Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Autobiz muscle sa solution d'estimation VO avec la technologie de Monk

Potentiellement, Autobiz estime que 4 500 points de vente pourraient profiter de Monk dans quelques semaines.

Autobiz muscle sa solution d'estimation VO avec la technologie de Monk

A la faveur d'un partenariat noué avec Monk, les outils d'Autobiz vont s'enrichir d'une nouvelle intelligence artificielle de reconnaissance des dégâts. Le spécialiste de la cotation de véhicules pourra ainsi fiabiliser les estimations des frais de remise en état.

 

Autobiz et Monk ont annoncé, le 11 janvier 2021, s'être rapprochés en vue d'intégrer les technologies de la start-up française dans les outils d'estimation de reprise du spécialiste de la cotation. Un accord qui fait du duo l'un des tout premiers en Europe à associer une base de données automobiles avec une solution de reconnaissance des dégâts, dans le cadre de l'activité VO.

 

L'ambition étant en effet pour Autobiz de profiter de l'avancée de Monk en matière de détection des impacts pour maîtriser davantage les frais de remises en état des VO, générer une description détaillée pour revendre les véhicules repris plus rapidement, et enfin, calculer les prix de reprise et de revente avec le plus de sécurité et de précision possible pour optimiser ses marges.

 

"Nous utilisons déjà l’intelligence artificielle pour le calcul automatisé des prix de reprise, avec beaucoup de succès. Plus de 90% de nos décisions d’achat en point de vente sont calculés par nos algorithmes, rappelle Emmanuel Labi, le directeur général d’Autobiz. L’ajout de l’intelligence artificielle de Monk dans nos process va permettre de réduire encore le temps nécessaire à une inspection et homogénéiser les relevés de frais entre les commerciaux". Le choix d'un tel accord a été dicté par la volonté de fluidifier le parcours de traitement des VO à l'entame d'une année 2021 qui pourrait s'avérer sous tension.

 

A travers ce programme de coopération, Autobiz fournit à Monk des dizaines de milliers de jeux de données, issus de ses outils, ainsi qu’une plateforme de tests de plus de 100 acheteurs professionnels. A partir du premier trimestre 2021, ce seront plus de 4 500 points de vente et exploités par 8 constructeurs déjà clients des solutions de reprise d’Autobiz qui pourront bénéficier de cette innovation au travers d'un smartphone ou d'une tablette tactile. "Avec ce partenariat nous démontrons ensemble que le processus de rachat d'un véhicule d'occasion peut se faire en grande partie à distance grâce nos algorithmes, et ce à grande échelle. Ce projet commun permettra ainsi à de nombreux acteurs du remarketing d’accéder aux outils que nous avons développé pour leur filière depuis déjà depuis plusieurs mois", s'est félicité Aboubakr Laraki, cofondateur et PDG de Monk.

 

Sorti de terre en 2019, Monk est parvenu à lever 2,1 millions d'euros en juin dernier. Une opération financière qui permettait alors à l'entreprise de s'inscrire dans une stratégie de renforcement de la R&D, grâce notamment en développant les ressources humaines. La solution avait été validée par direction de Getaround (ex-Drivy), le spécialiste de la location courte durée. 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Qui sont les nouveaux cadres du groupe Stellantis ?

Jean-Philippe Imparato chez Alfa Romeo, Linda Jackson chez Peugeot, Thierry Koskas à la vente et au marketing du groupe… Retrouvez l'organigramme complet de Stellantis par marque, région et fonction

Luca de Meo promet la révolution chez Renault

Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

Laurent Thézée, Mazda France :

Trois mois après sa nomination à la présidence de Mazda France, Laurent Thézée présente la feuille de route de la marque en France, dont la trajectoire vers le segment du premium se construit en partenariat

Guillaume Couzy, Peugeot :

Au coude à coude avec Renault sur les ventes aux particuliers, Peugeot réalise une belle année 2020 dans un contexte de marché inédit. La marque débute l'année 2021 avec un portefeuille de commandes

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page