur les visages. Après une photo souvenir, direction les Hautes-Alpes. Notre entrée dans ce département se fait par le Col des Tourettes. Le revêtement y est aujourd'hui quasi parfait, les virages et courbes s'enchaînent à une allure que l'on n'aurait pas imaginée en voyant notre petit coupé sur le parking de la gare de Valence. Un effet de vitesse encore accentué par la position de conduire au ras du sol, façon karting. Une sensation que l'on retrouve bien évidemment sur la version "classique" du Roadster avec la mécanique de 82 chevaux. Et malgré sa puissance inférieure au Brabus (101 ch), il est presque plus agréable à conduire. En effet, une monte pneumatique différente (15 ou 16 pouces) et des suspensions un peu plus souples génèrent moins de réactions. Une fois sur la nationale nous menant à Serres, le rythme est moins élevé et nous nous dirigeons vers Digne-les-Bains, notre ville étape. Comme au temps du Monte-Carlo dans sa version intégrale.

    Les Alpes-Maritimes pour clôturer la tournée d'adieu du roadster

    Après la Drôme et les Hautes-Alpes, Smart France a choisi les routes des Alpes de Haute-Provence et des Alpes-Maritimes pour clôturer la tournée d'adieu du Roadster. Et quelle clôture ! Au départ de Digne, direction Barrême puis Saint-André les Alpes. Une mise en bouche avant la montée vers

    FOCUS

    Une nouvelle vie pour le Roadster ?

    Depuis le 17 février dernier, les Roadster Smart ont peut-être un nouvel avenir. En effet, DaimlerChrysler a avoué discuter avec un consortium britannique "Projet Kimber" qui souhaiterait éventuellement reprendre la production et la vente de ces produits sous une marque différente. Les discussions sont toujours en cours et englobent également les outils de production.
    Valberg par les gorges de Daluis. Comme à la parade, le Roadster est à son aise dans un paysage absolument magnifique. Au milieu de roches pourpres, durant quelques minutes la cadence ralentit pour profiter de cette vue d'autant que le soleil est de la partie. Et même ainsi, le Roadster procure du plaisir. Pas besoin de tirer les rapports jusqu'à 7 000 tr/mn comme sur certaines sportives et d'être à des vitesses prohibées pour se faire plaisir. Après un petit break à la station de Valberg et le col de la Couillole pour se remettre dans le bain, place au Turini. Parti de la Bollène-Vésubie, le mythique Turini ne fait pas peur à notre petit Roadster. Ni à ses freins d'ailleurs qui souffriront, mais sans jamais abandonner, dans la descente jusqu'au Moulinet. Une fois passé Sospel, le Roadster change de visage et redevient sage jusqu'à Monaco, la fin de notre parcours. Dernier clin d'œil, un petit tour de circuit avant que les F1 en prennent possession.
    Les Roadster et Roadster-coupé vivent leurs dernières heures et comme bien souvent dans pareil cas, l'intérêt qu'ils suscitent va grandissant. Les derniers disponibles devraient trouver preneur assez facilement. Deviendront-ils des véhicules de collection ? Sûrement. En tout cas, une automobile à conserver même si sa valeur n'atteint jamais des sommets.

    Christophe Jaussaud

    Crédit photos : D.Fontenat

     

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Ventes/France : la

    Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page