Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Scania va supprimer 5 000 postes

Scania va supprimer 5 000 postes dans le monde.

Scania va supprimer 5 000 postes

Le constructeur de poids lourds, propriété du groupe Volkswagen, annonce la suppression à venir de 5 000 emplois dans le monde, soit près de 10 % de ses effectifs.

 

Scania va réduire la voilure. Le constructeur suédois de poids lourds, contrôlé par le groupe allemand Volkswagen, a confirmé ce vendredi 30 juillet un plan de 5 000 suppressions d'emplois, soit près de 10 % de ses effectifs au niveau mondial. Frappé de plein fouet par la crise du coronavirus, il a vu ses ventes s’effondrer de 41 % au premier semestre 2020, à seulement 31 000 unités.

 

L’impact sur les résultats financiers a été puissant, le chiffre d’affaires sur la période tombant à 5,3 milliards d’euros, contre 7,1 milliards un an auparavant. Quant au bénéfice d’exploitation, il est passé de 828 millions d’euros fin juin 2019 à 221 millions au terme du premier semestre 2020. Un indicateur qui a même viré au rouge au deuxième trimestre, à -18,6 millions d’euros.

 

Henrik Henriksson, le PDG du groupe, évoque dans un communiqué un niveau de demande à venir qui reste "incertain", une timide reprise en Asie et dans certains pays européens ou encore un marché mondial des bus et autocars gravement touché. Il faudra selon lui "beaucoup de temps avant que la demande revienne au niveau d'avant la crise", ce qui impose "un travail intensif" pour adapter "la structure de coûts de Scania à plus long terme".

 

La conséquence est donc un plan de réduction massif des effectifs comme cela avait été évoqué pour la première fois début juin. "Nous faisons désormais face à la mesure difficile de devoir réduire les effectifs de l'entreprise de 5 000 employés au niveau mondial", déclare le PDG. Il n'a pas précisé où pourraient avoir lieu ces suppressions d'emplois. Outre la Suède, le constructeur a notamment des usines au Brésil, en France, aux Pays-Bas ou encore en Thaïlande.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles

Le choc est total pour le réseau français Mitsubishi. Après une période d'euphorie durant laquelle le constructeur multipliait les nominations, vient le temps de la désolation. Le japonais a annoncé

Mitsubishi gèle le lancement de ses modèles pour le marché européen

Coup dur pour les distributeurs européens Mitsubishi. Le conseil d’administration du constructeur japonais a pris une série de décisions dans le cadre de son plan de rationalisation. Le fil rouge

La newsletter du Journal de l'Automobile revient le 24 août 2020

Toute l’équipe du groupe Le Journal de l’Automobile vous souhaite de passer un bel été et vous donne rendez-vous dès le lundi 24 août 2020.

Renault a perdu un tiers de ses ventes mondiales au premier semestre 2020

La pandémie de Covid-19, et ses conséquences sur l’industrie et le commerce, ont fait perdre au groupe Renault plus d’un tiers de son volume de ventes mondial sur les six premiers mois de l’année

Jean-Philippe Imparato :

Alors que Peugeot a vu ses ventes reculer de 42 % dans le monde sur le premier semestre 2020, son directeur avance une hausse de 42 % des commandes sur le seul mois de juin, dont 17 % concernent les modèles

Central Autos reprend la marque Seat du groupe Magris à Vienne

Seat sera désormais distribuée par Central Autos, qui a repris le fonds de commerce au groupe Magris. La société, dirigée par Jean-Patrick Coquillat, implante la marque dans le pôle automobile au sud de Vienne,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page