Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Fiat Bravo : La confirmation

Fiat Bravo : La confirmation

Certes la Grande Punto est un succès, mais pour oublier définitivement ses difficultés, Fiat se devait de confirmer. C'est chose faite avec la Bravo, le nouvel étendard de l'Italie automobile. En attendant la 500… Fiat va mieux. Pour la première fois depuis 2000, le constructeur...

...a affiché un résultat positif en 2006 à 291 millions d'euros. Après le succès de la Grande Punto, le constructeur turinois doit confirmer avec sa nouvelle arme : la Bravo. Les premières photos du modèle, en novembre dernier (JA N° 980), ont suscité la curiosité. Une curiosité satisfaite depuis quelques jours suite au lancement, en grande pompe, de la nouvelle berline dans la capitale italienne. "Nous voulons prendre une revanche sur le segment C", a lancé Sergio Marchionne, et sur le marché automobile en général : "L'année 2007 est le point de départ d'une nouvelle phase de croissance devant conduire le groupe Fiat à 2,8 millions de ventes en 2010 contre 2,1 attendues en 2007". Si l'on ajoute les productions réalisées avec ses différents partenaires, cet objectif 2010 passe alors à 3,5 millions alors qu'il devrait culminer à 2,4 millions en 2007. Pour cela pas moins de 47 modèles (renouvellement et nouveautés) arborant les logos de Fiat, Lancia, Alfa Romeo ou Iveco devraient prendre la route d'ici cette date. Le programme est donc chargé. Mais revenons à la Bravo. "Elle est le symbole de ce que Fiat est capable de faire", affirme Sergio Marchionne. Un symbole qui en appelle au design bien évidemment, mais aussi et surtout à la nouvelle organisation du groupe ayant notamment permis de réduire les délais de développement à 18 mois pour la Bravo. Un gain de près de 30 % à mettre en partie à l'actif du développement virtuel comme dans l'aérospatiale. Les supercalculateurs ont tourné à plein régime avec plus de 15 000 heures de calculs pour notamment réaliser 150 crash-tests virtuels. Une méthode qui a permis de limiter les coûts à 350 millions d'euros. Le système de

LA BRAVO EN BREF

  • Date de lancement :
    17 mars
  • Segment de marché :
    Segment C. berlines compactes : 323 660 unités en 2006 (- 9 %).
  • Objectifs 2007 :
    7 000 unités en 2007.
    10 000 unités en 2008.
  • Principales concurrentes 5 p :
    - Auris 1.4 90 D-4D Terra :
    18 550 €
    - Ceed 1.6 CRDi 90 Active :
    18 950 €
    - Astra 1,3 CDTi 90 Enjoy :
    18 900 €
    - Megane 1.5 dCi 85 :
    18 300 €
    - 307 1.6 HDi 90 Confort :
    19 100 €
  • Prix * :
    - de 17 000 € 1,4 90 ch Dynamic
    - de 19 000 € 1.9 M-Jet Dynamic
    * Estimations
  • production a également évolué en s'inspirant du Kaizen de Toyota d'amélioration permanente. Un process intégré à l'usine de Piedimonte S. Germano qui produira, en plus de la Croma et de la Stilo SW, 120 000 Bravo par an. Un volume qui peut paraître relativement faible par rapport à la concurrence, mais Fiat veut préserver les marges et vise principalement les ventes à particuliers comme nous l'indique Sébastien Perrais, directeur marketing Fiat France, dans l'entretien ci-contre.

    La Stilo ? Connaît pas !

    L'équipe de Fiat semble avoir été frappée d'amnésie partielle, ne prononçant jamais le nom de Stilo, lui préférant "le modèle Fiat précédent du segment C". Il n'empêche que cette berline "précédente" n'a pas totalement disparue avec la Bravo. Mais heureusement cela ne se voit pas car son legs concerne principalement des éléments de la plate-forme. Les trains roulants ainsi que les suspensions ont, eux, évolué pour ce nouvel opus. Au jeu des sept différences, on retrouve notamment des voies avant et arrière plus large de 20 mm et des suspensions à la géométrie totalement redessinés faisant appel, entre autres, à des barres stabilisatrices avant et arrière plus rigides (+ 40 % à l'arrière) afin de minimiser le roulis. Il y a donc de vraies différences avec "le modèle Fiat précédent" mais le fait de ne pas partir d'une feuille blanche explique le temps de développement relativement court et les coûts maîtrisés du projet. Pour la partie visible, ce n'est plus une surprise, la Bravo a fait de son design un incontestable atout. D'autant que le coup de crayon est la principale motivation d'achat pour 35 % des acquéreurs de berlines compactes. Il en est de même à l'intérieur avec une présentation plutôt flatteuse. Les matériaux ainsi que l'assemblage sont de très bonne facture notamment en faisant appel à des plastiques moussés sur la partie supérieure de la planche de bord. Mais Fiat nous avait également promis de la "substance" lors de la présentation statique de la Bravo en novembre dernier. Une substance qui se traduit par un bon niveau d'équipement rapporté aux tarifs envisagés. En effet, avec moins de 17 000 e en entrée de gamme essence et moins de 19 000 e en entrée de gamme Diesel, la Bravo va être compétitive. En plus des traditionnels équipements de sécurité active et passive tels 6 airbags, l'ABS, l'ESP avec aide au démarrage en côte et anti-patinage, la Bravo proposera, en option, le Blue&Me Nav, une évolution du système développé avec Microsoft depuis 2004. Aujourd'hui, en plus du Bluetooth, du port USB ou du lecteur MP3, il intègre un GPS ainsi qu'un ensemble de services télématiques d'ici peu.

