Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
CarLab dévoile son triptyque 2020

La cabine photo de CarLab abandonne le plateau tournant pour une technologie moins coûteuse et moins contraignante.

CarLab dévoile son triptyque 2020

La solution de prise de photographies de VO revient avec une nouvelle cabine et deux services associés. Une refonte et un enrichissement de ses solutions qui lui ouvrent les portes des marchés européens.

 

CarLab change de braquet. Seestems, la société française qui produit ces studios photos pour véhicules d'occasion, a dévoilé un nouveau triptyque de solutions à proposer aux professionnels automobiles, dont les concessionnaires, les loueurs, les enchéristes, les constructeurs et les logisticiens. Un bouleversement de catalogue qui concerne en premier lieu la cabine photo que l'entreprise commercialise depuis une décennie.

 

Exit le plateau tournant avec un appareil photo fixe, CarLab opte pour une structure de 8x8 mètres intégrant 12 boitiers qui, conjugués, donnent une vue à 360° du véhicule. Un choix technique qui présente un double intérêt. D'une part, cela élimine les impératifs d'entretien et de réparation du plateau tournant. D'autre part, il abaisse le coût de près d'un tiers. Le prix HT de la cabine posée et calibrée passe de 68 000 à 46 500 euros HT. Un détail auquel feront attention les cibles de Nicolas Quint, le pdg de Seestems.

 

Deux nouveaux arguments à faire valoir sur la scène française et internationale. En effet, outre le prix d'acquisition qui rend les studios éligibles à davantage de professionnels, le fait de rendre la mécanique plus fiable et moins contraignante en SAV permet à Seestems d'adresser les autres marchés européens. "Toutes les cabines sont livrées avec un boitier de rechange. Il est facile de le remplacer et sous deux heures, nos équipes techniques le calibrent à distance", explique Nicolas Quint.

 

Une application et l'analyse de dégât

 

Le trio se complète de deux solutions logicielles, l'application MyCarLab et un scanner de dégât. La première se veut une solution clé en main pour réaliser des photographies grâce à un terminal mobile (smartphone ou tablette, iOS ou Android). MyCarLab s'adapte avant tout aux petites structures et aux concessions trop éloignées d'un centre de remarketing VO. Disponible depuis janvier dernier, cette application facturera 5 euros par véhicule après un mois d'essai gratuit et sous réserve de négociation.

 

Seestems, qui compte une centaine d'installations chez ses clients parmi lesquels le réseau en propre de Mercedes, VGRF, Jean Lain, Starterre, Distinxion ou encore Toulouse Enchères, Imexso et le Groupe Charles André (logisticien), va se lancer sur le segment de l'analyse des dégâts. Concrètement, elle prend la forme d'une brique logicielle capable de détecter et de lister les dommages extérieurs et intérieurs. "Nous la lancerons en avril, nous fixerons prochainement le tarif", ajoute le pdg de l'entreprise fondée en 2010. Estimant que ce service a son importance mais peu de chance d'atteindre une taille de marché globale, il anticipe une demande pour des dispositions légères, plus que les portiques comme ceux proposés par ProovStation ou Tchek.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Pas de Mondial de l'Auto à la porte de Versailles en 2020

Le Mondial de l'Auto, prévu du 29 septembre au 11 octobre 2020 à la porte de Versailles à Paris, n'aura pas lieu. Seuls les événements Movin'On, Smart City et les manifestations dans Paris sont, pour

Chômage partiel : comment ça marche ?

Quelles sont les conditions de mise en oeuvre du dispositif de chômage partiel ? Quels sont les motifs acceptés et qui peut en bénéficier ? Le CNPA a analysé l'ensemble des ordonnances parues au Journal

25 ordonnances pour la sauvegarde de l'activité économique

Le gouvernement a annoncé les 25 mesures qui viennent compléter l'état d'urgence sanitaire. Report de charges, étalement des dépenses, fonds de solidarité... Voici le détail des solutions économiques

Automobile : dans l'attente du décret sur le chômage partiel

Les réparateurs qui ne peuvent ouvrir faute de clients ou de protections suffisantes pourront-ils prétendre au chômage partiel ? L'inquiétude grandit dans les réseaux en attendant le décret d'application.

Deux tiers des entreprises de l'artisanat auto ont fermé leurs portes

D'après la FNA, 67 % des entreprises ont été contraintes de stopper leur activité et les trois quarts de leurs salariés ont été placés en chômage partiel. Le CNPA déplore quant à lui le manque

Le marché pourrait perdre trois quarts de son volume en mars 2020

Avec 59 493 immatriculations enregistrées au 17 mars 2020, celles-ci pourraient chuter de plus de 70 % sur le mois complet. En mars 2019, 225 818 cartes grises avaient été enregistrées.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page