Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
350 000 primes à la conversion accordées en 2019

L'année 2019 a été marquée par un nombre record de dossier de primes à la conversion, largement utilisée par l'achat de modèles électrifiés et de modèles Crit'Air 1.

350 000 primes à la conversion accordées en 2019

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a tiré le bilan de la prime à la conversion en 2019. Résultat : un nombre record de dossiers, malgré le resserrement des conditions d'attribution, et une écrasante majorité de véhicules électrifiés et Crit’Air 1 achetés.

 

L’année 2019 est venue confirmer le franc succès de la prime à la conversion, qui, dès son lancement en 2015, a su trouver son public. Ainsi, si l’objectif initial était d’accorder 500 000 primes sur toute la mandature, le gouvernement avait finalement annoncé en 2019, à l’occasion de la restitution du Grand débat national, l’objectif d’un million de primes sur le quinquennat. Sur la seule année 2018, plus de 250 000 primes ont été accordées. Et en 2019, un nouveau record a été battu avec 350 296 primes octroyées, soit 100 000 dossiers supplémentaires par rapport à 2018, selon les chiffres transmis par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

 

Les professionnels ont de nouveau joué un rôle prépondérant, avec 222 937 primes gérées par ce canal, soit plus de 60 % du total. Une proportion stable par rapport à 2018. Et pour cause, non seulement les distributeurs avancent l'aide aux clients, mais permettent aussi un taux d’éligibilité nettement supérieur par rapport à un dossier instruit par un particulier lui-même. Par ailleurs, 67 % des modèles acquis depuis cette date étaient des véhicules d’occasion, un chiffre en hausse de 6 points par rapport à 2018.

 

95 % de modèles électrifiés ou Crit'Air 1

 

Autre donnée à souligner, près de 95 % des véhicules achetés à partir du 1er août 2019, date à laquelle les modalités de la prime à la conversion ont été remaniées, étaient électriques, hybrides rechargeables ou classés Crit’Air 1. Et ce, contre seulement 5 % en 2018. Ces chiffres laissent en tout cas songeur le CNPA, qui s’interroge sur le brusque renversement de tendance, alors qu’en 2018, cette prime à la conversion avait financé 95 % de thermiques.

 

« Cela pourrait signifier que le dispositif a été détourné, pour des raisons principalement budgétaires, de son objet initial, qui est celui d’être un dispositif avant tout à visée sociale, pour les ménages ayant des revenus modestes, et répondre à leurs besoins de mobilité. Ce dispositif n’a-t-il pas été détourné pour devenir une aide aux ménages urbains les plus aisés ? », s’interroge l’organisme qui a donc sollicité des précisions supplémentaires. Parmi elles, le nombre de primes accordées avant la réforme du 1er août et après la parution du décret, le profil des acquéreurs, le pourcentage d’acquéreurs imposables et non imposables, les types de ménages qui ont acheté des véhicules d’occasion électriques / hybrides, et leur lieu d’habitation.

 

Inquiétude soulevée avec le cycle WLTP

 

Autre sujet d’inquiétude soulevé par le CNPA : l’entrée en vigueur du cycle WLTP pour les émissions de CO2, confirmée au 1er mars et surtout son impact sur le dispositif de la prime à la conversion. Le seuil de déclenchement de cette aide, aujourd’hui fixé à 116 g/km de CO2, n'est en effet toujours pas connu en l’absence de publication d’un décret. Le CNPA appelle donc le gouvernement à « maintenir un montant d’aide significatif et stable dans le temps » mais aussi à engager une « réflexion plus globale sur les dispositifs de soutien au renouvèlement du parc automobile, qui pourraient être également étendus au soutien à la réparation automobile. »

 

Ces demandes coïncident en tout cas avec le moment où le ministère de l’Action et des Comptes publics a chiffré le coût de la prime à la conversion pour l’Etat a près d’un milliard d’euros. En 2019, 820 millions d’euros ont été versés contre 596 millions prévus dans la loi de finances initiale. L’engouement pour ce dispositif crée un trou important dans le budget, malgré une rallonge de 70 millions débloquée en novembre 2019. Le constat est d’ailleurs identique pour le bonus puisque 62 millions d’euros supplémentaires ont été dépensés par rapport au budget initial de 264 millions d’euros.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
RRG lance un vaste plan de cession de 10 sites en France

Le constructeur entame la réorganisation de sa filiale de distribution. Dix sites de distribution sont en passe d'être cédés à des groupes privés tandis que l'immobilier du siège parisien sera vendu.

PSA engrange un bénéfice record en 2019

Le groupe automobile français enregistre un bénéfice de 3,2 milliards d’euros en 2019, en hausse de 13,2 %. La marge opérationnelle atteint 8,5 % aussi bien au niveau du groupe que de la division

Le Peugeot 3008 reste le véhicule le plus produit en France

Pour la deuxième année consécutive, le SUV Peugeot est le véhicule le plus produit dans l'Hexagone. Avec 245 932 exemplaires, il devance la Toyota Yaris et le Peugeot 2008.

Les comptes de Renault dans le rouge en 2019

Le groupe français a annoncé une perte de 141 millions d'euros au titre de l'année 2019. Pour la première fois depuis la crise de 2009, le constructeur perd de l'argent et doit mettre en place un vaste

Gilles Le Borgne, élu Homme de l'année automobile

Directeur de l'ingénierie du groupe Renault et membre du comité exécutif, Gilles Le Borgne a remporté l'élection de l'Homme de l'année, organisée par le Journal de l'Automobile. Les membres du jury

Les usines automobiles bientôt en panne de pièces venant de Chine ?

L'épidémie de Coronavirus se fait également sentir dans les usines hors de Chine. Après que Hyundai, Toyota, Volkswagen et FCA ont suspendu la production de certains sites, les équipementiers de la Fiev

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page