    Une nouvelle famille de moteur essence, T-Jet, adepte du down-sizing

    Sous le capot, il faudra attendre encore un peu pour voir du neuf avec le nouveau bloc 1,4 T-Jet décliné en 120 et 150 chevaux. Adepte du down-sizing, comme le propose déjà Volkswagen avec le 1,4 TSi 170 ch ou Opel avec son 1,6 turbo 180 ch, ce bloc offrira un bien meilleur agrément avec son turbo et 206 Nm de couple contre les 128 du petit 1,4 90 ch atmosphérique, seule mécanique essence disponible au lancement. Nous avons pu faire quelques kilomètres avec la version 120 chevaux, qui apparaîtra seulement en octobre prochain, et il n'a pas montré de tares majeures. Il s'est avéré très souple et suffisamment vif pour les quelque 1 300 kg de la bête sans toutefois la transformer en sportive. La version 150 ch, qui devrait débarquer avant l'été, donnera sûrement un peu plus de piment à la Bravo en attendant une future version Abarth. Mais point de salut sans Diesel et Fiat l'a bien compris avec trois motorisations JTD M-Jet disponibles dès le lancement français le 17 mars prochain. Le 1 910 cm3 Diesel sera décliné en versions 90, 120 et 150 ch. Pour les deux premières, Fiat annonce des consommations et des rejets de CO2 identiques avec 5,3 litres en cycle mixte et 139 g/km. Ce dernier chiffre est un avantage incontestable sur le marché des flottes où le seuil des 140 grammes est devenu un véritable argument commercial. De plus, Fiat annonce avoir réduit les coûts d'entretien de manière significative avec notamment la vidange tous les 30 000 km et le remplacement de la courroie de distribution tous les 150 000 km. Enfin, Fiat table sur une valeur résiduelle bien meilleure que pour la Stilo (+ 20 %).
    Pour ceux qui en doutaient, Fiat est de retour aux affaires. Et Sergio Marchionne, après avoir redressé le groupe ne manque pas d'ambitions pour le futur : "En 2010, Fiat sera un autre Fiat, plus compétitif, plus global, lance-t-il en guise de conclusion, mais il restera toujours fidèle à ses valeurs".

    Christophe Jaussaud

     

    3 QUESTIONS A

    "Protéger les valeurs résiduelles de la Bravo"

    Sébastien Perrais, Directeur marketing de Fiat France

    Journal de l'Automobile. Après la mauvaise image de la Stilo, comment allez-vous communiquer et positionner la Bravo ?
    Sébastien Perrais. La Bravo incarne parfaitement le renouveau de la marque Fiat basé sur des voitures au design italien séduisant et répondant aux normes les plus sévères en matière de protection de l'environnement et des personnes. Le positionnement de la Bravo sera naturellement centré sur le sex-appeal italien avec une dose d'impertinence caractéristique de la marque Fiat.

    JA. Avec 7 000 unités annoncées pour 2007 et 10 000 en 2008, vos objectifs semblent "raisonnables" aux vues de modèles concurrents qui se situent aux alentours de 15 000 unités annuelles. Pourquoi ?
    SP. Nous visons clairement à réaliser la très grande majorité de nos ventes de Bravo sur le canal des particuliers et des sociétés. Nous n'allons pas chercher le volume pour le volume à travers des loueurs. Pour cette raison, nos objectifs paraissent "raisonnables" et cette stratégie nous permettra de protéger les valeurs résiduelles de la Bravo sur son cycle de vie.

    JA. Comment le réseau a-t-il accueilli cette nouvelle Bravo ?
    SP. Le réseau a été tout simplement séduit par la Bravo. C'est un véhicule plein de substance. Nos distributeurs ont été bluffés par les qualités routières de la Bravo, son habitabilité et son rapport prix/équipement. Ils sont mobilisés à 100 % pour le lancement, preuve en est, un niveau record de commandes de cartons d'invitation pour les soirées de lancement et de tracts pour les week-ends portes ouvertes.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles

    Extension de garantie revisitée, location d'accessoires, vente en ligne, labels carrosserie et vitrage… Le service après-vente de Skoda France prépare un solide plan de bataille à mettre en action

    Grand Prix des Marques Automobiles 2016 : et les gagnants sont...

    Evénement mesurant l’attachement des clients VN à leur marque, la dernière édition du GPMA voit BMW triompher. Le constructeur allemand s'octroie ainsi quatre des huit prix mis en jeu. Le palmarès

    Mercedes-Benz Vans en passe de lancer Mercedes Pro

    Il s'agit d'une offre complète de gestion de flottes présentée au salon IAA d'Hanovre et dont la commercialisation est prévue pour la mi-2017.

    Le bonus-malus revu de fond en comble en 2017 ?

    Le Gouvernement aurait l'intention de modifier de façon significative les seuils de déclenchement ainsi que les montants des bonus et des malus dans le projet de loi de finances 2017…

    Tuppin a le feu vert pour sa plateforme PR

    Le groupe picard, qui immatricule plus de 6000 véhicules des marques Peugeot et Citroën, vient de recevoir l'aval du constructeur pour mettre en forme sa stratégie de distribution de pièces de rechange.

    VP Europe : la croissance de retour

    Après une hésitation en juillet (-1,4%), le marché européen repart du bon pied en août avec une croissance de 10%. De quoi conforter la tendance observée depuis janvier avec une croissance de 8,1%

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page